Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Jean C. Baudet

Chimie, Physique et Philosophie

5 Septembre 2014 , Rédigé par jeanbaudet.over-blog.com Publié dans #Philosophie

Il existe trois visions du monde, si l'on écarte celles des religions, dont la source archaïque remonte à la Préhistoire, correspondant à un état primitif de la conscience humaine. Les "visions" des poètes, des cartomanciens et des spirites se rattachent aux croyances religieuses.

1° Pour la Chimie, le monde est formé d'une centaine d'éléments. Chaque élément occupe une case numérotée du Tableau de Mendéléev et existe sous forme de quelques atomes très semblables appelés isotopes. Ces atomes se combinent pour former des molécules, et celles-ci forment, par agrégation, des objets de plus en plus volumineux. Tout objet du monde (les hommes compris) est ainsi un agrégat de molécules formées d'atomes.

2° Pour la Physique, le monde est formé de fermions et de bosons. Ce sont des particules obéissant à la statistique de Fermi-Dirac ou à celle de Bose-Einstein. L'association des fermions et des bosons créent l'espace-temps dans lequel "se trouvent" les particules.

3° Pour la Philosophie, le monde est l'Être. Au sein de l'Être apparaissent des choses (fragments d'Être). Certaines de ces choses sont douées d'une conscience : les humains.

Il est important de constater que la Chimie et la Physique ne s'opposent pas mais se complètent : les atomes de la Chimie sont formés par assemblage de fermions de la Physique. Il est important aussi de constater que la Chimie et la Physique, dont la fusion s'appelle la Science, rendent possible la Technologie, c'est-à-dire la réalisation de certains assemblages de molécules (ou "machines") capables d'effectuer certains actes prévisibles (couper une poire en deux, déboucher une bonne bouteille, anéantir une ville, éclairer électriquement des millions de maisons, enregistrer les idées d'un philosophe, etc.).

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Daniel Pisters 05/09/2014 17:20

Oui, mais je suis moins d'accord avec vous quand aux "visions" des poètes. Certains poètes comme E.A.Poe ont eu des intuitions, mieux: de véritables compréhensions de réalités physiques avant qu'elles ne soient découvertes par les physiciens. Poe comprit pourquoi le ciel étant plein d'étoiles, celui-ci n'est pas éblouissant. Ce n'est peut-être pas une exception qui confirme la règle. Poe à nouveau a eu dans le Corbeau (The Raven) une approche quasiment technico-scientifique, celle qui sous-tend tout ouvrage d'art comme les cathédrales. Un vrai poète sait faire autre chose que faire rimer "tartine" avec "latrines" dans un vers comme "J'ai trouvé une tartine/bien imprégnée d'urine/au fond des latrines/Et je l'ai mangée". Mais il est vrai que peu de poètes belges d'aujourd'hui sont encore capables de rimer de cette façon appétissante.
La poésie est l'Aube de la Connaissance. Elle peut mettre en oeuvre des procédés d'exploration de divers domaines du Savoir qui sont encore insoupçonnés. Nous ne sommes plus au temps des Druides ou des aèdes. Le poète moderne digne de ce nom doit apporter quelque chose de nouveau, en termes d'harmonie, d'approche et d'expression de la connaissance. Mallarmé et Rimbaud ont ouvert la voie. Il faut dès lors aller plus loin.
Quant à la Philosophie, elle est aussi l'étude du Non-Être, malgré ce truisme de Parménide: "L'Être est, le Non-Être n'est pas". Vous allez me rétorquer que l'étude d'une chose est nécessairement sous-tendue par celle de son contraire.Et bien cela relève précisément d'une abstraction théorique propre à la Philosophie plus qu'aux Sciences. La Philosophie serait peut-être l'étude de ce qui n'est pas.