Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Jean C. Baudet

Pourquoi je suis si synthetique

18 Septembre 2014 , Rédigé par jeanbaudet.over-blog.com

Je travaille essentiellement en vue de la synthèse. Je n'ignore pas l'intérêt des détails, mais l'on s'y perd, et l'intérêt d'une bonne cuisine c'est la soupe, et pas les légumes. Je veux dire que l'esprit humain doit aller "au fond des choses" (Husserl) et que le sens de l'Être ("ce qui va m'arriver") se trouve dans sa structure (l'être de l'Être) et pas dans ses habits, aussi somptueux soient-ils (l'Art, notamment). Aussi le cœur de mon œuvre se trouve dans ma synthèse de la Technique, déclinée en 3 volumes : "De l'outil à la machine" (Vuibert, Paris), "De la machine au système" (Vuibert), "Le signe de l'humain - Une philosophie de la technique" (L'Harmattan, Paris). J'ai aussi tenté d'élaborer la synthèse des résultats de la pensée mathématique dans mon "Nouvel abrégé d'histoire des mathématiques" (Vuibert), la mathématique étant évidemment seconde logiquement et donc historiquement par rapport à la Technique (l'animal humain a façonné des outils avant de calculer). Ce n'est que pour des raisons circonstancielles que mon "Nouvel abrégé" est paru avant mes livres sur la Technique. Soit dit en passant, le travail de l'écrivain n'est pas d'écrire, mais de trouver un éditeur. Avant d'être "engagé" pour la bonne cause (Sartre), il doit être engagé par une maison d'édition.

J'ai tenté de pousser au maximum la recherche de la synthèse, et j'ai par exemple résumé l'Histoire Universelle en quelques portraits des plus importants personnages ayant influencé le sort de l'Humanité ("Les grands destins qui ont changé le monde", Jourdan, Bruxelles). Ainsi peut-on opposer Jules César (qui a su répandre la civilisation romaine jusque chez les Gaulois) à Napoléon, qui échoue piteusement à Waterloo. Et Hitler se synthétise dans ses erreurs stratégiques : n'est pas un conquérant qui veut !

Et, synthèse de la synthèse, je me suis imposé de chercher la substantifique moelle de la philosophie en repérant la quarantaine de penseurs vraiment créateurs, pour distinguer les philosophes qui comptent des philosofades qui commentent. Cela a donné les 40 portraits de "La vie des grands philosophes" (Jourdan) qui est une synthèse de l'histoire de la philosophie (et donc une bonne introduction, même pour les débutants, à la démarche philosophante).

L'historien est le spécialiste des analyses, quand le philosophe doit s'efforcer d'atteindre une vue synthétique de l'Histoire.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Daniel Pisters 20/09/2014 08:25

L'être de l'humain est même inférieur à celui d'un orang-outan. Cela est scientifiquement démontré, pour autant que valent tant les preuves de la chience!

Il est en effet chiant de devoir reconnaître que le singe orange est plus brillant que le singe blanc au niveau de ce test :

On fait apparaître simultanément une nuage de points sur l'écran d'un ordinateur (est-il encore nécessaire de le préciser?). Ces points disparaissent presque aussitôt et le singe doit indiquer leur position de son doigt juste après leur disparition. S'il réussit à reproduire la constellation, il reçoit une banane. Aucun humain (choisis parmi les plus performants) n'a réussi à atteindre la moitié de la vitesse et de la capacité de reproduction du schéma pointilliste du singe.

Cela n'a rien à voir avec le but: un humain serait moins intéressé, motivé qu'un singe dans la perspective d'obtenir un banane. Rien à voir: on peut promettre au singe blanc une montagne d'or, le singe sera toujours le plus rapide et le plus exact, sur des centaines de tests.

On peut certes essayer de se consoler en se disant que la pensée purement instrumentalisée du singe (aliénée à ses instincts) n'induit pas un retard, un délais par rapport à ces réflexes cognitifs dus au degré de réflexivité supérieur de l'intelligence humaine (le singe ne se dit pas "Je pesse donc je suis friand d'une banane » : il ne pense rien, il prend directement la banane par tous les moyens). Je me suis souvent consolé de cette manière de mon manque de performance aux échecs par exemple: je me disais "je joue moins vite et moins bien que mon adversaire, parce que je pense trop à mon jeu". Et pourtant, mon adversaire n'était même pas un singe.