Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Jean C. Baudet

L'origine et la valeur des religions

21 Janvier 2015 , Rédigé par jeanbaudet.over-blog.com Publié dans #Religion, #Histoire

L'origine et la valeur des religions

Pour tenter de déterminer la valeur d'une production culturelle, il faut en étudier la construction au cours de l'Histoire, et l'on peut tirer quelques conclusions (prudemment) du simple fait que les religions sont des productions culturelles très anciennes, que la philosophie ne commence à être pratiquée que depuis environ 600 avant notre ère (Thalès, Anaximandre), et que la science au sens actuel du terme ne commence qu'avec la Renaissance en Europe (Paracelse, Copernic, Vésale, Galilée...).

Le fait religieux apparaît très tôt, avant même l'invention de l'écriture, les premiers vestiges d'une croyance au "sacré" datant d'il y a quelque 90 mille ans, au Paléolithique. Il s'agit de tombes qui sont la trace de rites d'enterrement qui montrent que, à une période si reculée du développement humain (c'est l'époque des hommes de Néanderthal) se forme l'idée que le cadavre d'un homme présente une "valeur" et qu'il doit être traité avec "respect". Bien sûr, les idées ne laissent pas de traces archéologiques, mais l'on peut supposer, grâce à la comparaison avec les croyances rencontrées chez de très nombreux peuples primitifs, que les deux idées de base de toute religion sont déjà présentes : l'idée d'entités invisibles mais agissantes sur le destin des hommes et l'idée d'âme survivant à la mort. Tout donne à penser que l'idée du "sacré" ou "tabou" est encore plus archaïque. L'on peut reconstituer les étapes de l'apparition du fait religieux comme suit.

D'abord, à une date indéterminable au cours de l'évolution des hominiens, l'invention du langage entraîne le développement de la pensée et de l'action coopérative. La pensée conduit aux mythes (discours de "vérité") et les actes collectifs conduisent aux rites. Ainsi, avant même l'apparition de l'espèce actuelle (Homo sapiens), les deux éléments de toute religion sont en place : les mythes sont la base du "dogme" et les rites sont l'origine de la "liturgie". C'est la dualité des paroles et des actes.

Mythes et rites sont liés par un mode de pensée que les historiens appellent "magie", dont se détache la "technique" (les relations entre technique et magie chez les primitifs ont été bien étudiées par l'ethnologie). Technique et magie sont les moyens dont l'Humanité disposent pour tenter de satisfaire leurs désirs, et sont des éléments constants de l'esprit humain. L'efficacité les distinguent (la magie est encore présente dans certaines couches des populations les plus avancées...) : la technique est efficiente (et va d'ailleurs se développer en "technologie") alors que la magie se révèle illusoire.

Le passage du rite à la religion est d'ordre politique, c'est-à-dire que les injonctions "sacrées" sont instrumentalisées pour la conquête du pouvoir. Ainsi naît la classe des prêtres et se forment des collectivités théocratiques (le pharaon des Egyptiens est un dieu, Moïse reçoit les tables de la Loi de Yahvé lui-même, le Coran est dicté à Mahomet par Allah...).

Au cours de la période historique, on dispose de documents grâce à l'écriture, et l'on constate une tendance générale d'évolution des religions, selon les systèmes :

animisme - fétichisme - polythéisme - hénothéisme - monothéisme - athéisme.

Voir mon livre "Curieuses histoire de la pensée - Quand l'homme inventait les religions".

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Daniel Pisters 27/01/2015 11:29

C'est un travail d'importance majeure que vous avez fait là. J'en connais des bribes, je vais devoir le lire en entier.La charnière hénothéiste me semble très intéressante. Vous avez accompli un beau travail de classification. Dieu puisse me donner le temps de vous lire ;))))