Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Jean C. Baudet

La science, la philosophie et l'islam

18 Février 2015 , Rédigé par jeanbaudet.over-blog.com Publié dans #Science, #Philosophie

Il importe de bien comprendre que la science et la philosophie poursuivent exactement le même objectif, qui est de connaître ce qui existe vraiment, que les scientifiques appellent l'Univers, que les philosophes appellent l'Être, et qui est la Vérité, dont la recherche libérée des traditions religieuses s'approche toujours mais qu'elle n'atteint jamais. Mais si la science et la philosophie se confondent dans leur but de connaissance, elles diffèrent profondément par les moyens qu'elles utilisent. La philosophie ne propose ses réponses qu'à partir d'observations immédiates (la Sinnlichkeit de Kant) et de raisonnements verbaux (la Verstand de Kant), alors que la science progresse par raisonnements mathématisés et à l'aide d'observations médiates, disposant d'instruments (télescopes, microscopes, sprectromètres...). C'est donc le recours à une instrumentation, d'ailleurs de plus en plus sophistiquée, qui fait la différence entre la recherche scientifique et la méditation philosophique.

La recherche intellectuelle (la distinction entre philosophie et science n'est pas pertinente avant le XVIème siècle) commence en Grèce avec Thalès vers 600 avant notre ère. Malgré quelques rares précédents (l'astrolabe des astronomes grecs), l'instrumentation pour l'étude de l'Être ne devient systématique qu'au XVIème siècle, et l'on peut adopter 1543 (Copernic et la mesure de la position des planètes) comme date symbolique de la coupure épistémologique entre philosophie (sans) et science (avec instruments).

Quand on constate la difficulté de faire comprendre ces distinctions par des personnes possédant pourtant une bonne "culture générale", on se demande (avec anxiété) s'il sera possible d'initier à ces rudiments d'épistémologie les milliers de jeunes musulmans qui vivent dans les pays occidentaux, pour construire le "vivre ensemble", afin qu'ils ne sombrent pas dans l'islamisme. Il suffit de quelques heures pour apprendre le djihad et le maniement efficace d'un fusil-mitrailleur. Il faut des années pour apprendre à penser par soi-même, pour se libérer des traditions, qu'elles soient musulmanes, hindoues, chrétiennes ou autres...

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

ludo 20/02/2015 00:11

Oui,Pierre,je dirais quelques siècles vu que Mahomet est arrivé 800 ans après Jésus.
Mais les musulmans ont l'avance de leur retard.
Ce n'est pas la science qui sauvera le monde,mais le bon sens.
Fût-il un jour sauvé ?
Ayons en l'inespoir.

Pierre 18/02/2015 12:10

Cette notion d'individualité me donne envie d'exprimer un incident personnel minime (objectivement).
Hier on a cassé une vitre de ma voiture sans rien voler. Ma première réaction a été un désir de vengeance, un sentiment de haine pour ce casseur "gratuit", j'aurais voulu pouvoir réagir violemment. Il m'a fallu de bonnes doses de temps et de réflexions pour m'apaiser et je ne suis pas sûr d'y être arrivé.
Effectivement si on avait touché à ma famille, je ne crois pas que je pourrais me satisfaire d'un raisonnement.
Je ne sais pas pourquoi j'ai écrit cette histoire que je juge extrêmement mineure et pourtant ...

Yves Lanthier 18/02/2015 11:18

Je pense à la notion de guerre individuelle. Quelques siècles après le métier réservé des copistes, il y a eu chacun son ordi et son imprimante, il y aura bientôt chacun son imprimante 3D. Appelons cela l'individualisation, à observer dans de nombreux domaines. Dans le domaine des armes, il y a chacun sa mitraillette sous Allah, il y a chacun son arme sous le 2e Amendement aux États-Unis. Cela me semble plus individuel aux États-Unis. Au lieu d'une guerre civile, il se passe le début d'une guerre individuelle, dont l'un des traits distinctifs au stade actuel est le taux élevé de balles perdues qui tuent et font une civilisation où de nombreuses personnes vont passer leur vie à essayer d'étouffer le sentiment de culpabilité d'avoir tué leur bébé, leur mère, leur voisin... Mais on n'étouffe pas un sentiment de culpabilité comme ça, pas plus qu'on n'étouffe vraiment la colère d'avoir vu de ses yeux vu une nation concurrente violer et tuer sa famille... La colère est vite rallumée par la possibilité de vengeance offerte par une arme... Mais au moins, comme beaucoup de savants, de musiciens et autres génies ont survécu aux guerres «collectives» en s’exilant ou en se cachant, beaucoup survivront aux guerres «individuelles», la vie continuera, du moins peut-être…

Jean C. Baudet 18/02/2015 12:09

A propos des armes sophistiquées, il faut se souvenir que, en 3 mois de 1994, les Hutus du Rwanda ont tué près d'un million de Tutsis avec des bâtons et des pierres. Un remarquable exploit d'organisation massacrante chez une peuplade vivant encore à l'âge de la pierre. Cela n'a d'ailleurs pas enrayé significativement l'explosion démographique dans ce pays "béni des dieux".

Pierre 18/02/2015 11:08

Exact...en tout cas à court terme. Comme il me semble que, à l'inquisition, nous étions dans le même état d'esprit qu'eux, j'espère qu'ils évolueront de la même manière (ou mieux?) en quelques dizaines ou centaines d'années. D'ici là, sauvons notre peau...

Ludo Moury 18/02/2015 10:47

Exact Jean,mais c'est déjà foutu,ils sont déjà à fond dans l'Islam...