Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Jean C. Baudet

Sur la bibliographie de Jean C. Baudet

16 Février 2015 , Rédigé par jeanbaudet.over-blog.com Publié dans #Philosophie, #Histoire

Sans compter des centaines d'articles philosophiques, scientifiques, historiques, journalistiques et de critique parus dans des revues, des magazines, des journaux ou des ouvrages collectifs, sans compter des poèmes et des nouvelles parus dans des revues littéraires, sans compter plus de 600 articles ou billets d'humeur publiés dans son blog, Jean C. Baudet a fait paraître, de 1981 à ce jour, 32 ouvrages diffusés en librairie, à savoir 1 livre de biologie (134 pages), 3 livres de philosophie (505 p.), 8 livres d'histoire de la technique et de l'industrie (2.484 p.), 13 livres d'histoire de la science (3.973 p.), 5 livres d'histoire de la philosophie et des religions (1.974 p.) et 2 livres d'histoire générale (554 p.). Ces 32 livres totalisent 9.624 pages.

Ce travail a mené Jean C. Baudet à reconnaître que le scepticisme est indépassable, ce qu'il exprime dans la forme brutale qui rappelle qu'il est impossible, malgré tous les efforts conjugués du rationalisme, de l'empirisme et du fidéisme, de savoir ce qui se trouve derrière une porte fermée. Parti, dans sa jeunesse, de l'épistémologie de Karl Popper (et du Cercle de Vienne), de l'étude de l'oeuvre de Gaston Bachelard et de l'inévitable phénoménologie husserlo-heideggéro-sartrienne encore à la mode dans les années 1960 et 1970, Baudet a d'abord développé une épistémologie historique (éditologie) qui l'a conduit (avec la dose requise de scepticisme) au matérialisme en ontologie, à l'athéisme en théologie et au nihilisme en éthique. Il affirme, en histoire des systèmes de pensée, le primat de la technique, c'est-à-dire l'antériorité de l'outil (l'util, chez Heidegger) sur le mythe, les religions, la philosophie et la science. Pour Baudet, la technique est ainsi à la fois "le critère de l'humain" (interview de J.C. Baudet : "Le critère de l'humain", IBM Informations 1994(12): 10-11 ; J.C. Baudet : "Le signe de l'humain", Paris, 2005) et la clé de l'Être. Depuis Aristote, pendant plus de deux mille ans, la tentative de compréhension de l'Être est basée sur l'analyse du langage (logique, catégories, "cogito", etc.). Il s'agit maintenant d'aller plus au fond des choses et, avant de disséquer la parole, d'analyser le geste technicien : "au commencement était l'outil".

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Yves Lanthier 16/02/2015 12:32

Fascinant, mais puisqu'il faut un scepticisme, il me vient un doute :)
J'ai été frappé récemment par le commentaire d'un chef d'orchestre réputé sur Placido Domingo: «Il est un musicien plus précis que moi!» Dit par un chef d'orchestre, ce n'est pas rien! Commentaire semblable d'une pianiste, compositrice, chanteuse et parolière de jazz au sujet de Renée Fleming: «Quelle musicienne!» Et Renée Fleming a chanté une de ses chansons de jazz en rappel dans une grande salle de concert universitaire.
Je me dis chaque fois: «Et c'est sans outil!», du moins sans outil de type artefact (au cas où l’on dirait que le larynx est un outil).
Il est vrai que le chanteur est appuyé d'instrumentistes, mais sans instruments (on pèse le sens du mot), il y aurait quand même de grands concerts a capella.
À partir de ces faits, on pourrait postuler la postériorité de l’outil…

Jean C. Baudet 16/02/2015 12:42

Le système phonatoire est utilisé ("util") par l'humain comme un outil, c'est-à-dire comme un artefact "susceptible d'amélioration" (contrairement aux proto-outils des animaux, tels que nids d'oiseaux ou toiles d'araignées, qui ne progressent pas au cours des générations). Il est admis par les paléoanthropologues que l'invention de l'outil (prolongement de la main) a devancé l'invention du langage. Le matériel avant le symbolique, ou si l'on préfère le corps (l'en soi) avant l'esprit (le pour soi). Homo faber avant Homo loquens...