Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Jean C. Baudet

Quand l'enfant parait... (conte)

15 Avril 2015 , Rédigé par jeanbaudet.over-blog.com Publié dans #Politique, #Conte

Quand un humain naît, il est nu, totalement dépendant de son entourage pour son existence, et son quotient intellectuel est égal à 0. S'il est entouré de soins adéquats et suffisants, il va croître et son quotient intellectuel va monter, pour d'abord dépasser celui des grands singes, puis pour atteindre une valeur variable, inférieure ou supérieure à 100, en fonction de sa constitution et des aléas de son enfance puis de son adolescence. S'il lui arrive de dépasser notablement cette valeur, et s'il fait les rencontres opportunes, il va apprendre que, bien que nus et démunis, tous les humains ne naissent pas égaux, que pendant leur croissance les différences ont même une forte tendance à s'amplifier. S'il parvient à prendre conscience de la disparité entre les humains, il pourra même, s'il a développé suffisamment sa sensibilité et son intelligence, constater que les hommes et les femmes présentent d'importantes différences morphologiques et physiologiques, et il va observer que les humains vivent en troupeaux plus ou moins vastes, dirigés par des individus remarquables par leurs qualités physiques et intellectuelles. Il va apprendre les réalités de l'existence humaine, qui est qu'il faut boire et manger (dont 5 fruits et légumes tous les jours), que l'eau potable et la nourriture ne se trouvent pas partout, et qu'il faut produire, transporter et distribuer ces aliments, et que cela ne se fait pas sans peine, et nécessite des entreprises rentables. Il va découvrir que beaucoup d'humains attendent des aliments (et d'autres biens et services) sans rien faire, en comptant sur la distribution par les dirigeants de leur tribu, qui disposent de la "force publique" pour s'emparer de ce que produisent les membres de la tribu qui ont entrepris de produire des biens et des services. C'est ce qu'on appelle indifféremment "impôt" ou "justice sociale" ou "vol légal". Et s'il poursuit vraiment ses observations, l'humain qui fut un être vagissant sans pensée et qui est maintenant devenu un bel animal adulte (mâle et puissant ou femelle et gracieux) va découvrir encore bien d'autres choses : les cultures toutes différentes, certaines basées sur des illusions qui conduisent au fanatisme, les maladies souvent cruelles, la douleur physique et la souffrance morale, la décrépitude et l'humiliation de redevenir totalement dépendant de son entourage. Il aura "vécu", avec les bonheurs (peut-être) de manger de temps en temps un cassoulet, de boire (avec sagesse) une bouteille de bourgogne, de carresser son chat (ou sa chatte !), d'écouter parfois un concerto brandebourgeois, et de lire, selon les aléas de sa formation intellectuelle, les aventures du commissaire Maigret, celles des chevaliers de la Table ronde, ou celles de Roquentin.

Quand un humain naît, il est destiné à mourir plus tard, dans un mois, dans cent ans...

Quand un humain naît, il s'ajoute à 7,5 milliards d'humains, dont seulement quelques millions (je suis un optimiste impénitent, ils ne sont peut-être pas si nombreux) disposent des ressources intellectuelles suffisantes pour savoir l'ampleur de la disparité entre les êtres humains.

Quand un enfant naît, il accroît la douleur du monde, aussi inexorablement que l'entropie croît dans l'Univers.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article