Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Jean C. Baudet

Jean Baudet seme le doute

3 Mars 2016 , Rédigé par jeanbaudet.over-blog.com Publié dans #Philosophie, #Ethique

En 40 livres, dans de nombreux articles (dans la presse papier et dans ce blog) et dans quelques conférences, jamais je n'ai proposé de "vérités", j'entends de vérités dans le monde des valeurs, en esthétique, en éthique, en politique. Certes, il m'est arrivé d'indiquer que je préfère les vins de Bourgogne à ceux de Bordeaux, mais jamais je n'ai prétendu que les bourgognes sont meilleurs que les bordeaux, et je ne développerai pas tout un argumentaire pour ou contre le beaujolais ou le rosé d'Anjou (bien frais, c'est bien agréable en été). N'étant, pas plus que Heidegger, pas arrivé à connaître de façon sûre les déterminations de l'Être, je développe un rigoureux scepticisme, et je doute méthodiquement de toutes les "valeurs" proposées à l'animal humain, surtout quand il s'agit de valeurs proposées avec véhémence et fanatisme !

J'ai cependant quelques solides convictions, forgées pendant quelques dizaines d'années de méditations. Je crois qu'il existe des protons et des neutrons, que la molécule de benzène contient six atomes de carbone, que la Terre tourne autour du Soleil, et que les femmes ont des ovaires dont les hommes sont dépourvus.

Mais je doute, profondément, qu'il soit obligatoire que des Etats endettés accueillent, hébergent et nourrissent des ressortissants d'autres Etats, sous prétexte de guerre, de famine, de catastrophe climatique.

Mais je doute, assurément, qu'il soit interdit de comparer de manière critique, scientifiquement, les diverses religions et les diverses cultures, et de publier les résultats de ce travail, même s'ils montrent que certaines religions sont basées sur des mythes archaïques incompatibles avec le vivre-ensemble.

Mais je doute, vraiment, qu'il soit indispensable de s'acharner à faire survivre misérablement, à l'aide de moyens technologiques très coûteux, des malades incurables devenus à jamais incapables d'autonomie.

Mais je doute, surtout, que la démocratie puisse fonctionner sans démagogie, et qu'il soit possible d'organiser la vie des hommes (de construire des tunnels qui ne s'effondrent pas et de développer un système judiciaire qui protège vraiment la société contre les bandits et les pervers) sans la malice, l'hypocrisie, la flatterie, les promesses vaines, le mensonge et les calculs électoraux du personnel politique.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article