Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Jean C. Baudet

Jean Baudet chez les ecrivains belges

21 Avril 2016 , Rédigé par jeanbaudet.over-blog.com

Jean Baudet chez les ecrivains belges

J’étais hier, avec un grand plaisir, à la « Soirée des Lettres » de l’Association des Ecrivains belges, dans ses locaux, chaussée de Wavre, à Bruxelles (commune d’Ixelles). Il faut savoir que, tous les troisièmes mercredis du mois, à 18 heures, l’AEB ouvre ses portes à ses membres et au public, pour une présentation d’œuvres récentes d’auteurs belges. Il faut savoir aussi que l’AEB, fondée en 1902, est actuellement placée sous la bienveillante présidence d’Anne-Michèle Hamesse, romancière généreuse, enthousiaste et fine lettrée.

Le menu fut riche et varié.

Il y eut d’abord, en hors-d’œuvre raffiné, la présentation par Rony Demaeseneer du dernier opus de Pierre Schroven, poète de Charleroi : Autour d’un corps vivant (L’Arbre à paroles). J’ai beaucoup aimé la formule que le poète a trouvée pour résumer le sens de son travail : la célébration de l’énigme de la vie. Schroven est fasciné par le vivant (il y a de quoi !), et il tente de voir au-delà du visible, se méfiant, nous dit-il, de l’opinion commune et des préjugés, et cherchant son inspiration chez les peintres. Cela donne une poésie dense et sobre, concise, mais qui a l’intelligence de ne pas pousser la concision jusqu’à l’extrême dépouillement de l’absurde poésie minimaliste postmoderne. Il n’y a ni rimes ni virgules chez Schroven, mais il y a du sens. Ou plutôt, devrais-je écrire, de la recherche du sens.

Vint ensuite le moment du plat principal, du « plat de résistance », climax de ces agapes littéraires. Jean-Loup Seban, pendant une demi-heure superbe, présenta le dernier livre de Marcel Detiège : La Malle aux souvenirs (éditions Michel Frères). L’épicurien Seban dialoguant avec l’épicurien Detiège : un régal ! La malle en question contient des poèmes, toujours vigoureusement (et rigoureusement) versifiés, avec les virgules nécessaires bien placées, c’est dire que nous sommes ici dans une toute autre ambiance qu’en compagnie de Pierre Schroven. Point de recherches métaphysiques, point d’énigmes indicibles, mais l’humour et l’excellente maîtrise des fastes de la langue française d’un écrivain qui a beaucoup vu et beaucoup lu (notamment Edmond Picard). Un humour qui, en formules coruscantes, cache sans doute une profonde nostalgie.

Et puis ce fut le temps du dessert ! Un dessert copieux, mais avec quelques fruits acides. Claire Anne Magnès (poète, chroniqueuse à la Revue Générale, administratrice de l’AEB) prit en charge la présentation du dernier ouvrage de la romancière Martine Rouhart : Séparations (éditions Dricot). Quelques fruits acides ? En effet, puisqu’il s’agit d’étudier, sous la forme romanesque, diverses ruptures – plus ou moins douloureuses – qui font de la vie une énigme : pourquoi tant de souffrances, depuis le traumatisme de la naissance jusqu’aux douleurs de l’agonie (Rouhart aborde notamment le thème de l’euthanasie) ? Fruits acides mais nourrissants. Martine, répondant à Claire Anne, expliqua comment elle faisait évoluer son œuvre (Séparations est son cinquième ouvrage), comment elle choisit ses thèmes, et comment elle crée ses personnages, par une habile fusion entre des traits empruntés à son entourage et les caractères de sa propre nature. Sans aller jusqu’à l’autobiographie, on peut dire que Rouhart adapte à la fabrique de ses romans le précepte socratique : « Connais-toi toi-même ».

Mais la soirée n’était pas finie, car Jean-Loup Seban (qui est aussi administrateur-trésorier de l’AEB) avait choisi les vins pour ne pas laisser assoiffés les participants, abreuvés certes de bonne littérature, mais avec la langue un peu sèche. Cette quatrième partie d’une Soirée des Lettres fut des plus agréables, et c’est avec un verre de vin blanc à la main que je m’entretins avec les uns et même avec les autres. Je fus bien aise de revoir, outre les présentateurs et les présentés, quelques amies : Michèle Lenoble-Pinson, Liza Leyla, Mireille Dabée, Noëlle Lans…

Au fait ! Les écrivains belges existent : je les ai rencontrés !

Pour info :

Librairie Filigranes (Bruxelles), extrait d'une conférence sur l'histoire des sciences :

www.youtube.com/watch?v=HZNSrBg25XQ

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article