Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Jean C. Baudet

Pour une bibliographie du gnosticisme

25 Mai 2016 , Rédigé par jeanbaudet.over-blog.com Publié dans #Histoire, #Religion, #Gnosticisme

Jusqu’à la moitié du XVIIIème siècle, les savants, les érudits, les philologues, les historiens n’ont disposé, pour étudier le gnosticisme, que des ouvrages (grecs ou latins) des pères de l’Eglise chrétienne, qui ne voyaient dans les gnostiques que d’abominables mécréants. On ne possédait aucune œuvre gnostique originale, les chrétiens ayant soigneusement détruit tout livre d’inspiration gnostique. Mais comme les théologiens du christianisme naissant les citaient souvent (avec horreur), on était en droit de supposer que les gnostiques représentaient un important courant religieux au temps de l’Empire romain.

Cette absence de sources authentiques dura jusqu’aux environs de 1755, quand le Britannique Anthony Askew fit l’acquisition d’un manuscrit (provenant d’Egypte) de 178 pages, le « Codex de Londres », qui contient un texte gnostique, sans nom d’auteur, intitulé Pistis Sophia (« Foi et sagesse »). Cet ouvrage aurait été rédigé vers 330 de l’ère chrétienne. Il rapporte notamment un dialogue entre Jésus et Marie Madeleine : le prophète juif révèle à sa disciple les secrets de la destinée humaine. La découverte de ce texte est à l’origine des élucubrations que des esprits imaginatifs développeront à propos des relations amoureuses de Jésus et de Marie de Magdala.

Quelques années plus tard, en 1773, un autre Britannique, James Bruce, fait en Egypte l’achat d’un manuscrit de 78 feuillets de papyrus (la « Collection d’Oxford »), qui contient deux ouvrages gnostiques, le Livre du grand traité initiatique et la Topographie céleste.

En 1896, l’Allemand Carl Schmidt achète, au Caire, un manuscrit que l’on appellera le « Papyrus de Berlin ». Il comporte quatre livres, l’Evangile selon Marie, le Livre des secrets de Jean, la Sagesse de Jésus et l’Acte de Pierre. Si bien que quand le XXème siècle commence, avec le développement de l’étude scientifique du fait religieux, l’on dispose d’un corpus restreint de sept textes, hélas non datés et sans noms d’auteur.

La situation va changer de manière spectaculaire à la fin de l’an 1945. On découvre en Haute- Egypte, à Nag Hammadi, une bibliothèque de treize codex rassemblant de nombreux textes gnostiques, actuellement conservés au Caire. La recherche sur les sectes gnostiques se développe considérablement. Une édition complète, en fac-similé, de tous ces textes est réalisée, avec l’aide de l’UNESCO, de 1972 à 1977.

En 1974, à l’initiative de Jacques E. Ménard, la Bibliothèque Copte de Nag Hammadi, BCNH, est fondée par l’Université Laval à Québec (Canada). La BCNH entreprend la traduction en français et l’édition des textes. Ce travail est actuellement achevé pour l’ensemble de la bibliothèque.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article