Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Jean C. Baudet

Sur la profondeur et sur l'ethique

4 Juillet 2016 , Rédigé par jeanbaudet.over-blog.com Publié dans #Philosophie

Sur la profondeur et sur l'ethique

Le philosophe explore l'Être jusque dans ses plus lointaines profondeurs comme l'astronome observe l'Univers jusqu'à ses plus lointaines galaxies. Ainsi le Réel, dans ses profondeurs fondatrices, est-il inaccessible, et la vie pratique, notamment celle des politiciens et des réformateurs sociaux, est basée sur les sables mouvants des sentiments et de l'émotion. Le Bien et le Mal se déduisent des déterminations de l'Être, qui ne sont encore connues, après plus de deux mille ans de philosophie, que de manière très incomplète, et les penseurs les plus profonds ne peuvent proposer que des doutes. L'astronome dispose de télescopes de plus en plus puissants, de radiotélescopes toujours plus sensibles et de spectromètres toujours plus précis, mais le philosophe ne dispose que de sa sensibilité, sa mémoire, son imagination et son intelligence, ce que les psychologues appellent les "facultés mentales". L'esprit humain est une donnée du Réel, ce qui signifie qu'il est de même nature ontologique que "ce qui existe vraiment", mais cela ne garantit point la faculté de connaître, si l'on veut du moins aller "au fond des choses". Ainsi la définition programmatique de la philosophie en révèle-t-elle les limites et, dans l'absolu, seul le scepticisme est tenable.

L'homme, cependant, ne vit pas dans les étendues glacées de l'absolu. Il vit dans une situation donnée et contraignante, dans les préoccupations des instincts, des besoins, des désirs et des douleurs. C'est avec son corps qui l'accompagne et avec ses "semblables" qui l'entourent qu'il doit vivre et mourir. S'il est philosophe, c'est-à-dire s'il sait qu'il ne sait rien, et s'il connaît donc l'indigence des éthiques et des idéologies, il doit cependant se résoudre à vivre, et doit se doter d'une éthique - de règles de vie - qu'il lui faut construire sur la seule certitude de la souffrance et de la mort. L'édification d'une éthique devient ainsi la tâche des hommes, tâche à la fois sublime et dérisoire. Ainsi, après avoir fréquenté Husserl et Heidegger et avoir appris le doute systématique avec les hommes de pensée, faut-il revenir aux beaux discours des hommes d'action, et écouter sans trop d'illusion Valls ou Macron, Junker ou Obama, Mélenchon ou Juppé, et quelques autres, comme Bernard Guillaume à Schaerbeek ou comme Françoise Schepmans à Molenbeek.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article