Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Jean C. Baudet

Sur la mort de Toots Thielemans

23 Août 2016 , Rédigé par jeanbaudet.over-blog.com Publié dans #Blues

J’ai déjà dit que je vais bientôt mourir. J’ai déjà dit que j’ai mis fin à ma carrière d’écrivain et que, mes forces s’amenuisant de jour en jour, je ne fais plus l’effort de publier des livres. J’ai déjà dit que je tiens ce blog comme un journal intime, le journal d’une déchéance physiologique et d’une mélancolie grandissante. J’ai déjà dit que je tâche, tant que j’en ai la force, de poursuivre dans ces billets successifs, disparates et dérisoires, mon travail philosophique de recherche de l’Être, renonçant désormais au Paraître et au Connaître. Car à quoi bon faire paraître des livres ? Et à quoi bon connaître l’œuvre de Ludwig Feuerbach, ou la charge électrique des différents fermions ? J’ai déjà dit que j’ai atteint l’âge des bilans, des répétitions radotantes, et de la relativité des choses. Je viens d’apprendre la mort de Jean Toots Thielemans, roi bruxellois de l’harmonica. Je viens de manger mes deux tartines quotidiennes de pain aux raisins. Je viens de demander à ma femme si elle a des nouvelles de nos deux filles. Je viens de penser à ma vie qui s’achève.

Pourquoi alors diffuser ces billets de mon blog sur les réseaux sociaux, comme d’autres y montrent leur chat, leur chien ou leur cheval ? Pour exprimer la peur de la souffrance précédant la mort ? François Villon l’a si bien fait. Pour exprimer la douloureuse nostalgie du temps qui passe ? Léo Ferré et Lamartine l’ont si bien fait. Ou sont-ce des messages de désespoir, qu’une volonté inconsciente me force à répandre, le « partage de mes émotions » (comme disent si bien les psychologues) apaisant quelque peu mon chagrin de vieil homme ?

L’âge des bilans ? Mon souvenir voit se dérouler ma vie, en trois tranches. Je suis d’abord, de 1973 à 1981, botaniste puis biologiste, je propose une nouvelle taxonomie de la tribu des Phaséolées et je publie un livre sur Les Céréales mineures (en 1981). Je me fais ensuite historien des sciences, journaliste et éditeur, de 1978 (mes deux premières époques se recouvrent) à 1997, fondant successivement la revue Technologia et le magazine Ingénieur et Industrie. Je deviens enfin écrivain et philosophe (j’avais enseigné la philosophie, dans ma prime jeunesse, de 1968 à 1973), de 1997 à aujourd’hui. Je publie quelques poèmes, quelques recensions critiques, de nombreux articles, notamment dans la Revue Générale de France Bastia, d’André Goosse et de Francis Delpérée, et j’étends mes recherches en histoire des sciences et en épistémologie à l’histoire critique des religions et des autres systèmes de pensée. Je publie 41 livres (dont un est une traduction en espagnol d’un de mes ouvrages sur l’histoire de la science).

J’entre dans une quatrième tranche de vie, la phase terminale de mon existence. Déjà mon bras droit ne répond plus très bien, divers lieux de mon corps sont douloureux, ma vue baisse, je deviens incapable d’écrire lisiblement à la main. Je fus biologiste, je fus éditeur, je fus écrivain. Je suis encore philosophe, mais pour combien de temps ? Et aujourd'hui, à Bruxelles sous un soleil trop chaud, j’ai le blues, celui de Louis Armstrong, de Billie Holiday et de Jean Toots Thielemans. Bluesette

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article