Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Jean C. Baudet

La longue marche (poeme en prose)

19 Janvier 2017 , Rédigé par jeanbaudet.over-blog.com Publié dans #Poème

Marchez. Marchez sur le chemin de l’avenir. Avancez sur la route du désormais et du dorénavant. Marchez jusqu’au futur.

Voici la Première porte, faite de bois de chêne, c’est la porte initiatrice de la peur, de l’anxiété bleue et de l’angoisse pesante, la porte qui ouvre – car vous finirez par l’ouvrir – sur l’épouvante. Mais marchez encore, dans les forêts, pataugeant dans la fange des marécages, et vous arriverez devant la Deuxième porte, faite de verre lumineux, c’est la porte de l’étonnement, de l’impressionnant et de l’admiration, et vous franchirez la porte de verre en inventant l’observation, vous irez au-delà, suivant votre chemin jusqu’à la Troisième porte, toute de cuivre rouge, ornée de pierres resplendissantes, c’est la porte de l’enthousiasme et des premiers plaisirs. Marchez encore. La route s’élargit, elle monte vers les collines boisées d’euphorbes et de palmiers.

Voici la Quatrième porte.

C’est un véritable chef-d’œuvre de métallurgie : elle est entièrement faite de bronze luisant, couverte de figurines fantasques innombrables, munie d’anneaux entremêlés qui s’entrechoquent émettant des sons aigres. C’est la porte de la poésie, et vous découvrez la splendeur des mots qui s’entremêlent et s’entrechoquent formant des phrases qui accompagneront votre voyage. Car la marche n’est pas finie, et il vous faut redescendre vers la plaine, où les grandes euphorbes-candélabres désignent le ciel comme les doigts d’une main levée, et les arbres sont de moins en moins nombreux, et vous arrivez, avec votre bagage qui s’alourdit, devant la Cinquième porte.

Elle est construite de fer et d’argent, c’est la porte de l’imagination et des rêves. Vous l’ouvrez, écartant l’un de l’autre les deux vantaux métalliques très lourds mais tournant bien sur leurs charnières, et donnant sur un vaste désert de sable. Vous inventez de nouvelles craintes et des joies inouïes. Vous avez des compagnons de voyage, et vous parlez beaucoup, malgré la soif et la chaleur. Vous êtes devant la Sixième porte, qui est d’acier poli.

C’est la porte du rapport, de la comparaison, de la distinction, du oui et du non, de l’interne et de l’externe, vous l’ouvrez et poursuivez votre chemin, mais beaucoup de vos compagnons, épuisés, s’arrêtent sur le seuil de la porte d’acier, et dressent leurs tentes pour se protéger du vent. La sixième porte étant franchie, vous êtes sur une nouvelle route, et vous avancez toujours, votre besace est pleine de souvenances et de fatigue, mais vous continuez à marcher, jusque devant la Septième porte.

Formée de deux battants aux dimensions formidables, forgée d’aluminium et de titane, c’est la porte du doute.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Pierre DE WINNE 06/02/2017 12:16

Le dernier article date du 19 janvier. Ca fait longtemps , non ?