Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Jean C. Baudet

Du fric avant toute chose

18 Février 2017 , Rédigé par jeanbaudet.over-blog.com Publié dans #France, #Economie

Pour augmenter le pouvoir d’achat des Français, pour procurer un logement à tous les Français, pour éduquer et pour instruire la jeunesse, pour réparer les dégâts dus aux catastrophes (inondations, tornades, feux de forêts) liées à la détérioration du climat, pour soigner les malades et les handicapés dans des hôpitaux bien équipés, pour contrôler la qualité des aliments et des médicaments, pour se protéger du terrorisme islamiste, pour mettre hors d’état de nuire les voleurs, les casseurs et les assassins, pour que les trains, les autocars et les avions arrivent à l’heure, pour que soient créées, réalisées et diffusées des émissions de télévision variées et répondant aux aspirations du public, pour tout cela il faut du fric, beaucoup de fric !...

Or, pour obtenir de l’argent de manière éthique et durable, pour « créer des richesses », la France (comme tous les pays, d’ailleurs) n’a qu’un seul moyen : l’activité de ses entreprises. Les économistes le disent et le répètent depuis des années : Elie Cohen, Nicolas Bouzou, Philippe Dessertine, Agnès Verdier-Molinié, Jean-Marc Daniel, François Lenglet, Christian Saint-Etienne…

Or, pour avoir des entreprises efficaces, innovantes et compétitives, il faut des entrepreneurs capables et décidés, courageux et rusés, doués et créatifs.

Or, l’opinion publique française (et donc une grande partie des hommes politiques), imprégnée fortement par le marxisme et ses dérivés (trotskisme, stalinisme, maoïsme, mélenchonisme, hamonisme), est animée d’une véritable aversion pour l’entreprise et pour les entrepreneurs.

Voilà les éléments de base de la difficulté de gouverner. La France a sans doute besoin davantage de patrons que de donneurs de leçons de morale, si du moins elle veut conserver sa prospérité (et peut-être son âme) dans un monde chamboulé par une explosion démographique sans précédent, cause d’épuisement des ressources naturelles et de pollutions de plus en plus dangereuses.

On ne lutte pas contre les tornades avec de belles paroles, ni contre les kalachnikovs du terrorisme et du banditisme avec de beaux sentiments.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article