Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Jean C. Baudet

Pourquoi j'ecris encore

1 Avril 2017 , Rédigé par jeanbaudet.over-blog.com Publié dans #Biographie

J’ai créé le présent blog en décembre 2010, et j’y ai publié, jusqu’à ce jour, 864 articles : billets d’humeur, commentaires de l’actualité, critiques de livres, poèmes, et résultats (toujours provisoires) de mon travail philosophique. Celui-ci, fait de réflexions introspectives et de nombreuses lectures, m’a conduit, en ontologie, au matérialisme – comme Spinoza en 1677 – et, en gnoséologie, au scepticisme – comme Kant en 1781. Tout cela mène au nihilisme et au pessimisme le plus noir : qui pourrait nier l’existence des maladies, de la souffrance et de la mort ? Faut-il, pour démontrer que mon pessimisme est fondé, décrire avec une précision séméiologique les symptômes de mes affections, et faire le compte minutieux de mes ulcères, de mes furoncles, de mes télangiectasies, de mes pustules, de mes papules ? Les romanciers Jacques Richard, France Bastia (décédée depuis), Anne-Michèle Hamesse, Martine Rouhart, les poètes Philippe Leuckx, Louis Mathoux, Liza Leyla, Anne-Marie Derèse, Isabelle Bielecki, les philosophes Pierre Kutzner, José Fontaine, m’ont fait le reproche, plus ou moins vivement, de répandre le pessimisme dans mes écrits, de décourager ainsi les braves gens, d’émettre des « ondes négatives », et d’oublier les plaisirs de la vie, les beautés de la nature, les douceurs de l’amitié et les jouissances de l’amour.

Mais reproche-t-on au physicien de répandre l’idée que les protons sont électriquement positifs, ou au botaniste d’affirmer que les fleurs de haricot possèdent dix étamines ? Pourquoi le philosophe devrait-il taire les résultats de ses travaux, s’il pense qu’ils sont « vrais », et éviter les sujets qui peinent : le cancer, le vieillissement, la mort d’un parent ou d’un ami, les émeutes, les guerres, les incendies ? Le rôle du philosophe n’est pas d’enjoliver le Réel, mais de le décrire le mieux possible. Il ne s’agit pas de consoler et d’inventer de l’espérance, mais d’observer les êtres et les choses, et d’en tirer les conclusions qui s’imposent. Mais que mon pessimisme ne vous empêche pas de jouir, jusqu’à l’orgasme, et d’ailleurs mon scepticisme m’oblige à considérer mon pessimisme comme un résultat provisoire, affecté d’un haut coefficient de doute. Qui sait ? Peut-être que mon pessimisme est une erreur, et que demain je retrouverai les enthousiasmes de ma jeunesse, les bonheurs de ma maturité et les enchantements du gai savoir ?

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article