Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Jean C. Baudet

Sur les especes humaines

28 Juin 2017 , Rédigé par jeanbaudet.over-blog.com Publié dans #Anthropologie, #Biologie

Pour étudier la biodiversité, les biologistes répartissent les êtres vivants dans des taxons, qui sont des groupements hiérarchisés correspondant aux étapes de la phylogenèse. Les principaux taxons sont les classes, les ordres, les familles, les tribus, les genres, les espèces, les sous-espèces et les variétés (appelées « races » dans le langage courant). Les botanistes ont décrit, nommé et classé plus de 300 000 espèces de plantes, quand les zoologistes connaissent plus d’un million d’espèces animales. Les humains n’échappent évidemment pas à cette classification. Ils font partie des mammifères (classe), des primates (ordre), des hominidés (famille) et des hominiens (tribu). Depuis Linné (1735 : Systema naturae), la taxonomie se base sur des critères morphologiques et géographiques, et depuis 1953 (Watson découvre la structure de l’ADN) elle dispose en outre des données extrêmement précises de la génétique moléculaire.

Il y a six genres connus dans la tribu des hominiens : Sahelanthropus (apparu il y a environ 7 millions d’années), Orrorin (6 Mio), Ardipithecus (5,5 Mio), Australopithecus (4,2 Mio), Kenyanthropus (3,5 Mio), Homo (2,4 Mio). Dans le genre Homo, le plus évolué, on connaît actuellement 13 espèces : Homo rudolfensis, H. habilis, H. neanderthalensis, H. sapiens, etc.

Le taxon Homo sapiens correspond à l’homme actuel (seule espèce encore vivante), qui a colonisé la totalité des terres émergées, et qui apparaît il y a quelque 300 000 ans. Tous les autres taxons d’hominiens ne sont connus que par des ossements fossilisés et, pour certains d’entre eux, par des outils en pierre.

Comme toute « vérité scientifique », ce tableau taxonomique (et phylogénétique) de l’Humanité n’est que provisoire. Il correspond à l’état de la science en 2017, et est susceptible de connaître des changements plus ou moins importants à l’occasion de nouvelles découvertes. En 1859, quand Darwin publie son livre sur l’origine des espèces vivantes, on ne connaissait encore qu’un seul homme fossile, l’homme de Néanderthal, découvert en 1856.

Mais une chose est sûre : la diversité des hommes est considérable, comme chez les autres animaux et chez les plantes.

Pour info :

Librairie Filigranes (Bruxelles), extrait d'une conférence sur l'histoire des sciences :

www.youtube.com/watch?v=HZNSrBg25XQ

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article