Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Jean C. Baudet

Ce billet peut heurter les humanistes sensibles

14 Octobre 2011 , Rédigé par jeanbaudet.over-blog.com Publié dans #Anthropologie

Le vieillissement me fait de plus en plus souvent penser à ma jeunesse. De 1973 à 1978, j'ai exercé le métier, qui me semble honorable, de biologiste. Et je me souviens qu'en biologie un être humain est défini comme un tube digestif entouré d'un ensemble assez complexe d'organes divers. Le tube s'ouvre d'un côté par une bouche assimilatrice et de l'autre par un anus éliminateur. Tous les organes ont pour fonction, directe ou indirecte, d'introduire assez régulièrement dans la bouche divers produits d'origine végétale ou animale. Par l'anus, l'être humain émet dans son environnement, également avec une certaine régularité, un petit amas d'excréments. Les organes qui entourent le tube sont, je l'ai dit, très divers, mais leur action est toujours de rechercher (les yeux), de récolter (les mains) des matériaux susceptibles d'être introduits dans la bouche. Si bien que l'on peut, en biologie, considérer les hommes comme des êtres producteurs d'excréments. Il est vrai que quelques hommes, au cours de l'histoire, ont produit autre chose que de la sueur, de l'urine et des matières fécales, mais les plus nombreux n'ont produit que cela. Au cours de l'évolution, le tube digestif s'est légèrement allongé, et certains organes périphériques se sont développés, en particulier l'encéphale qui entoure la bouche et qui contient une masse que les biologistes appellent le cerveau. Celui-ci coordonne l'activité de tous les autres organes, de manière à prélever plus et mieux des matériaux à mettre en bouche. Au début de leur évolution, il y a quelques millions d'années, les "hominiens" (comme disent les biologistes) ne mettaient en bouche que des feuilles et des fruits récoltés dans la forêt. Aujourd'hui, ils y mettent des substances beaucoup plus variées: fromage de Roquefort (j'en mets souvent dans la mienne), vins de Bourgogne, saucisses de Francfort, boudins de Liège (j'en mets moi-même en bouche assez souvent), mais du côté de l'anus la production est toujours pareille.

Parmi les organes entourant le tube, il y en a, situés très près de l'anus, dont la fonction n'est pas de participer à la recherche de nourriture (ou d'argent pour acheter de la nourriture, dans les associations de tubes que les sociologues appellent des "sociétés évoluées"), mais de permettre la reproduction du tube. Deux gros tubes s'accouplent dans une certaine position et, après environ neuf lunaisons, un petit tube est éjecté par un des gros tubes qui se sont accouplés. Tout un mécanisme extrêmement complexe, que les biologistes ont décrit avec une extrême précision, permet ainsi à deux tubes d'en produire d'autres. Mais, au total, le bilan est toujours le même : de génération en génération, les tubes humains ne produisent que des amas d'excréments, sauf quelques-uns qui produisent des "biens culturels". Mais ils sont extrêmement peu nombreux. Encore faut-il admettre que c'est grâce à eux que les bouches sont passées des feuilles et des fruits crus aux hors-d'oeuvre, plats principaux, entremets et desserts de nos meilleurs restaurants. Le "progrès" s'apprécie ainsi par ce que l'on peut mettre en bouche. Car, du côté de l'anus, c'est toujours la même chose.

Pour info :

Librairie Filigranes (Bruxelles), extrait d'une conférence sur l'histoire des sciences :

www.youtube.com/watch?v=HZNSrBg25XQ

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

rigal 16/10/2011 13:23


Oui mais en route,qu'est-ce qu'on se fait entuber!