Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Jean C. Baudet

Histoire des sens (poème)

26 Janvier 2012 , Rédigé par jeanbaudet.over-blog.com Publié dans #Poésie

Histoire des sciences Curieuses-histoires-sciences_g.jpg

histoire des sens

descente

vers l’absolu

du savoir, voir ça ?

les chemins de la connaissance

l’éveil de la conscience

vers le définitif

du connaître, n’être cône

ni cylindre – sections coniques

d’Apollonius de Perge

et les harmonies de Nicomaque de Gérase

n’être côte ni rivage

de Claude Ptolémée

mille ans sans un seul théorème

géographie

géologie

j’ai eu ton Algérie

histoire de France un lavage d’estomac

géographie des vérités un sondage

d’opinion un saupoudrage d’oignon

avec de la moutarde

et un peu de safran

histoire de la chimie de la physique de la technologie et des armes blanches et des ennuis savoir pour ne pas voir

connaître pour passer le temps

l’histoire est la science du temps qui passe tank y passe tank qui écrase

kilométrique année-lumière de l’astronomie

des photons clairs

et des gluons évanescents

Dieu est Amour est Amer est A mettre à mort et le tank continue d’écraser

mieux que l’espoir de l’étrange

et la chimie de l’histoire

et la physique du silence

et l’astronomie du plaisir

et la technologie de l’ennui

et la zoologie de la souffrance

et la botanique de la mort

et la mathématique de l’oubli

et la logique de l’historicité.

 

Les particules sont lamentables

et les ethnographies discutables

et les modélisations rares

ne mènent toujours pas vers l’unification

le silence des textes

le silence des mots

l’expérience cruciale

de Lavoisier et de Grignard

Avez-vous bien pensé à ceux qui nous précèdent ?

L’équation serait-elle cachée au fond d’un pot

De confiture de fraises pour couvrir le pain blanc

D’un tout autre appétit ?

Pasteur et les débuts de la microscopie

Petit, petit, tout est dans cette petitesse

Atomes, noyaux, vitesse des neutrons

Caresse des assistantes du laboratoire des hautes énergies

Promotions, debout tous les élèves et respectez le maître

Il a découvert l’infini et l’a mis en formules

Leibniz infinitésimal

Prix Nobel du chewing-gum et des symétries défectueuses

Virus, plasmides, protozoaires des hémolyses

Nitrate

Nitrite

Dérivés nitrosés

Ses cheveux blonds mal cachés par le bonnet blanc

Par le blanc bonnet de l’asepsie

Bec Bunsen, bout de sein, tuyau de plastique vert

Fesses rondes tendant la blouse de laboratoire

Recherche, observation, mon œil dans l’oculaire

Télescope d’un observatoire, mécanisme

Isaac Newton est mort le vingt mars 1727

Mathématique des axiomes en pagaille

Logique des raisonnements hypothético-déductifs

Logorrhée de Lacan, boniments de Popper

Et puis Sartre qui vient pour l’imagination

Etendue ou pensée ? La toute grande question et Descartes, Spinoza, Leibniz déjà cité,

Et David Hume, et la découverte de l’inconscient

Un certain docteur Freud, un Juif, un Viennois, un médecin, un psychiatre,

Oui, Madame, un psychiatre, comme je vous le dis,

Et Charcot dans l’ancienne fabrique de poudre à canon

Et la formule du nitrate, encore une fois

Et Jules, et Jean, et Gaston,

Reconstituer la démarche de la pensée humaine

Comprendre l’effort multi-millénaire vers la compréhension

Comprendre que l’on cherche à comprendre

Comprendre qu’il n’y a plus rien à comprendre

Que le sens est ailleurs, et fusil-mitrailleur

Et saucisson de foie de porc et l’équation de Schrödinger

Une beauté mathématique

Fulgurante, inouïe, incompréhensible

Une espèce de conservation de l’énergie, mais aléatoire,

Où allez vous faire foutre

Allez vous faire pendre ailleurs

Allez vous faire voir par les zoologistes

Hors du champ de l’expérience

En dehors des machines à subventions

Car il faut financer la recherche scientifique

Il faut du fric pour les chercheurs

On vous le dit depuis Moïse, depuis Thalès de Milet

Depuis la secte de Pythagore

Il faut construire un accélérateur

Pour accélérer plus encore

Toujours plus

Et casser des protons

Pour comprendre

après deux mille ans d’effort intellectuel puissant

Comment les quarks ne se mangent pas entre eux

Pour comprendre la Terre et le Soleil et l’atmosphère

Pour savoir où déposer les morts

Ou s’il faut les brûler, les recycler, les trier

Et récupérer les métaux rares et le phosphore

Histoire de savoir

S’il est préférable de diffuser l’information

Ou s’il vaut mieux que la plupart ignore

Ce qu’est le phosphore

Et l’électrolyse

Histoire du savoir

Des hommes, du savoir humain

Du savoir accumulé par l’humanité

depuis la découverte de l’écriture

Il y a cinq mille ans

C’était avant Homère, c’était avant Rimbaud

Ils traçaient des figures dans de l’argile fraîche

Et commençaient l’histoire

l’histoire du savoir des humains.

 

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article