Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Jean C. Baudet

Humeur et philosophie

10 Juin 2011 , Rédigé par jeanbaudet.over-blog.com

Le toute première règle du philosophe est de toujours essayer de bien distinguer les idées qui lui viennent de sa raison (au sens cartésien du terme) de celles qui lui viennent de son humeur. C'est peut-être ce qui distingue - mais j'admets que l'opposition est brutale et doit être nuancée - le philosophe du littérateur, celui-ci mettant en oeuvre non seulement son humeur, c'est-à-dire ses émotions, mais en outre ses capacités imaginatives. Toute personne de bonne humeur penchera pour une vision du monde "idéaliste", et quiconque est de mauvaise humeur penchera plutôt pour une position "matérialiste". Le marxisme n'est pas une exception, car son soi-disant matérialisme est un idéalisme déguisé, comme tous les humanismes. Ainsi, Platon devait-il être enjoué et souvent joyeux (ce que confirme ce que l'on sait de sa biographie), alors qu'Aristippe et Epicure étaient peut-être plus sombres. Plus lucides, peut-être... Bref, plus de deux mille ans de réflexions savantes et de constructions intellectuelles grandioses (songez à Hegel) pour aboutir à ceci, qu'il y a des idéalistes et des matérialistes, c'est-à-dire en somme des optimistes et des pessimistes. Ecartez alors vos humeurs et vos sentiments, ne faites pas appel à votre imagination, et contentez-vous des lumières de la raison (la Vernunft de Kant). Que pensez-vous ? Qui a raison ? L'optimiste, ou le pessimiste ?

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article