Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Jean C. Baudet

Husserl et Heidegger

7 Novembre 2012 , Rédigé par jeanbaudet.over-blog.com

Bien que n'étant ni husserlien ni heideggerien, j'ai toujours, depuis que j'ai entamé mon travail philosophique, pris Husserl et Heidegger comme modèles. Car, quand j'étais encore étudiant en philosophie, mes professeurs avaient su me convaincre que Husserl et Heidegger sont les plus grands philosophes du XXe siècle. Il y a quarante-six ans de cela, et après tout ce temps d'abondantes lectures, ayant maintenant suffisamment de recul (Husserl décède en 1938 et Heidegger en 1976), je me rends compte que mes maîtres ne se trompaient pas : Husserl et Heidegger furent bien d'immenses penseurs, qui dépassent - par la profondeur de leur recherche, par l'abondance de leurs publications et surtout par l'impact sur les mouvements contemporains de la Pensée -, et qui dépassent de loin, tous les intellectuels du vingtième siècle.

J'ai donc essayé (et je continue) d'analyser presque quotidiennement, en tentant d'aller toujours plus loin dans cette investigation forcément solitaire (on ne pense pas en troupeau) et cependant solidaire (une découverte philosophique, aussi ténue soit-elle, peut profiter à toute l'Humanité), la nature de l'Être, l'être de la conscience, et de m'approcher le plus qu'il est possible à un homme pensant du véridique et du concret. Ce qui m'a impressionné dans ma jeunesse et ce qui impressionne encore le vieux penseur que je suis devenu, c'est la continuité de leur réflexion, cette espèce d'acharnement tranquille à atteindre les plus obscures et les plus lointaines profondeurs du Vrai. Les deux grands philosophes allemands n'ont pas cessé de philosopher, noircissant des milliers de pages de leurs dissections de concepts. Je n'ai pas arrêté non plus, sauf pendant un court intermède (de 1973 à 1978) quand je me suis consacré à la recherche en biologie, avec d'ailleurs le ferme projet de revenir à la recherche philosophique après que j'aurais atteint une connaissance concrète et une maîtrise suffisante de la "méthode scientifique". C'est d'ailleurs cette attention à la "science" qui me distingue sans doute le plus des deux grands philosophes du XXe siècle ! Encore dois-je rappeler que Husserl fut mathématicien avant de devenir philosophe.

Tous mes travaux - à l'exception de mes recherches en biologie - sont donc, malgré leur apparente dispersion, sont donc les fruits (souvent amers) d'une seule et même et continue réflexion : l'existant est-il autre chose que la série de ses manifestations, y a-t-il de l'être qui soutient l'existence des étants, et la conscience n'est-elle que le percevant du perçu, et quelle relation peut-on établir entre le temps et la souffrance humaine, etc...

Ainsi donc, le moindre de mes poèmes et jusqu'aux billets souvent brouillonnés de ce blog s'inscrivent dans une recherche unique et la plus difficile de toutes (car j'ai aussi connu les plaisirs ambigus de l'érudition), celle de la Totalité - et je suis en désaccord avec Heidegger quand il prétend distinguer l'Être de la Totalité...

Ainsi encore, je crois pouvoir affirmer que toute philosophie sérieuse, qui ne peut être qu'introspective (comme l'a brillamment montré Husserl, et déjà Descartes bien avant lui), est forcément une autobiographie. L'auteur "littéraire" devient philosophe quand il commence à s'intéresser à son moi.

 

Pour info, trois vidéos :

Télé Bruxelles

Canal C (Namur)

www.canalc.be/index.php?option=com_content&view=article&id=100001595:entree-libre-de-jean-baudet-&catid=114:entree-libre&Itemid=56

Librairie Filigranes (Bruxelles)

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article