Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Jean C. Baudet

Journal métaphysique 006 : la violence

30 Septembre 2012 , Rédigé par jeanbaudet.over-blog.com Publié dans #Philosophie, #Violence

Cur PenseeL'investigation philosophique part du Moi, mais d'un moi dans un monde, c'est-à-dire dans l'Histoire. D'où, tôt ou tard, la rencontre de la question de la violence, ne serait-ce que sous la forme de la " folk-history " qui retient surtout du passé la chronologie des batailles. Il faut donc analyser, dans le cadre d'une anthropologie non sentimentale, l'agressivité, la violence, la haine. Celle-ci, pendant la Préhistoire et l'Antiquité, fut essentiellement l'effet d'un désir d'appropriation, celui de posséder les biens de l'Autre. Tout conflit était guerre de conquête. Et la guerre de Troie est davantage motivée, dans le chef des Achéens, par les perspectives de pillage que par le souci de venger le cocu Ménélas (qui est une invention de poète). C'est avec le christianisme qu'apparaît, dans toute son horreur, la violence "pour des idées". Certes, Socrate fut condamné à mort pour irréligion, mais c'est un cas presque unique de violence faite, chez les Grecs, à un penseur pour ses pensées. Il est vrai qu'au temps de Socrate les penseurs étaient fort rares.

 

Si donc l'on doit remarquer que le christianisme invente la violence idéologique (contre les gnostiques, les manichéens, toutes les sortes d' "hérétiques", les juifs), on notera aussi que, dans la foulée de ce déchaînement de fureur contre les "pensées autres", la violence réapparaîtra successivement :

- chez les musulmans,

- chez les nationalistes de toutes sortes qui apparaissent à la fin du Moyen Âge quand les langues vulgaires commencent à concurrencer le latin (la guerre de Cent Ans est une guerre nationaliste, c'est-à-dire linguistique),

- chez les marxistes, précédés par les organisateurs de la Terreur, qui pensaient une espèce de marxisme avant Marx.

 

Il faut distinguer le cas christianisme-islam-marxisme, où la violence est d'ordre idéologique (il y a un " sacré " à imposer à l'autre, par les armes), du cas des nationalismes (fascisme italien, nazisme allemand, autonomismes basque, corse, flamand, catalan, écossais...) qui ont toujours une base linguistique. Les conflits non économiques concernent donc soit la pensée soit la langue, qui est l'instrument de la pensée.

 

Quelles sont alors les sources du rapprochement entre Pensée (ce qui est pour certains l'honneur même de l'Humanité) et la Violence (qui rend certains humains si détestables) ?

 

La violence idéologique, chez les hominidés, se développe forcément parce que les hominidés savent parler (la violence commence toujours par l'insulte), et que la plupart des hominidés, en parlant, croient qu'ils pensent.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article