Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Jean C. Baudet

La doctrine de Manuel Valls

27 Août 2014 , Rédigé par jeanbaudet.over-blog.com Publié dans #Politique

J'ai vu et entendu hier soir, à la télévision française, les longues et passionnées déclarations de Manuel Carlos Valls, avec un intérêt très vif (ne s'agit-il pas du sort de la France, du pays de la liberté et du progrès intellectuel : Descartes, Lavoisier, Pasteur, Jean-Marie Bigard ?...), et aussi avec un étonnement grandissant. J'attendais une démonstration de démagogie et des ratiocinations idéologiquement orchestrées par le gauchisme germanopratin, fait d'un salmigondis de charité chrétienne, de détestation de l'excellence, de marxisme fanatique et de sottes plaisanteries de chansonniers, de compassion pour "les plus démunis" et de boulets rouges tirés contre les USA, l'Allemagne, les banquiers et les industriels, le tout assaisonné copieusement de halal. J'ai vu et entendu un homme énumérer des propositions de simple bon sens et constater des faits d'une désolante véracité.  

"Nous avons, depuis des décennies, vécu au-dessus de nos moyens". N'est-ce pas l'évidence, et d'ailleurs pas uniquement pour les Français ? Si les caisses d'un Etat sont vides, n'est-ce pas parce que les gouvernements successifs les ont vidées ?

"Nous devons favoriser le développement et d'abord la survie même des entreprises, grandes et petites". N'est-ce pas mille fois démontré que pour engager un nouveau collaborateur (pour "créer de l'emploi") une société doit faire des bénéfices durables, et que pour faire des bénéfices elle doit vendre ses produits à des clients solvables ?

"Il faut diminuer les impôts et augmenter le soutien aux entrepreneurs qui créent les richesses de la France". N'est-il pas suffisamment avéré que pour distribuer des allocations aux chômeurs, des soins aux malades, des formations aux jeunes, des retraites aux vieux, des subventions aux artistes, il faut que l'Etat ait de l'argent, beaucoup d'argent, et que celui-ci ne peut venir que des exportations ? Faut-il vraiment rappeler aux chantres de l'augmentation du pouvoir d'achat que quand un Français vend à un Français, de l'argent change de poche mais qu'aucune richesse n'est créée en France ?

"Pour garder sa place en Europe et dans le monde, la France doit avoir une économie forte". N'est-ce pas le simple bon sens d'admettre que pour exister politiquement une nation doit exister militairement, c'est-à-dire avoir les moyens économiques d'entretenir une armée efficace ? Ne voit-on pas que si les choses se poursuivent selon les tendances actuelles, des collectivités comme Gaza ou ISIS auront bientôt plus de poids sur la scène internationale que la République française, qu'elle ait à sa tête Hollande, Sarkozy, Le Pen ou Mélenchon ?

Manuel Valls n'a pas manqué, en bon pédagogue, d'expliquer que l'austérité de gestion qu'il entend mener avec son nouveau gouvernement n'est en fait que du "sérieux budgétaire" car, a-t-il précisé, en brillant homme d'Etat, il faut en France plus d'enseignants, plus de policiers, plus de gendarmes. Il n'a pas dit (il est quand même prudent) ce dont la France n'a plus besoin...

Eh bien, il me semble que la France est bien repartie, encore reste-t-il à mes yeux quelques présences problématiques dans la nouvelle équipe de la grande République porteuse des grandes valeurs de l'Humanité. Nous verrons dans trois ans. Ou peut-être déjà dans quelques semaines !

En tout cas, si c'est ça le socialisme, je suis socialiste...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Daniel Pisters 28/08/2014 13:51

Non, socialiste, impossible!
Après avoir fait un mal inappréciable à la France, les socialistes plus pou moins acceptables comme ce Manuel Vals et inacceptable comme leur fromage de Hollande, se rabattent sur l'évidence du mal
qu'ils ont créés. Faute avouée est à moitié punissable (copyright Daniel Pisters). C'est tellement facile de constater les dégâts, de faire mine de les découvrir et de jouer les honnêtes! Il suffit
maintenant de confesser ses fautes en public pour obtenir la rédemption. C'est l"évidence qui finit par rattraper la bêtise socialiste et non l'intelligence de cette dernière qui rattrape la
première.
Aucun pardon pour ces gens! Vous m'entendez bien: aucune excuse et remontez moi les échafauds, après l'aristocratie: le peuple au panier!

Jacques Goyens 28/08/2014 10:41

Eh oui! Qui l'eût cru? Jean Baudet, socialiste! D'autant que Manuel Valls en a rajouté une couche le lendemain dans son discours au Medef.
Courage! Jean, tu t'en remettras.