Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Jean C. Baudet

La fin de la Civilisation

19 Août 2014 , Rédigé par jeanbaudet.over-blog.com Publié dans #Islamisme, #Civilisation

Développant mes réflexions à partir de l'option matérialiste, admise après un examen comparatif approfondi de différents systèmes de pensée (foi, intuition, traditions, voyance extra-lucide, méthode expérimentale...), je n'attache aucune importance à l'avenir des hommes qui, pour le matérialiste, ne sont que de futurs cadavres (sans résurrection des morts). Je me moque donc, avec même une certaine jubilation, de la disparition prochaine de l'Humanité. Oh, j'admets que ce fut un bel essai ! Avec des représentants comme Alexandre le Grand, Sigmund Freud, Emile Durkheim, Albert Einstein, Beethoven, Stravinsky et quelques autres, j'aurais même pu l'aimer ! Mais par une loi statistique qui se vérifie d'autant mieux qu'elle s'applique à des populations plus nombreuses, les hommes quelconques, "moyens", sont le plus grand nombre, et d'après la courbe de Gauss (qui n'était pas un homme quelconque), il y a 25 % d'imbéciles parmi les humains. Et parmi ceux qui ont une intelligence supérieure à la moyenne, nombreux sont ceux qui ne s'en servent guère ! Pourquoi regretter leur disparition, d'ailleurs inéluctable ?

Mais je suis un homme (vieillissant), moi aussi, avec mes faiblesses, et j'ai celle de m'attrister sur la mort annoncée de la Civilisation. J'en suis bien triste. Ce sera la fin des symphonies, des poèmes et des théorèmes, des débats d'idées, de l'observation des galaxies, des découvertes et des inventions. Il n'y aura plus, comme au temps du commencement des espèces humaines (le pluriel est confirmé par la paléoanthropologie), que des rites et des mythes, c'est-à-dire le contraire absolu du mouvement civilisationnel. L'islamisme (dont la source est bien l'islam, et ni l'animisme des Iroquois ni le bouddhisme) faits des progrès constants, se nourrissant de l'explosion démographique dans des régions misérables, et se trouve des défenseurs véhéments jusque parmi les intellectuels nourris d'humanisme (sic), de libre pensée (resic), de droits de l'homme (reresic) et de laïcité (rereresic). Il est vrai que le communisme de Staline trouvait des admirateurs même en France (le pays de Descartes et de Voltaire !), et de même le nazisme de Hitler trouva chez les Français des approbateurs enthousiastes et des collaborateurs nombreux. La menace islamiste n'est plus uniquement idéologique et marginale, comme au XXème siècle. Elle est devenue militaire et démographique. Car il coûte mille fois moins de former un djihadiste que de former un astronome, un historien, un sociologue... Il est mille fois plus facile, et donc moins coûteux, de fermer un esprit que de l'ouvrir...

Certes, les Etats qui luttent fermement contre le djihadisme et l'islamisme le font avec maladresse et n'évitent pas les bavures, comme il y en a dans toutes les guerres. Mais entre ces Etats (même avec des dégâts collatéraux) et le fanatisme religieux, la violence et le terrorisme, les châtiments corporels et la peine de mort pour ceux qui ne se convertissent pas à l'islam, il faut choisir. Si du moins le mot "éthique" a un sens, ce qui ne va pas de soi pour un matérialiste.

On me fait souvent la judicieuse remarque qu'il faut distinguer entre islam et islamisme, aussi m'y suis-je appliqué. La philosophie ne commence-t-elle pas, justement, par des distinctions ? Aussi me souviens-je que l'islam est une religion fondée au VIIème siècle par un chef de secte qui s'imposa aux Arabes par les armes, dont le premier grand exploit fut un massacre de juifs qui ne voulaient pas se convertir, à Médine (626), et qui se répandit dans le monde par des actions militaires. Par contre, l'islamisme est un mouvement politique né au XXème siècle en milieu musulman. 

Pour info :                      

Librairie Filigranes (Bruxelles), extrait d'une conférence sur l'histoire des sciences : 

www.youtube.com/watch?v=HZNSrBg25XQ

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Daniel Pisters 19/04/2016 09:31

Quant à l'Occident (France, Allemagne...), il ne se contente pas de décliner, ce qui serait l'équivalent d'une vieillesse heureuse, il tombe dans une désolante déréliction. Le beau projet d'Alexandre le Grand de marier l'Occident à l'Orient ne me semble pas réalisable, ni réaliste. Même si, dans le meilleur des cas, cela avait un sens, le bloc soviétique (qui n'était qu'un tissu décousu de tribus nomades à son époque) y ferait obstacle. Ne perdons pas de vue le fait que la Russie ne doit sa relative homogénéité qu'à son irrigation par l'esprit occidental. Sans cela, ces slaves continueraient de chevaucher dans les steppes ou de s'entre-déchirer entre boyards, eux-mêmes suppliciés par un Ivan le terrible. C'est donc nous, Occidentaux, qui avons créé l'Union Soviétique, représentant ce que je perçois comme le bloc le plus menaçant. Ce Péril Rouge ne serait-il qu'une variante du Péril Jaune, dans mes fantasmes? La situation est probablement trop complexe, "nuancée' pour être définie en termes de "bloc", "péril", etc. J'essaye de la définir dans les grandes lignes. Je n'ai aucune expertise en géostratégie comme un Gérard Chaliand par exemple. Mais je n'applique pas à ce domaine la quasi-injonction de Wittgenstein: "Ce dont on ne peut parler, il faut le taire". Cette formulation est presque contradictoire mais même en la prenant au premier degré sans en apercevoir le cercle vicieux, elle est hors contexte ici: j'ai le droit de parler de ce que je connais mal, d'autant plus que mes affirmations cachent souvent (consciemment ou non) des questions.

Daniel Pisters 19/04/2016 08:59

Dans une telle configuration, je ne vois en perspective que l'éclatement de cette partie du bloc occidental. Un certain bon sens peut reprendre le dessus. Mais votre athéisme ne vous incline pas à croire aux miracles. Les Américains nous font une sorte de chantage: "Si vous ne vous conformez pas à notre politique, on vous laisse tomber. Vous avez besoin de nous, nous n'avons pas besoin de vous, et l'on s'isole en autarcie outre-atlantique". Alors plus rien ne retient le bloc soviétique de se transformer en rouleau compresseur. Avec même la Chine derrière pour lui donner un peu plus d'élan. Je simplifie sans doute à outrance, mais le scénario tient malheureusement debout. Le simulacre des alliances semble le confirmer. Monsieur Raymond Yans ne semble pas se rendre compte que nous sommes déjà dans la gueule du loup et que les dents qui l'ornent lui apparaissent comme les autres "civilisations" que je qualifierais d'exotiques. Prenons la Chine. Elle fut une forme de civilisation mais qui n'a de cesse d'essayer de rattraper son retard sur celle de l'Occident, donc elle ne représente pas une civilisation et ne l'a jamais représenté. Prenons la Russie. Même crédo(ccidental avec mauvais jeu de mot, ce qui ne m'empêche pas d'y adhérer): elle fut une forme de civilisation mais seulement en vertu de ce qu'elle n'a eu de cesse d'essayer de rattraper son retard sur celle de l'Occident (via Pierre le Grand), donc elle ne représente pas une civilisation et ne l'a jamais représenté.

Daniel Pisters 19/04/2016 08:41

Cher Monsieur Baudet,

Vous savez à quel point je prise votre hargnosité atypique. J'ai reçu un mail de notification de ce qu'un nouveau commentaire venait de paraître sur cet article et un lien m'y a redirigé. Je l'ai donc relu avec un certain plaisir. Je partage votre vision de l'Islam depuis longtemps et me suis régalé de la "chute" par laquelle vous balayez sa prétendue différence avec l'Islamisme. Certes, l'un comme l'autre sont nés dans une violence sanguinaire. J'ai lu pas mal d'articles sophistiqués qui font ressortir toutes sortes de qualités dans l'Islam. Rhétorique, érudition, pinaillage interprétatif des textes coraniques etc. Il me semble qu'il y a une part de vérité. Il est finalement difficile d'en penser quelque chose sans se servir du rasoir d'Occam. Difficile d'accorder tous ces sons de cloches, alors autant briser toutes les cloches. Mais cette problématique ne concerne pas que l'Islam. Par exemple, si presque tout le monde s'accorde à penser que Daesh est une nuisance particulièrement dangereuse, tout le monde n'admet pas qu'il s'agit d'une créature de la CIA. Donc que Daesh, l'Islamisme représentent la partie de l'Islam la plus instrumentalisée par certaine(s) puissance(s) occidental(e)s. Si l'on venait à étayer une telle hypothèse, il faudrait frapper à la tête et les Etats-Unis devraient se tirer une balle dans le front. En somme, les médias vous disent "C'est blanc non mais c'est noir et pas gris", "Ce sont les bons et ce sont les mauvais". Cela induit une dissonance cognitive comme celle qui résulte d'une forme de harcèlement en contexte professionnel par exemple: "Vous avez fait du bon boulot mais auriez pu faire beaucoup mieux et en moins de temps", la carotte ou la caresse et le coup de bâton en même temps. Ce schéma de manipulation me semble retrouver dans la façon dont on (ce "on" obscur) nous présente la conjoncture. Il est évident que même si ce sont les Américains qui manipulent les pantins meurtriers au croissant, il faut d'abord détruire ceux-ci. Parer au plus pressé comme on dit. Et puis regarder vers les Américains. Mais qui le fera sinon l'Europe complètement aliénée aux Etats-Unis. Comme il me semble difficile, sinon impossible de sortir de ce cercle vicieux, j'entrevois en effet les paramètres déterminant la fin de la Civilisation "occidentale" (je le précise pour faire plaisir à l'intervenant précédent sur ce fil). Or, mon cher Jean Baudet, je privilégie comme vous notre Civilisation et considère même que c'est la seul à peu près digne de ce nom. Vade retro les Asiatiques (hormis les Japonais), les Slaves, les Sud-Américains, etc. en évitant toutefois l'écueil de la généralisation. Le "bloc" occidental est fissuré. Un océan sépare le nouveau monde de l'ancien. Cet océan n'est pas qu'une quantité d'eau agitée: il est symbolique et de dimension cosmique. Il ne faut déjà que la Manche pour que la Grande Bretagne tende à se séparer de l'Europe! Croit-elle en auto-suffisance? Oui, bien sûr mais se convaincant d'être appuyée par son grand frère américain. Elle n'ose en réalité quitter l'Europe que pour devenir un nouvel état des Etats-Unis, car elle se rend bien compte que toute seule, elle n'est rien. Elle est donc assez lâche dans ses velléités séparatistes. Elle ne se sépare de la CEE que pour se rapprocher des USA et non pour se recentrer sur elle-même.

Daniel Pisters 28/08/2014 14:26

Monsieur Baudet, cet aphorisme survivra à la fin inéluctable en effet) de la civilisation): "Il est mille fois plus facile, et donc moins coûteux, de fermer un esprit que de l'ouvrir...".

Je me pose la question par rapport aux huîtres et aux moules aussi. C'est de saison.

Que certains personnes qui ont certes le droit de s'exprimer aussi aimablement qu'elles le font lisent "L'Islam des Interdits" d'Anne-Marie Delcambre. C'est une démonstration quasiment mathématique
de ce que d'une religion dont le socle est le Coran, ne peut rien sortir de bon.
Je suis d'accord pour des accommodements et de la diplomatie puisque cette majorité est devenue incontournable. Il faut savoir traiter avec l'Ennemi. Je n'ai aucune ascendance sémite d'aucune sorte
aussi loin que puisse porter ma connaissance de ma généalogie néerlando-rhénane, donc je parle pas de l'Ennemi d'un point de point Israelite. Je parle de l'Ennemi, rien que parce que leur vision du
Paradis correspond pour moi à celle de l'Enfer: devoir boire du miel pour l'Eternité et versé de surcroît dans ma bouche tordue d'écoeurement par des vierges. C'est donc cela la récompense du
guerrier, alors vive la paix! Même moi je le dis. Comme Jean Baudet se serait fait baptiser socialiste si ce que Manuel Valls a raconté relevait d'une réelle prise de conscience novatrice.
Je vais vous raconter une minuscule anecdote: je marchais dans une rue aux environs de la place de la Vaillance a Anderlecht. Je dépassé deux hommes en train de discuter devant une boutique de
tapis. L'un le commerçant était petit et bedonnant. L'autre assez grand, costume noir, belle prestance: un cadre. Le petit bedonnant paraissait petit à côté de lui malgré le fait qu'il était
surélevé par le perron de sa boutique. J'entendis dire le Cadre Noir de Saumâtre: "Les Belges sont tous des mécréants". Le petit bedonnant le corrigea mollement en répliquant: "Mais non ce ne sont
pas tous des mécréants". Le message est-il suffisamment clair pour vous?

ludo Moury 26/08/2014 18:54

Non,ce n'est pas la fin de la civilisation car certains,voire beaucoup résisteront à cette montée en puissance de l'islamisme.Aucun fanatisme,aucune barbarie ne remportent jamais définitivement
dans le temps contre la liberté,le bon sens.Exemple avec le nazisme,le communisme,etc...