Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Jean C. Baudet

La pensée et les bons sentiments

16 Janvier 2013 , Rédigé par jeanbaudet.over-blog.com

Il est extrêmement difficile de penser. Une des grandes questions de l'épistémologie est de déterminer à quel point les sentiments et l'émotion (et donc les idéologies et les convictions) altèrent l'intelligence.

Si je dis qu'en retirant toutes les billes contenues dans un sac je finis par avoir un sac vide, je serai, je crois, compris et approuvé par tous, même par de jeunes enfants.

Si je dis la même chose en utilisant le langage algébrique, j'aurai " x - x = 0 ", ce qui est encore compris et admis par tout le monde, les notions d'algèbre nécessaires étant vraiment élémentaires et connues par tout adulte bien éduqué.

Si je dis qu'à force de pêcher des thons rouges il n'y aura bientôt plus de thons rouges dans les mers, je me ferai encore approuver, même par les amateurs de poisson.

Mais si j'écris quelque part que si tous les malheureux se suicidaient il ne resterait plus que des gens heureux sur la terre, je suis persuadé que cela provoquerait l'indignation de quantité de braves gens et que je recevrais des injures des bons humanistes. Et pourtant, quel que soit x, on a TOUJOURS : x - x = 0 !!!

Je ne sais pas si l'on peut faire de la bonne littérature avec de bons sentiments, mais il me paraît acquis qu'avec des sentiments - bons ou mauvais - on ne peut pas faire de la bonne philosophie.

 

Penser, c'est OSER réfléchir CONTRE ses propres sentiments, écrire c'est OSER dire ce que l'on pense CONTRE les sentiments d'autrui.

 

Reste à distinguer la raison et le coeur. Mais cela, comme disait Husserl, nous conduit à des abîmes de difficultés.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article