Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Jean C. Baudet

Le boson de Higgs et la philosophie

5 Août 2012 , Rédigé par jeanbaudet.over-blog.com

La récente découverte (hautement probable sinon absolument démontrée) du boson de Peter W. Higgs, dont la conjecture remonte à 1964, est d’une importance cruciale pour l’épistémologie, et donc pour toute entreprise sérieuse de philosophie. Trivialement, elle démontre d’abord que l’exploration du Réel implique des moyens, et que ces moyens sont d’autant plus sophistiqués (intellectuellement et matériellement) et donc coûteux qu’il s’agit d’un domaine du Réel mieux caché, enfoui dans les profondeurs ontologiques. Elle disqualifie cruellement toute entreprise de construction de savoirs qui ne disposerait pas de moyens suffisants. Combien voyons-nous d’imprudents mal armés tenter de gravir la montagne de la connaissance ? Nous sommes bien loin de ce cher Kant qui « découvrait » la loi morale dans son cœur ! Mais il y a bien sûr plus fondamental. L’existence du boson de Higgs confirmerait (j’utilise encore le conditionnel car il faut être prudent s’agissant du fond des choses) le modèle standard de la physique des particules élémentaires, et donc tout l’édifice scientifique (matérialiste, si l’on préfère) qui explique les atomes par les particules, les molécules par les atomes, la vie (intelligence des uns et bêtise des autres comprises) par les molécules, dans un emboîtement de structures qui constitue la caractéristique principale du réductionnisme basé sur l’empirisme logique (importance de l’instrumentation, etc., voir mes travaux sur le rapport entre science et technique et sur l’avènement de la science seulement au XVIe siècle et seulement en Occident). Le boson de Higgs est le quantum ou médiateur du champ scalaire higgsien dont l’effet est de doter les bosons de jauge de l’interaction faible (les deux W et le Z) d’une masse. Ce qui, soit rappelé en passant, distingue en profondeur les bosons « faibles » du photon, le boson de l’interaction coulombienne.

La découverte confirmerait donc l’existence du champ de Higgs responsable de la brisure de symétrie de jauge qui confère une masse aux bosons faibles et pas au boson électromagnétique (faut-il rappeler que les interactions faible et électromagnétique ont été unifiées ?).

Voilà peut-être le couronnement des travaux d’Aristote (pour la logique), de Copernic, de Kepler, de Galilée, de Newton, de Lagrange, de Coulomb, d'Ampère, de Faraday, de Maxwell, d’Hertz, de Planck, de Rutherford, de Bohr, de Schrödinger, de Chadwick, de Yukawa, de Lawrence, de Fermi, de Feynman, de Gell-Mann, de  Ne’eman, de Higgs, de Politzer, de Wilczek, de Gross, et de quelques autres ? Et comment situer Marcuse, Mallarmé ou Badiou, ou Coluche ou Hollande, par rapport à cette liste ? La philosophie, d’abord, n’est-ce pas distinguer ? Mais jamais un coup d'accélérateur de particules n'abolira la sottise.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article