Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Jean C. Baudet

Les ingenieurs et quelques idees sur l'emploi

29 Mars 2013 , Rédigé par jeanbaudet.over-blog.com

J'ai exercé le métier délicat et passionnant d'éditeur de 1978 à 1997, ce qui fut un apparent intermède dans ma carrière philosophique, encore que je n'aie jamais, même pendant cette période d'activité intense, cessé de méditer les belles idées de Husserl et les étonnants concepts de Heidegger. Ma principale production fut l'édition du magazine mensuel "Ingénieur et Industrie", qui comme son titre l'indique était diffusé auprès des ingénieurs et des chefs et cadres d'entreprises industrielles, essentiellement en Belgique francophone. Vivant de publicité industrielle et non de beau langage, ledit magazine a commencé à rencontrer des difficultés de financement avec l'accélération de la désindustrialisation de la Belgique, quand les décideurs politiques crurent de plus en plus fort que la société industrialisée allait bientôt connaître les radieux lendemains qui chantent de la "société de l'information", ou "société de l'intelligence" (en Belgique !...), c'est-à-dire d'une société où les entreprises (bonnes) de services allaient remplacer les entreprises (mauvaises) de production de biens matériels. On allait voir ce qu'on allait voir, grâce à la créativité et l'on produirait des logiciels plutôt que des tôles d'acier, des machines à coudre, des assiettes en faïence ou des voitures automobiles. Et j'ai vu la fermeture des ACEC (Ateliers de Constructions Electriques de Charleroi), de la MBLE (Manufacture Belge de Lampes Electriques) et de bien d'autres "fleurons" de l'industrie belge, surtout wallonne. J'avais beau tenter d'expliquer dans mes éditoriaux qu'il fallait, pour donner de l'emploi aux Belges et des ressources financières à la Belgique, former plus d'ingénieurs et moins d'étruscologues, je voyais les écoles d'ingénieurs de moins en moins fréquentées. Elles intéressaient moins les politiciens que les facultés de lettres, que les instituts d'histoire de l'art, que les académies d'art du cirque, que les écoles de ventriloquie... Les chômeurs étaient de plus en plus nombreux et de mieux en mieux formés, diplômés d'assyriologie ou d'histoire du théâtre. Aujourd'hui, j'assiste à des "talk-shows" où la même incompréhension oppose ceux qui savent calculer à ceux qui rêvent. Le chômage augmente en Belgique, en France, ailleurs en Europe où l'on préfère former des clowns et des philologues que des ingénieurs.

Mais à quoi bon expliquer à des ignares que seules des entreprises peuvent créer des richesses ? Que dans un monde de plus en plus complexe il faut des dirigeants formés à l'étude de la complexité ? Qu'il ne suffit pas d'avoir des entreprises, mais qu'il faut encore que celles-ci vendent leurs produits à des clients solvables avec un bénéfice suffisant ? Qu'il faut taxer les improductifs et soutenir les producteurs ? Qu'il ne faut pas prendre les vessies pour des lanternes, et les casseurs d'installations industrielles pour des bienfaiteurs ?J'entendais récemment un quidam, sur une chaîne TV française, annoncer sans rire que dans les prochaines années le secteur des énergies "renouvelables" allait créer 100 ou 150 mille emplois ! Mais combien d'emplois seront supprimés, corrélativement, dans le secteur des énergies fossiles ? Car les ingénieurs savent bien qu'un kWh photovoltaïque ou produit par les courants d'air vaut exactement un kWh "fossile". Et donc, si l'on produit (toutes choses égales par ailleurs) 100 kWh par éoliennes à la place de 100 kWh par le nucléaire ou le pétrole, ce que l'on gagne en emploi d'un côté est perdu de l'autre... Et quand je pense aux milliards qui sont engloutis dans la "recherche" pour mettre au point la production d'énergie par fusion nucléaire !!!... Dont la faisabilité n'est même pas sûre ! Allons, il est temps que je relise quelques bonnes pages de Husserl, ou de Heidegger...

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article