Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Jean C. Baudet

Louis Savary et les mots salvateurs

3 Octobre 2013 , Rédigé par jeanbaudet.over-blog.com

Salvateurs ? Oui, les minuscules poèmes de Savary, ou aphorismes, nous sauvent non seulement de l'ennui (c'est déjà un beau résultat, que tous les poètes ne parviennent pas à atteindre), mais surtout de la vanité des certitudes toutes faites et de la sottise des contentements de soi. J'ai déjà présenté le poète Louis Savary ici même, poète belge que l'on peut situer dans le sillage d'Achille Chavée, et voilà qu'il nous offre encore un merveilleux recueil de bons mots qui, assemblés avec patience et pénétration, forment de petites splendeurs verbales d'intelligence et de sensibilité. Cela s'appelle Cracheur de mots, c'est un livre de 100 pages publié par les éditions Les Presses Littéraires.

A lire et à relire, car il émane de cet ouvrage - dans cette frénésie des mots - une variété d'idées et d'émotions comme un arc-en-ciel est un mélange de couleurs. Il y a de la tendresse, de l'analyse, de l'acuité, de la nostalgie, du sarcasme, et de l'optimisme - qui est peut-être l'optimisme du désespoir. Mais je ne suis pas sûr d'interpréter correctement une poésie qui est, dans sa concision, à multiples sens, et là où je vois de l'optimisme, d'autres verront peut-être la douloureuse lucidité de la fin des espérances.

J'aime beaucoup (je cite sur une seule ligne) :

- là où les poètes sont sourds la poésie est muette

(impitoyable dénonciation des poèmes qui n'ont rien à dire)

- je n'écris que pour moi mais vous auriez tort de ne pas en profiter

(le sommet de l'ironie)

- la poésie n'arrête pas de harceler de questions chacune de mes réponses

(le questionnement douloureux, ordinaire du poète et du philosophe, ignoré par les champions de la certitude qui mène au fanatisme).

 

Et puis voici une trouvaille remarquable, dont je ferais bien ma devise :

 

je suis un vieux con

et pourtant

j'ai lu tous mes livres.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article