Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Jean C. Baudet

Manola Antonioli et Gilles Deleuze

18 Décembre 2012 , Rédigé par jeanbaudet.over-blog.com

Lecture, hier après-midi à la Bibliothèque Royale, à Bruxelles, de l'ouvrage de Manola Antonioli : "Deleuze et l'histoire de la philosophie" (1999). Je rassemble quelques matériaux pour une éventuelle monographie sur Deleuze. Mais je ne sais évidemment pas si j'arriverai au bout d'un tel projet.

L'auteur analyse très finement le travail historique de Deleuze, consacré surtout, comme on sait, à Spinoza, Leibniz, Hume, Nietzsche et Bergson. Mais une analyse fine est-elle suffisante, et par exemple (page 59) quand Antonioli nous dit de l'empirisme transcendantal "il ne s'agit pas de la foi naïve dans une expérience immédiate, mais d'une recherche patiente et artiste des conditions de possibilité de l'expérience", va-t-elle suffisamment "au fond des choses" ?

Elle nous dit aussi que faire de l'histoire de la philosophie, c'est "penser au présent les philosophies du passé". Fort joliment dit ! Mais ne faut-il pas poursuivre l'analyse, et constater que "penser au présent" est en réalité impossible, puisque dès que l'on pense au présent, il est déjà passé, et que d'ailleurs le philosophe ne s'intéresse pas au présent mais au futur. Il s'agit, en étudiant Spinoza et les autres, non pas d'étudier ce que l'on a pensé hier ou avant-hier, mais d'essayer de découvrir ce que ces pensées anciennes et figées dans des textes peuvent nous apprendre pour vivre demain...

La commentatrice de Deleuze se laisse parfois aller jusqu'à l'abscons, comme trop souvent Deleuze lui-même. Mais elle a quelques formules claires et percutantes, comme celle-ci : "L'ennemi le plus redoutable de la pensée n'est pas l'erreur, mais la bêtise".

Et si je devais mériter des émules, ce serait me semble-t-il pour avoir tenté de développer une philosophie claire et simple, hostile à la bêtise. Non pas, bien sûr, que je tienne la Réalité pour simple et lumineuse. Certes, la recherche de l'unité sous le multiple caractérise l'esprit humain, ou du moins l'esprit philosophique depuis Thalès. Mais je pense que la mission du philosophe n'est pas seulement de connaître et de décrire la Réalité - aussi complexe soit-elle éventuellement - mais qu'elle est aussi de présenter cette complexité le plus simplement qu'il est possible, si du moins la philosophie a bien pour but d'éclairer les hommes sur leur condition. Et ce n'est pas parce que la condition humaine est obscure, voire absurde, qu'il faut le dire obscurément, ni parce que l'Être nouménal est peut-être inatteignable que l'on ne peut pas dire en phrases claires et distinctes son incognoscibilité.

Encore est-il que je ne m'adresse ni à des enfants ni à des oligophrènes, et que la recherche du véritable vaut bien un effort intellectuel, sans doute.

Pour info : Télé Bruxelles

Canal C (Namur)

www.canalc.be/index.php?option=com_content&view=article&id=100001595:entree-libre-de-jean-baudet-&catid=114:entree-libre&Itemid=56

Librairie Filigranes (Bruxelles)

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article