Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Jean C. Baudet

Methode Gahungu, Burundi et Rwanda

27 Mars 2013 , Rédigé par jeanbaudet.over-blog.com Publié dans #Politique

Je dois avouer mon ignorance, je ne sais pas qui est Méthode Gahungu. J'ignore s'il est rwandais ou burundais, s'il est twa, tutsi ou hutu, mais je sais qu'il vient d'écrire un beau livre, et qu'il est "un homme de bonne volonté". Vous me direz qu'on ne fait pas de bons livres avec de la bonne volonté, et vous aurez raison, mais Gahungu a aussi derrière lui une vie de chercheur (il a publié, à ma connaissance, deux livres, chez L'Harmattan, sur le rôle des pères blancs dans la formation intellectuelle des Africains au temps de la colonisation) qui le rend capable d'écrire des choses intéressantes, et il a une bonne plume, qu'il ne met pas à son chapeau mais qu'il trempe dans l'encre de l'espoir d'une réconciliation entre les tribus de ce que les Belges appelaient, avant 1962, le Ruanda-Urundi. Gahungu vient donc de publier un nouveau livre, tout à fait passionnant : Burundi et Rwanda : réconcilier les ethnies (L'Harmattan, Paris, 2013, 291 pages). Je rappelle que le Burundi et le Rwanda sont deux pays d'Afrique centrale très semblables, habités par deux groupes ethniques principaux, les Batutsi et les Bahutu (le préfixe "ba" marque le pluriel dans les langues bantoues). L'antagonisme (cfr le massacre de près d'un million de Tutsis au Rwanda en 1994, sans compter de nombreux autres épisodes sanglants depuis l'Indépendance) entre les deux ethnies principales est fort bien analysé par Gahungu, qui résume notamment la "vision" que l'on se fait habituellement des deux groupes (page 24) : "Quant aux Hutu, ils sont définis comme des personnes gaies, impulsives, naïves, portées vers le surnaturel. Les Tutsi, au contraire, sont indiqués comme des individus intelligents, habiles et éduqués, égoïstes, vindicatifs, paresseux : le travail manuel est, pour eux, peu digne de leur race de seigneur".

Dans la première moitié de son livre, l'auteur tente de reconstituer l'histoire des deux pays, ce qui est bien difficile du fait que l'écriture était ignorée par les peuples concernés avant l'arrivée d'Européens, et qu'il faut donc se baser sur des traditions orales d'interprétation délicate. Dans la seconde moitié de l'ouvrage, il essaye de trouver des voies de réconciliation. Il note que "pour une réconciliation véritable, il faut avoir le courage d'aller à la recherche des causes principales des conflits sociaux" (p. 140). Dès le début de son livre, Gahungu avait d'ailleurs osé une généralisation, hélas bien exacte : "les Africains d'ethnies différentes sont presque incapables de vivre pacifiquement ensemble" (p. 9).

L'ouvrage de Méthode Gahungu est basé sur une documentation solide, comme le montre son abondante bibliographie. Je m'étonne toutefois de ne pas y voir mentionner les travaux, pourtant décisifs, des Belges Francis Rodegem (son dictionnaire rundi-français est cependant mentionné) et Jan Vansina. Celui-ci a notamment publié L'évolution du royaume rwanda des origines à 1900 (1962) et La légende du passé : traditions orales du Burundi (1972) qui sont deux des ouvrages les plus substantiels de l'historiographie des deux pays.

Et je me dis qu'il n'y a pas qu'au Rwanda et au Burundi qu'un peuple "gai, naïf et porté vers le surnaturel" rêve d'anéantir un autre peuple "intelligent et éduqué"... En essayant de trouver, dans ces beaux pays de collines verdoyantes, les causes des conflits sociaux, Gahungu a peut-être trouvé la clé de la condition humaine : la différence, mère de la jalousie.

Pour info : Télé Bruxelles

Canal C (Namur)

www.canalc.be/index.php?option=com_content&view=article&id=100001595:entree-libre-de-jean-baudet-&catid=114:entree-libre&Itemid=56

Librairie Filigranes (Bruxelles)

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Méthode Gahungu 14/10/2013 16:09

Monsieur Jean Baudet,
Je vous demande pardon pour avoir écrit ce message avec un si grand retard. La raison est que je n'ai pas beaucoup google pendant ces derniers mois. J'écris uniquement pour vous remercier de votre
appréciation pour la publication que j'ai faite sur la réconciliation au Burundi et au Rwanda. Je n'ai pas pu citer tous les chercheurs qui ont écrit sur ces deux pays, tout en tenant avec grand
respect leurs contributions. J'ai choisi ce qui était plus près du thème. J'espère qu'un jour je pourrais partager les convictions que j'ai exprimées dans ce livre avec un public intellectuel de
Burundais et de Rwandais, par exemple dans vos universités belges (à Namur, à Louvain ou à Bruxelles). Avec mes meilleurs sentiments de reconnaissance,
Méthode Gahungu