Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Jean C. Baudet

Philosophie 009 - Les atomes

8 Janvier 2012 , Rédigé par jeanbaudet.over-blog.com

Je ne suis pas sûr qu'il existe une filiation historique allant de la physique d'Empédocle à celle de Démocrite d'Abdère (v. 460 - v. 370), mais la filiation logique est évidente. Les Milésiens pensaient que le monde est formé d'un élément. Empédocle pensait que le monde est formé de quatre éléments. Il était fatal qu'un philosophe, réexaminant la question "physique", arrive à l'idée que le monde pourrait bien être formé de beaucoup d'éléments. D'ailleurs, le problème à résoudre est celui de la diversité. Il est clair qu'avec plus d'éléments au départ on pourra obtenir des objets plus différents par construction ! Mais est-ce une explication satisfaisante ? Ne s'agit-il pas d'expliquer la multiplicité du monde par la multiplicité de ses composants, et en somme ne s'agit-il pas finalement de " déplacer le problème " ? Pourquoi y aurait-il beaucoup d'éléments, et pas seulement un petit nombre ? A vrai dire, le philosophe qui a médité sur ces questions difficiles sait bien que la question " pourquoi le monde ? " n'a aucun sens : le monde existe, il est là, mystérieux et s'imposant par ses effets sur notre moi, présent, indiscutable dans ses résistances à mes désirs. Je ne peux empêcher le ciel bleu, la chaleur du soleil, les nuages, les arbres, d'exister... Mais s'il est vain de vouloir comprendre pourquoi le monde existe (1), je peux tenter de comprendre ce qu'il est, c'est-à-dire chercher l'être qui le fait être ce qu'il est. Nous avons étudié la réponse des Milésiens : le monde existe parce que des éléments (ou un seul) le font exister. Nous avons étudié la réponse des pythagoriciens : le monde existe parce que les nombres le font exister. Voici maintenant une troisième réponse, celle de Démocrite.

 

L'existence de Démocrite est mal connue. Il fut un disciple de Leucippe (v. 460 - v. 370) dont la biographie est plus mal connue encore. Voici peut-être le raisonnement de Démocrite (ou de Leucippe ?). Je ne peux que construire un raisonnement hypothétique, car tous les ouvrages des deux philosophes sont perdus.

 

Supposons un morceau d'une substance quelconque, bout de bois, plaque de métal, peu importe. Je peux casser l'objet en morceaux plus petits, et je constate qu'un morceau de bois se divise en morceaux de bois, un morceau de bronze en morceaux de bronze, etc. Je peux alors refaire la même opération, c'est-à-dire prendre un petit morceau, le casser, et obtenir à nouveau des morceaux, de même nature, mais encore plus petits. Et je continue. En fait, je ne dois même pas faire ces morcellements successifs "en vrai", je peux me contenter d'une expérience "mentale". Alors voilà où sont arrivés Leucippe et Démocrite. Les morceaux obtenus sont de plus en plus petits. Il devient difficile de continuer à les diviser, mais supposons que leur petitesse ne soit pas un obstacle au morcellement. Si même je parvenais, par je ne sais quel moyen, à poursuivre mes divisions (jusqu'à obtenir des morceaux tellement petits qu'ils deviennent invisibles), il faut (ma raison m'oblige à penser) que j'arrive à une limite, car il me semble impossible que l'on puisse obtenir des morceaux de plus en plus ténus sans arrêt, divisant sans cesse pendant l'éternité ! Il doit exister une dimension minimale en dessous de laquelle la substance étudiée ne peut plus être fragmentée en deux, devient insécable (en grec : atoma).

 

Leucippe et Démocrite arrivèrent ainsi, par un raisonnement basé sur l'impossibilité de l'infini ou de l'éternel, à admettre que le monde est formé de toutes sortes de substances (le bois, l'eau, le sable, le fer, etc.) qui elles-mêmes sont formées de petits corps, invisibles du fait de leurs dimensions, et insécables : les atomes. Leucippe et Démocrite, en fondant l'atomisme, généralisent à l'extrême le concept d'élément primordial forgé par Thalès et ses disciples. L'eau des sources (qui est insipide) est formée exclusivement d'atomes d'eau. L'eau de mer (qui est salée) est par contre formée d'un mélange d'atomes d'eau et d'atomes de sel. Et le jus de citron (qui est acide) est évidemment un mélange d'atomes d'eau et d'atomes d'acide. Démocrite pensera en outre que les atomes d'eau sont sphériques, ce qui explique la liquidité de l'eau, mobile comme un assemblage de billes. Quant aux atomes d'acide (que l'on trouve aussi dans le vinaigre), ils sont sans doute pointus, ce qui provoque le goût piquant - qui résulte du contact des pointes de l'acide avec les atomes de la langue...

 

L'atomisme de Démocrite, comme la physique des éléments, était un matérialisme : les atomes sont constitués de matière, c'est-à-dire qu'ils sont de même nature que les objets que nous pouvons percevoir par nos sens, et donc de même nature que notre corps. Nous ne pouvons pas percevoir les atomes individuellement, car ils sont extrêmement petits, mais nous percevons les corps formés par un nombre suffisamment grand d'atomes. Il s'agit donc aussi d'un athéisme. Il n'y a dans le monde, dans l'Être, répétait Démocrite, " que des atomes et du vide " : ni dieux, ni âmes ! L'existence du vide était une exigence rationnelle : le mouvement existe, et ne peut résulter que de déplacements d'atomes, qui pour se mouvoir doivent être séparés les uns des autres par un lieu sans obstacles : le vide. Les Grecs - y compris même certains philosophes, comme Platon - étant fidèles en majorité aux traditions religieuses, rejetèrent les idées de Démocrite dont l'athéisme leur faisait horreur. Les livres de Leucippe et de Démocrite furent détruits. C'est curieux de constater que le désaccord sur l'existence des dieux conduit à la détestation de l'adversaire et au fanatisme. Je ne parviens pas à pénétrer dans une telle exécration : je ne parviens pas à haïr quelqu'un parce qu'il croit en Jésus-Christ, au Père Noël ou à la Dignité humaine. Il me semble que toutes les opinions sont respectables. Il ne faut pas confondre l'opinion (respectable) et la volonté d'imposer cette opinion, qui est abjecte.

 

Nous retiendrons que l'atomisme est un matérialisme qui voit la matière comme formée d'atomes extrêmement petits. Il y a autant de sortes d'atomes qu'il existe de substances différentes. L'idée d'atome résulte de l'idée de l'impossibilité de l'infini. Les atomes sont insécables, et en outre solides et éternels.

 

(1) Voici un des points difficiles de la philosophie : une existence se constate, s'éprouve, elle ne s'explique pas. L'expliquer revient à en chercher la cause, certes, mais il s'agira ensuite d'expliquer la cause par une cause plus "profonde", et l'on n'en finit pas.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article