Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Jean C. Baudet

Philosophie 011 - Le Réel

10 Janvier 2012 , Rédigé par jeanbaudet.over-blog.com Publié dans #Philosophie

Nous avons vu que le départ historique de la philosophie se situe au début du VIe siècle avant notre ère, à Milet, en Ionie, avec la réflexion de Thalès. Mais ce n'est qu'un fait "historique", c'est-à-dire en somme anecdotique. Il importe davantage de connaître le départ psychologique de la philosophie, c'est-à-dire savoir dans quelles conditions un homme (Thalès ou chacun de ses successeurs) se met à philosopher. On connaît la formule qui nous dit que la recherche vient de l'étonnement. Mais encore ? Satisfaire une curiosité ne conduit pas nécessairement à la philosophie. Bien des hommes furent étonnés par le ciel nocturne étoilé et devinrent astronomes, ou furent étonnés par le chant des oiseaux et devinrent zoologistes. Ils ne devinrent pas philosophes pour autant.

 

Il y a au départ de la démarche philosophique le surgissement dans la conscience d'un état particulier où il y a de l'étonnement, du questionnement, mais aussi une volonté, ou du moins un désir d'amélioration personnelle. L'astronome étudie les astres, sans s'occuper d'autre chose. Le philosophe, quelle que soit l'orientation que prendra sa pensée, fait d'abord un travail sur lui-même. Socrate répétait souvent : "connais-toi toi-même". C'est en effet le ressort de toute philosophie. Le sociologue étudie la société des hommes pour en connaître les particularités, exactement comme le zoologiste compte les pattes des araignées. Il ne devient éventuellement philosophe que s'il tente de comprendre les rapports entre la société et lui-même. Toute philosophie est égocentrée (1).

 

Au départ de tout travail philosophique, il y a donc une prise de conscience de soi (2). Il y a tout un complexe de notions vagues que la réflexion philosophique tentera de clarifier et de transformer en concepts : je suis là (d'où le concept d'ipséité), et toujours là malgré le temps qui passe (concept de temps), j'éprouve parfois des joies et parfois des peines, qui proviennent de mon environnement, c'est-à-dire que je subis comme ne venant pas de moi. J'aimerais me trouver définitivement dans un état de joie sans souffrances, ce que j'appelle le bonheur. Il y a alors la compréhension, encore "naïve" mais fondatrice de ma recherche, 1° que je dépends d'un extérieur, d'une situation, 2° que je peux tenter de modifier mon état (plus ou moins distant du bonheur auquel j'aspire) par certains actes (un projet de vie), 3° que pour connaître les actes à choisir pour approcher du bonheur il me faut connaître l'extérieur dont je dépends.

 

Les philosophes appellent cet extérieur dont je suis dépendant, et qui comprend d'innombrables objets, le Non-Moi, le Monde, l'Univers, le Cosmos, l'Être, le Tout, le Réel... Il est important de comprendre que tous ces termes désignent la même notion : celle de tout ce qui existe, au sein de quoi je me trouve (et dont je fais éventuellement partie, mais la relation entre le moi et le non-moi ouvre des difficultés considérables que nous examinerons plus tard). Pour le philosophe, le Réel est donc "tout ce qui existe vraiment", et plus précisément "tout ce qui peut avoir une influence sur moi". Car à vrai dire un objet qui n'aurait aucune influence sur mon état ne me concerne pas, son étude serait totalement vaine et me détournerait de la vraie philosophie (3).

 

Le Réel comprend mon corps, le monde matériel et, peut-être, le monde spirituel.

Le Réel comprend d'abord mon corps, car il est évident que de lui me viennent des plaisirs et des souffrances.

Le Réel comprend ensuite tout ce qui est sensible, le matériel, qui se présente à moi comme une immensité inimaginable dans sa totalité, où à la diversité des choses qui avait induit la réflexion de Thalès s'ajoute pour nous l'insondable durée depuis le "Big Bang" et les inconcevables distances dont nous parlent les astronomes.

Le Réel comprend enfin, peut-être, du non-sensible, du non-matériel, que l'on appelle traditionnellement l'au-delà, le spirituel (c'est-à-dire le monde de l'esprit, spiritus en latin).

 

Aucun philosophe sérieux ne nie l'existence de son propre corps ni celle du monde matériel. Par contre, il y a une très forte opposition entre ceux qui nient l'existence de réalités "spirituelles" telles qu'âmes, anges, démons, dieux, fées, lutins, etc. et ceux qui admettent l'existence d'un monde "dépassant" le monde matériel, d'une autre nature que le corps humain, et inaccessible par les sens. Les premiers sont les matérialistes. Les seconds sont nommés dualistes, spiritualistes ou idéalistes. Toute l'histoire de la philosophie se ramène essentiellement à la lutte, parfois sanglante, entre les matérialistes et les idéalistes.

 

Nous retiendrons qu'il y a deux positions philosophiques opposées concernant la réalité du "non-moi". Pour le matérialisme, l'Être est exclusivement constitué de matière, c'est-à-dire d'objets accessibles par les sens (4). Pour l'idéalisme, il est formé d'un monde matériel et d'un autre monde, non-matériel. Il y a, d'après l'idéalisme, une "coupure ontologique" entre les deux mondes. Le christianisme, par exemple, est un idéalisme. Il admet l'existence d'un monde matériel (le Ciel et la Terre, selon l'expression des "écritures saintes") et d'un monde immatériel, formé par Dieu, les anges, les démons et les âmes des hommes.

 

(1) J.C. Baudet : "Moi et les autres", Revue Générale 142(6/7): 49-53 (2007).

(2) Décrite par exemple par Jean-Paul Sartre dans son roman La Nausée.

(3) Nous retrouvons ici l'idée de "divertissement" chère à Blaise Pascal. Etudier des objets sans influence sur mon bonheur est un divertissement qui m'écarte de la seule recherche qui m'importe. Mais le fait est qu'il est difficile d'affirmer que tel objet, même lointain, est sans effet ou sera sans effet sur ma quête du bonheur.

(4) Eventuellement munis d'instruments d'observation. Les particules étudiées par les physiciens (protons, électrons, bosons, etc.) sont bien entendu invisibles, mais produisent des effets visibles.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article