Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Jean C. Baudet

Pour un Coran alternatif

24 Septembre 2012 , Rédigé par jeanbaudet.over-blog.com Publié dans #Religion

Il faut prendre les hommes comme ils sont, et non comme nous voudrions qu’ils soient. Les psychologues et les historiens s’accordent sur une donnée de la conditions humaine : les hommes peu cultivés ont besoin de croire en un au-delà avec l’intensité des émotions les plus fortes. D’où les religions. Il est donc utopique de vouloir répandre les résultats de la réflexion philosophique à tous les hommes, et au fond c’est inutile. L’Humanité pourrait se développer harmonieusement avec une petite élite instruite et agnostique et une grande masse inculte et religieuse. Car réfléchissons-y bien : il serait tout aussi impossible de répandre la connaissance et la pratique de l’agnosticisme parmi sept milliards de gens que de vouloir leur apprendre la Mécanique quantique ou la Biologie moléculaire.

Quand on dispose d’un bien, quel qu’il soit, et que l’on ne peut pas – pour quelque raison que ce soit – le distribuer à tout le monde, il faut le répartir à seulement quelques-uns. La réflexion philosophique et l’agnosticisme qui en découle ne peuvent pas être transmis à tous les hommes, comme il est impossible de donner du champagne à tous les habitants de la Planète. C’est une donnée du Réel, avec laquelle les dirigeants doivent compter, même dans leurs rêves les plus éthérés de Paix générale, d’Ethique généralisée et de Bonheur universel.

Mais la tâche de l’élite reste lourde et compliquée. Comme il est illusoire d’espérer le développement d’une religion unique pour la masse des peuples (vu la lourdeur des traditions régionales), il faudrait que les différentes religions puissent vivre dans l’harmonie – cela est possible, il y a des exemples dans l’histoire. Actuellement, seule la religion islamique pratique la violence contre ses « adversaires », et cela est dû à quelques passages du Coran qui sont interprétés comme des appels à la « guerre sainte » contre les non-musulmans.

Le christianisme a connu cette situation, organisant des croisades et des tortures inquisitoriales. Au fil du temps, grâce à certains de ses dirigeants, le christianisme a su se réformer et éliminer toute pratique violente à l’encontre des infidèles, entrant ainsi dans la modernité. Il appartient à l’élite de tous les pays (y compris à l’élite des musulmans modérés) de pousser les dirigeants du mahométisme à une telle réforme. Et l’on peut, avec un optimisme relatif, se souvenir des belles figures d’Avicenne et d’Averroès qui tentèrent déjà cette réforme il y a quelques siècles. Ce que les chrétiens ont su faire (lentement), les musulmans pourraient le faire, d’ailleurs plus rapidement grâce aux nouveaux moyens de communication. Il faut relire le Coran avec les acquis de la modernité, comme le concile de Vatican II a su relire l’Ancien et le Nouveau Testament à la lumière des avancées de la pensée humaine.

La certitude pour les peuples et le doute pour l’élite. N’est-ce pas réaliste, faisable ? Il faut savoir ne pas pousser les utopies trop loin.

Pour info, deux vidéos :

Canal C (Namur)

Librairie Filigranes (Bruxelles)

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Raman 24/09/2012 11:32

C'est impossible pour une raison relativement simple. Les Portes de l'Ijtihad ("Connaissance profonde") sont fermées depuis le 15 ème siècle. Les 4 écoles d'intérprétation coranique principales (le
malikisme, le hanafisme, le chaféisme, le hanbalisme) sont d'accord entre elles à quelques nuances près.

La différence fondamentale entre la Bible (Ancien et Nouveau Testament) et le Coran, c'est que la Bible n'est que la Parole Inspirée par Dieu, ce qui autorise une constante interprétation, une
exégèse herméneutique. Les juifs s'y adonnent depuis toujours par le Talmud pour son aspect exotérique et par la Kabbale et la Guématria pour son aspect ésotérique. Les Chrétiens, particulièrement
les Catholiques et les Orthodoxes, aussi par la voie mystique des différentes voies monastiques et, également, par le principe des Conciles qui tendent à tout remettre à plat afin, tout en
conservant le Credo intact, le mettre sous une lumière nouvelle en rapport avec les changements du temps. En Islam, le Coran est la Parole directe de Dieu en Personne descendue via l'Ange Gîbrîl
(Gabriel) à l'oreille du Prophète Mahomet. De ce fait elle ne peut qu'être prise littéralement.

De plus, les musulmans ont le droit (voire l'injonction) de pratiquer vis-à-vis des non-musulmans le double langage ("Al Takya"), le mensonge pieux qui peut faire avancer la cause de l'Islam.

La seule différence entre les musulmans dits "intégristes" ou "radicaux" et les musulmans dits "modérés" est une différence d'intensité et de degré de violence. Dans les deux cas le but est le même
: propager leur Foi au-dessus des autres.

Il suffit de lire le Coran et de consulter les Hadîths. C'est très simple.

Sachez, de même, que lorsque vous tombez sur des Sourates douces et modérées vis-à-vis des "Gens du Livre" (Juifs et Chrétiens), c'est que ce sont les Sourates de la Mecque. Mais ces Sourates ont
été abolies par les Sourates de Médine, lorsque Mahomet a proclamé la guerre aux gens du Livre à moins qu'ils ne passent à la soumission de l'Islam, ou alors à la Soumission du Protectorat en
devenant des "dhimmis" ("protégés") en payant un impôt supplémentaire, la "Jizya" afin de pouvoir conserver leur Foi et être des "citoyens de seconde zone", n'appartenant pas à la "Oumma"
(Communauté des Croyants)...

Les seuls "musulmans" intéressants sont ceux issus du Soufisme. Le Soufisme est la branche mystique de l'Islam, mais lorsqu'on se penche sur l'origine du Soufisme on réalise que les premiers soufis
étaient, en fait, des Gnostiques qui à l'arrivée de l'Islam se sont "islamisés" afin de survivre. Ils se sont de ce fait autorisés à contextualiser le Coran sans cesse par le biais de la Raison
afin d'y puiser une herméneutique qui va bien au-delà de la conception littéraliste habituelle. Mais ils sont considérés, d'une manière générale, comme des hérétiques par les tenants de l'Islam
officiel. Les imams et muftis lambdas se servent du soufisme pour faire avancer leurs pions, toujours par le biais de leur double langage et de leur stratégie pour s'implanter partout. Mais partout
où l'Islam sunnite ou Chiite est fortement implanté, les mystiques soufis sont quasiment inexistants car réduits à peu de chose par les pouvoirs en place.

Quand on lit le Coran, on comprend pourquoi le monde arabo-musulman est dans l'état dans lequel il est sur tous les plans.