Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Jean C. Baudet

Pourquoi je suis si philosophe

16 Juin 2012 , Rédigé par jeanbaudet.over-blog.com Publié dans #Philosophie

C'est vrai, je l'avoue, je me laisse parfois aller jusqu'à la littérature, mais c'est une espèce de penchant pervers que l'on acquiert à force d'écrire, ou alors je m'y suis mis pour explorer de nouveaux chemins de pensée - nouvelles, poésie, critique "littéraire" - dont je suis, il faut le dire, toujours revenu avec l'impression forte que ce sont chemins qui ne mènent nulle part. Car toute ma vie n'est qu'une longue recherche, et donc une longue souffrance, et comme disait Baudelaire (encore de la littérature !...), voici mon coeur mis à nu.

 

Je cherche parce que j'ai peur, peur de la douleur (sois sage, et tiens-toi plus tranquille), et c'est pour cela que j'explore le Moi et le Non-Moi, et que je fais, depuis maintenant 44 ans, mon métier de philosophe. Car je déteste les rimes, les assonances, les allitérations, la rhétorique et ses tristes figures, l'humour, les émotions du temps qui passe et de la beauté de la Lune éclairant l'Acropole. Je suis fatigué des poèmes, des romans, du bavardage, même couronné par des académies. Je ne fais que CHERCHER, pour comprendre, car j'ai renoncé à transformer le monde, c'est-à-dire le Moi et le Non-Moi.

 

Etrangement, cette recherche sincère de la vérité me vaut plus d'ennemis que de sympathisants. Mais est-ce ma faute si je n'ai jamais entendu l'appel du divin, et si je le dis dans mes phrases ? Est-ce ma faute s'il y a 7 milliards de gens sur la Terre, et dois-je écrire comme si je ne le savais pas ? Est-ce ma faute s'il y a des attentats islamistes, des voleurs impunis, des enfants battus, des adolescents qui brûlent des voitures, des politiciens qui prétendent produire de l'énergie avec du vent, des personnes apparemment sensées qui croient en l'astrologie, en l'alchimie, au marxisme, à la psychanalyse, au tarot ?

 

J'ai "découvert" que la Relativité d'Einstein est supérieure à la Gravitation de Newton, elle-même supérieure au Géocentrisme de Ptolémée. Je n'ai pas trouvé de tels progrès dans l'histoire des religions, des arts, des littératures... Est-ce de ma faute ? Suis-je condamnable parce que je ne trouve de stabilité intellectuelle que dans la logique d'Aristote et dans la géométrie d'Euclide, alors que je ne perçois que de la fumée et du vent dans les doctrines si diverses qui forment la Non-Science ? Est-ce ma faute si j'ai "découvert" la continuité épistémologique qui relie la Science, la Technique et l'Industrie, et si j'ai jeté les bases d'une éditologie qui est une Critique de la pensée STI ? Est-ce ma faute si je cherche, et suis-je responsable de ce que je trouve ? Et si ce que je trouve est presque toujours à l'opposé des diktats de la Pensée Unique ?

 

Ah tiens, une anecdote ! Au tout début de mon enseignement, je consacrais mes premiers cours aux sophismes : l'art de démontrer le contraire de ce que l'on pense.

 

Pour info, vidéo :

Librairie Filigranes (Bruxelles)

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article