Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Jean C. Baudet

Propos sur la contradiction

1 Novembre 2011 , Rédigé par jeanbaudet.over-blog.com

Quel bonheur de rencontrer des opposants intelligents, des adversaires instruits, des contradicteurs cultivés, car ne sait-on pas que la pensée avance par la dialectique, c'est-à-dire par le contre-dire ? Avant même les feux superbes de Platon et d'Aristote, les sophistes déjà nous l'apprenaient, Protagoras d'Abdère, Gorgias de Léontium, et les autres. Ils avaient compris qu'à toute thèse correspond une anti-thèse, et avaient découvert le désaccord entre les hommes. Bien sûr, ils ne confondaient pas la doxa avec l' épistémè, et ils ne plaçaient pas l' épistémè sur le même plan que la sophia. Ils savaient que l'opinion de tant d'hommes n'est que de la fumée et du vent, et ils n'écoutaient pas les foules ignorantes - et d'autant plus attachées (jusqu'au fanatisme) à leurs maigres prétendus savoirs. Ils ne mesuraient leurs avis qu'entre philosophes. Encore le faisaient-ils avec ténacité, avec rudesse même, mais avec élégance et sans les jugements définitifs et péremptoires, les fanatismes sans nuance, les insultes et les attaques personnelles des imbéciles modernes. Je rappelle au passage que "imbécile" n'est pas une insulte mais un terme de psychiatrie, qui désigne une certaine faiblesse des facultés mentales. L'imbécillité est très répandue.

 

Comme il est triste de voir - au XXIe siècle, après Husserl, après Einstein ! - des hommes "de gauche" n'avoir pour tout argument contre un adversaire que l'insulte outrée : fasciste ou nazi ! Comme il est affligeant - mais pourquoi l'étude de l'humanité serait-elle joyeuse ? - de devoir constater que notre époque, qui pourtant accumule les savoirs et les sagesses de centaines de générations, ne parvient pas à associer politique et politesse, qui devraient être au service de la Polis (la Cité).

 

Pour ma part, je n'accepte de débattre qu'avec ceux qui cherchent courageusement et sincèrement la vérité, qjui acceptent de penser qu'elle pourrait être différente de leurs convictions, qui sont à tout moment prêts à revoir leurs jugements, et qui ne sont assujettis ni à leur vanité, ni aux injonctions doctrinales d'un parti, d'une secte ou d'une caste.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article