Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Jean C. Baudet

Quand je descendis de la montagne (poème)

19 Juin 2012 , Rédigé par jeanbaudet.over-blog.com Publié dans #Poème

Fastueux et splendide

brillant de plus de feux qu'on en peut allumer

je cheminais dans l'air pur de l'aurore

descendant de la montagne

après avoir tout lu - livres maculés par mes notes marginales

après avoir tout bu - bouteilles et flacons vides comme mon coeur

et je me résignais à descendre encor

dans la plaine où se montre la vérité des corps

dans la boue des vérités dans la fange des audaces

dans l'obscène et immonde défilé des grimaces

et dans l'espoir crédule des foules obéissantes

et je n'ai obéi à personne.

 

Empoigne l'espérance et tords-lui son cou

fais éclater l'espoir dans un dérèglement dans tous les sens

méfie-toi, par dessus tout, ah oui, méfie-toi

des séductions faciles

de l'Erudition, de la Politesse et de la Poésie.

 

Quand je descendis de la montagne - mon unique voyage (mon enfant, ma soeur)

je perdis le goût et l'odorat

je ne distinguai plus la couleur des voyelles

et je me mis à nager dans l'infâme

IL avait déjà annoncé la mort de Dieu

L'AUTRE avait à son tour annoncé la mort de l'Homme

il me restait à annoncer la mienne.

 

Je le fis, fastueux et splendide,

habillé des pacotilles de l'herméneutique parfumée au benjoin surchauffé,

empyreumatique et âcre,

en vérité, je vous le dis, quand je descendis de la montagne.

 

Aurait-il fallu que j'en descendisse plutôt ?

 

Pour info, vidéo :

Librairie Filigranes (Bruxelles)

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article