Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Jean C. Baudet

Science et non-sciences

29 Janvier 2014 , Rédigé par jeanbaudet.over-blog.com Publié dans #Science, #Philosophie

Après avoir publié une "Histoire de la Science" chez Vuibert (9 volumes, 2002 à 2009), j'ai entrepris la rédaction d'une "Histoire des non-sciences", c'est-à-dire une "Histoire des mythes, des religions et de la philosophie". Les deux premiers volumes sont déjà parus chez Jourdan : "Curieuses histoires de la Pensée" (2011, 601 pages) et "Histoire de la Pensée de l'an Un à l'an Mil" (2013, 334 p.).

Ce découpage des productions textuelles de l'Humanité en Science et non-sciences correspond à la thèse centrale de mon épistémologie ("éditologie"), qui voit une coupure épistémique entre la STI (Science-Technique-Industrie) et la Culture (poésie, littérature, religions, philosophie, "sciences humaines"...), qui est une élaboration épistémologique de l'opposition pascalienne entre le coeur et la raison. L'étude approfondie de l'histoire de la Science (y compris l'histoire de la Technique et de la Technologie) montre clairement, à toutes les époques, la connexion profonde qui relie la Technique (dont l'avènement est comme le signe de l'hominisation), la Science et la Technologie aux activités économiques. Quant aux religions, elles naissent comme le montrent les travaux des ethnologues (voir notamment Malinowski) de la scission faite (pendant la Préhistoire) entre les récits "vrais" (sacrés) et les récits "inventés" (littérature). Ces récits primitifs sont engendrés par la Peur provoquée par des phénomènes naturels effrayants (nuit étoilée, orages, tempêtes, incendies, animaux féroces...), magiquement apaisée par les "explications" du mythe. Les textes les plus anciens dont nous disposons (Gilgamesh sumérien, Livre des morts égyptien, poèmes d'Homère et d'Hésiode) sont soit des textes purement religieux, soit des poèmes où les interventions divines sont décisives, ce qui montre bien le lien profond entre religion et littérature (entre l'émotion et l'imaginaire). Le mythe se transforme en religion quand le pouvoir impose la connexion entre ce mythe et des rites (l'avènement simultané de l'institution royale et de la religion socialement organisée est admise par de nombreux historiens des religions).

Je me suis livré à l'exercice de l'opposition entre Science et non-sciences dans le cas simple de la Belgique, dans mes livres (chez Jourdan) : "Histoire des sciences et de l'industrie en Belgique" et "A quoi pensent les Belges ?". D'un côté les travaux d'Etienne Lenoir (la voiture automobile), de Zénobe Gramme (l'électrotechnique), de Prigogine et de De Duve (thermodynamique et biologie moléculaire), de l'autre ceux de Simenon, d'Hergé et de Maurice Carême...

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article