Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Jean C. Baudet

Violence et religions

24 Décembre 2013 , Rédigé par jeanbaudet.over-blog.com

José Fontaine (philosophe wallon) attire mon attention, très judicieusement, sur les travaux de René Girard, qui a notamment étudié les rapports entre la violence et le fait religieux. Rappelons les titres de quelques-uns de ses ouvrages importants : La violence et le sacré (1972), Le bouc émissaire (1982), Le sacrifice (2003). C'est qu'en effet la question épistémologique (comment l'homme est-il capable d'acquérir des savoirs ?) se double d'une question éthique : pourquoi l'homme ayant accepté un savoir y tient tellement qu'il va jusqu'à la violence ? Violence envers lui-même : les martyrs du début du christianisme, les kamikazes musulmans aujourd'hui. Violence envers ceux qui n'acceptent pas ledit "savoir" : persécutions, croisades, inquisitions, et formes "adoucies" de la violence, telle que l'insulte envers des opposants idéologiques ou politiques (les tics de Sarkozy, la banane de Taubira, et autres joyeusetés du meilleur goût chez les Français) ? Dans quelques religions (notamment le culte dionysiaque et le christianisme), la violence est dirigée contre le dieu lui-même, et l'eucharistie des chrétiens n'est pas autre chose qu'une théophagie. Cela devient folklore, comme la consommation de cougnous (le "petit Jésus") en ce temps de Noël. On arrive ainsi au rapport originaire entre violence et alimentation.

Cette question extrêmement difficile est éclairée par le fait biologique que la violence est l'essence même de la vie : l'animal doit tuer du vivant pour satisfaire sa faim. C'est "manger ou être mangé". En outre, bien avant la venue des religions, l'humanité a connu une "violence acquisitive", qui provient de la rareté des ressources. L'homme doit se battre avec ses congénères pour obtenir une nourriture rare. Il doit aussi se battre avec les autres mâles pour la possession des femelles rares. Le thème mythique du "paradis terrestre" ou de l'âge "d'or" s'explique sans peine par la rareté empirique des aliments et des femmes (attractives sexuellement). L'antériorité de la violence (qui est de l'ordre de l'Action, du "biologique") sur l'apparition des croyances religieuses (qui sont de l'ordre de la Connaissance, du "psychologique") permet peut-être d'expliquer que les religions naissantes - qui relèvent du politique - se servent des moyens disponibles pour conforter leurs positions. Cela revient peut-être à dire que la violence n'est pas liée à la religiosité, mais qu'elle s'y rattache pour des raisons circonstantielles. Ou peut-être peut-on dire que la violence sacrée est le fait des religions archaïques, et qu'a contrario la non-violence est le fait des religions évoluées (si "religion évoluée" a un sens).

La question me semble être encore ouverte. Mais, quant à moi, je préfère un monde sans violence, et, en ce temps de Noël, je souhaite la paix à tous les blogueurs et à tous les visiteurs de blogs "de bonne volonté".

Une vidéo de l'auteur à la librairie Filigranes, à Bruxelles :

https://www.youtube.com/watch?v=HZNSrBg25XQ

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article