Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Jean C. Baudet

Articles récents

L'histoire des Belges, une fois

26 Mai 2012 , Rédigé par jeanbaudet.over-blog.com

Peut-être même deux ou trois fois, car je crois avoir déjà évoqué mes travaux sur la Belgique dans ce blog. En effet, j'ai consacré trois livres à l'Histoire des Belges, à l'histoire de ce peuple minuscule, mesquin, médiocre à bien des égards, et tout simplement grandiose. Car quel autre peuple n'est pas médiocre à bien des égards ? Et quel autre peuple peut revendiquer l'invention du générateur de courant électrique (qui a permis la Deuxième Révolution industrielle, la première étant anglaise), de la voiture automobile (que serait devenu le monde sans les autos ?), du saxophone (que serait la musique d'aujourd'hui sans les instruments d'Adolphe Sax ?)... Sans compter le boudin de Liège. Or donc, j'ai publié 1° Les Ingénieurs belges (1986, aujourd'hui épuisé), 2° Histoire des sciences et de l'industrie en Belgique, 3° A quoi pensent les Belges, ces deux derniers ouvrages, encore disponibles en librairie, ayant été produits par l'éditeur JOURDAN.

 

J'ai commencé par les ingénieurs, car il me semble que la Belgique a plus été construite par ses ingénieurs (j'ai évoqué Zénobe Gramme, Etienne Lenoir, et il y en eut bien d'autres) que par ses peintres, ses poètes ou ses sigillographes. Le monde aurait pu se passer des nunucheries de Magritte ou des gnangnanderies de Maurice Maeterlinck... J'ai ensuite réparti mes enquêtes et mes réflexions selon deux axes inversés : la science (y compris la technique et l'industrie, le monde des chiffres) et la non-science, ce que l'on appelle généralement la "culture" (le monde des lettres). Ces livres m'ont valu quelques inimitiés, dont je me délecte. Quel bonheur d'être détesté par les maeterlinckistes, par les magrittomanes, par les technophobes, et par les poètes microscopiques (minuscules, mesquins et médiocres).

 

Pour info, deux vidéos :

Canal C (Namur)

www.canalc.be/index.php?option=com_content&view=article&id=100001595:entree-libre-de-jean-baudet-&catid=114:entree-libre&Itemid=56

 

 

Librairie Filigranes (Bruxelles)

www.youtube.com/watch?v=HZNSrBg25XQ

Lire la suite

Vers le progrès social

25 Mai 2012 , Rédigé par jeanbaudet.over-blog.com

Il y a cinquante ans, il n'y avait pas encore (ou alors, ils étaient peu nombreux) d'obèses, de SDF, d'homos et de gays fiers de leurs nouvelles manières (coïto per anum, ergo sum) et organisateurs de parades, de juges libérateurs de meurtriers, d'avocats de salauds, de pédophiles, de loqueteux fiers des trous dans leurs jeans, de tatoués, de percés, de camés, d'autolobotomisés, de mendiants dans les couloirs du métro de Paris, de gauchistes, d'écologistes, d'écolos, d'humoristes peu rigolos, de poètes minimalistes, de sectateurs du multilinguisme, d'adulateurs du multiculturalisme, de communautaristes, de terroristes musulmans, de musulmans terroristes, de blogueurs imbéciles, d'affamés prolifiques.

C'est vrai, quand même ! C'est dans les pays où les gens ont le moins à manger que la natalité est la plus grande ! Ils crèvent de faim, mais ils baisent.

 

Mais, il y a cinquante ans, il y avait déjà des lopettes et des gouines, des pédérastes et même déjà des pédés, des opiomanes, des esbroufeurs, des mazettes, des mauviettes, des fesse-mathieux, des pisse-froid, des pisse-vinaigre, des psychanalystes, des sodomites, des goulus, des pansus, et même des ventrus, des folasses, des cocottes, des demi-mondaines, des poétesses ridicules et nunuches, des gangsters et des démagogues, des clochards et des lexicographes. Et même des ratons laveurs.

 

Pour info, deux vidéos :

Canal C (Namur) 

www.canalc.be/index.php?option=com_content&view=article&id=100001595:entree-libre-de-jean-baudet-&catid=114:entree-libre&Itemid=56

 

 

Librairie Filigranes (Bruxelles)

www.youtube.com/watch?v=HZNSrBg25XQ

 

 

Lire la suite

Sans vagues (Petit poème en Prozac)

22 Mai 2012 , Rédigé par jeanbaudet.over-blog.com

Baudet Foire 2008 PortraitDivagations, divagantes, divaganteries, un gant de velours dans une main d'acier au carbone, le velours de mon gland, pourquoi des mots qui jalousent l'enfant, nous sommes puisque nous pensons ensemble.

Qui jaculent l'infant de Parme, dont Condillac fut précepteur.

En dix-sept cent cinquante-huit après Notre Seigneur.

On l'appelait Jésus le Christ, ah la la...

La poésie comme partage des mots Sion. Scions la branche. Et mots j'asperge. Du goupillon. De l'eau lourde bénite pour servir de modérateur.

Du carbure de prêtre pour servir de président de science. Ou de silence. Ou de malséance.

Du trifluorure de cadavre pour parfumer les andouillettes qui lui pendent au cou en manière de syntagme décoratif.

Des élytres uncinulés à faire blémir les taureaux.

Et un peu de mésenchyme d'ergastoplasme.

Et mots je relance dans la vitrine mondialisée des coureurs de fonds de commerce.

Et sens j'évoque dans la tonitruance d'une demoiselle au col en broderie anglaise.

Et sens je révoque à l'ouverture des vannes du silence.

Nous revêtirons nos uniformes et secouerons nos plumes dans les académies, les musées, les zoos piteux, les asiles (politiques), les seigneurs-tueries, les auto-cafés, la cerise sur le gâteux.

 

PS (non socialiste) : ceci, ou plutôt cela n'est pas un poème surréaliste. C'est plutôt (mais un peu tard, ou pétard) un théorème extatique en l'honneur du silence célébré par les poètes décérébrés.

 

 

Pour info, l'URL (à copier et coller après http://) d'une vidéo sur

www.youtube.com/watch?v=HZNSrBg25XQ

Lire la suite

L'Ingénieur et le Poète

13 Mai 2012 , Rédigé par jeanbaudet.over-blog.com

Il faut le redire sans cesse : le philosophe ne dispose que de deux outils, le Moi et les Autres, c'est-à-dire l'introspection et l'histoire. Il ne peut atteindre des savoirs que par l'observation la plus exigeante possible de lui-même et de ses semblables. Toute la philosophie antique est dominée par le "Connais-toi toi-même" de Socrate, toute la philosophie moderne est placée sous le signe du "JE pense donc JE suis" de Descartes, et la philosophie contemporaine n'est qu'une immense subjectivité, qu'il s'agisse de Husserl, de Heidegger, de Sartre, d'Onfray...

 

C'est la raison raisonnable pour laquelle il m'arrive de parler de Moi, sujet délicat, difficile mais passionnant. Eh bien, aujourd'hui JE pense à deux de mes livres, qui correspondent à deux pôles inverses de ma réflexion : Les Ingénieurs belges (publié en 1986 et maintenant épuisé) et Une philosophie de la poésie (chez L'Harmattan, encore disponible en librairie). Dans le premier, je tentais de définir la mission de l'Ingénieur, la technique étant selon moi le "noyau dur" de la STI (Science-Technique-Industrie), et il s'agit de construire et de produire, assez modestement. Dans le second livre, je tentais de déterminer la mission du Poète, étant entendu selon moi que la poésie est le noyau dur de la Culture, c'est-à-dire de la non-STI. Et je vois la mission du Poète en termes de séduction et d'espérance.

 

Il me semble même, si je devais sombrer dans le message d'utopie, que je pourrais dire que l'avenir de l'Humanité - mais est-ce vraiment un objet de réflexion philosophique, quand il faut d'abord se connaître soi-même ? - dépendra du bon équilibre que l'élite trouvera entre les réalités de la STI et les espoirs de la Culture. Un bon dosage de Ford et de Boeing (et de Colt) et de Beethoven, de Baudelaire et de Miles Davis (et de Lady Gaga).

 

La mission de l'Ingénieur, le sens de la technique ? J'y suis revenu dans un autre livre, Le Signe de l'humain (L'Harmattan, encore disponible), qui est une analyse plus poussée du fait technicien. Combattre Hans Jonas et Jacques Ellul, et poursuivre l'oeuvre de Maurice Daumas et de Bertrand Gille.

 

Voilà pourquoi je parle de moi, et voilà pourquoi j'écris des livres d'histoire, et même des "curieuses histoires". Mais en parlant de moi, j'étudie l'Humanité, et en écrivant des ouvrages historiques, je me situe parmi les autres. JE n'est pas un autre...

 

Pour info, l'URL (à copier et coller après http://) d'une vidéo sur

www.youtube.com/watch?v=HZNSrBg25XQ

Lire la suite

Histoire des entreprises

12 Mai 2012 , Rédigé par jeanbaudet.over-blog.com

Entreprises.gifMon dernier livre "Curieuses histoires des entreprises" vient de paraître, chez Jourdan (319 pages). Après avoir étudié l'histoire de la Science et l'histoire de la Technique, il me fallait étudier l'histoire de l'Industrie. Je pense en effet que la Science, la Technique et l'Industrie sont des systèmes de pensée profondément liés, qui forment un complexe épistémique que j'ai appelé "STI", et qui se distingue du complexe "culturel", formé par les religions, les idéologies qui en dérivent, et les productions artistiques et littéraires. Le sens de l'Histoire est plus profondément déterminé par les rapports entre STI et Culture que par la lutte des classes. Le face-à-face de l'Ingénieur et du Culturel est plus lourd de conséquences que celui du Bourgeois et du Prolétaire...

 

Mon livre étudie les origines et le développement d'une cinquantaine d'entreprises industrielles, celles qui ont profondément marqué le XXème siècle, et auxquelles nous devons notre manière de vivre ainsi que les espoirs et les désespoirs de la "mondialisation".

Le lecteur curieux sera sans doute intéressé de connaître les origines de Coca-Cola ou de Boeing. Et le lecteur plus exigeant trouvera de quoi alimenter sa réflexion sur les rapports entre connaissance scientifique, production et développement économique et social.

 

Pour info, l'URL (à copier et coller après http://) d'une vidéo sur

www.youtube.com/watch?v=HZNSrBg25XQ

Lire la suite

Sur le scepticisme

26 Avril 2012 , Rédigé par jeanbaudet.over-blog.com Publié dans #Philosophie

Il n'y a guère de honte, ni même de déshonneur, pour tout philosophe sincère du XXIème siècle, à devoir Penser le mondeavouer qu'il ne sait pas grand-chose, dès lors que Socrate répétait souvent, dans les rues d'Athènes, qu'il ne savait qu'une chose, c'est "qu'il ne savait rien". Car c'est l'avantage qu'ont, sur Socrate, les Onfray, les Ferry, les Badiou, les Salem, les Lévy, les Comte-Sponville, les Kristeva, d'avoir eu l'occasion de lire Aristote, Descartes, Kant et Gadamer, et d'avoir appris de source sûre que vingt siècles de recherches sur l'Etre et le Néant (surtout sur le Néant) n'ont pas apporté des savoirs décisifs qui dépassent en intérêt pour l'existence des hommes ce savoir définitif de Socrate : "je sais que je ne sais rien". Bien entendu, et on admettra que je l'ai déjà dit, il y a la théorie de la relativité, la mécanique quantique, la biologie moléculaire, la topologie érotique des strings et le retour du spirituel, avec ses lapidations et ses fermetures d'écoles. Bien entendu, il y a les immenses progrès de la phénoménologie husserlienne - et surtout post-husserlienne - et la prise de conscience par une petite partie de l'intelligentsia parisienne (y en aurait-il une autre ?) qu'il y a des Français qui pensent à l'extérieur de la Pensée Unique. Cette Pensée Unique (unique en son genre, en effet) qui mélange les fanfaronnades des duettistes Marx et Engels (sans oublier Althusser) avec les fantasmatiques et drôlatiques obsessions du docteur Freud et la poésie (?) de Char et Lacan. Tiens au fait, en passant, pourquoi (je veux dire un "poCur Penseeurquoi" philosophique, qui cherche les causes matérielle, formelle, finale et première) les entreprises industrielles françaises délocalisent leurs sites de production ? Et si c'était à cause des discours des philosophes qui ignorent leur scepticisme ? Car la sagesse d'aujourd'hui est de dénigrer ceux qui savent (un peu) et d'aduler ceux qui ignorent (beaucoup).

 

Pour info, l'URL (à copier et coller après http://) d'une vidéo sur

www.youtube.com/watch?v=HZNSrBg25XQ

 

l'histoire des sciences :

Lire la suite

Le peuple de France

17 Avril 2012 , Rédigé par jeanbaudet.over-blog.com

Machine au systemeQu'est-ce que c'est que ce peuple qui croit qu'un président d'une République de 60 millions d'habitants est responsable de la crise économique et financière mondiale, de l'explosion démographique qui en est la cause profonde, et du chômage qui en est la conséquence, et de la violence qui en résulte ?

 

Qu'est-ce que c'est que ce peuple qui a les plus prestigieuses grandes écoles du monde, qui produit (pense-t-il) la meilleure littérature du monde, la meilleure cuisine du monde, les meilleurs parfums du monde, les plus beaux vêtements du monde, les plus délicats fromages du monde, les vins les plus raffinés du monde, les films les plus élégants (?) du monde, qu'est-ce que ce peuple qui ignore que un milliard c'est beaucoup, vraiment beaucoup plus que 60 millions ?

 

Qu'est-ce que c'est que ce peuple qui a lutté pour la laïcité et qui se livre à la plus rétrograde des religions du monde ?

 

Mais est-ce le peuple de France, ou les intellectuels de France ? Où sont les instituteurs ?

 

Pour info, l'URL (à copier et coller après http://) d'une vidéo sur l'histoire des sciences :

www.youtube.com/watch?v=HZNSrBg25XQ

Lire la suite

Sur les systèmes de pensée

16 Avril 2012 , Rédigé par jeanbaudet.over-blog.com

Cur PenseeJe propose de distinguer quatre systèmes de pensée, à savoir, chronologiquement : 1° les religions, 2° la philosophie, 3° la science, 4° les idéologies. Les religions sont nées quand des clergés disposant de l'écriture ont formalisé les mythes hérités de la période pré-scripturaire. La philosophie est née le 14 avril 600 avant notre ère, à 2 heures du matin (environ), quand Thalès, lors d'une nuit d'insomnie, a décidé de rejeter toutes les traditions et de penser par lui-même. La science est née le 20 mai 1543, presque certainement l'après-midi, quand le livre de Copernic "De revolutionibus orbium coelestium" sort des presses de l'éditeur Johan Petreius, à Nuremberg. Enfin, les idéologies, déjà en gestation durant l'Antiquité gréco-romaine, se développent de plus en plus à partir de 1516 (Thomas More), avec notamment à droite Machiavel (1532) et à gauche Campanella (1623).

Les religions correspondent donc à un archaïsme de la pensée, et les idéologies à une dégénérescence. Elles sont orientées, les unes comme les autres, vers le vivre-ensemble, et délaissent les intérêts de l'individu au profit de l'ordre social, ignorant toute recherche critique sur la relation entre le Moi et le Monde. La philosophie est centrée sur le Moi - "connais-toi toi-même", répétait Socrate. La science est centrée sur le Monde - la "cosmologie" étant le couronnement, superbe, grandiose et inutile de la démarche scientifique.

 

J'ai pensé, un moment, que la poésie postmoderne (en France, après Rimbaud et Mallarmé) constituait un cinquième système de pensée, irréductible aux quatre autres (voir J.C. Baudet, Une philosophie de la poésie, L'Harmattan, Paris, 2006), mais l'idée de résiste pas à la lecture approfondie des poètes contemporains, qui soit restent confinés à la recherche esthétique (la poésie comme art), soit envisagent des prospections de l'indicible (la poésie comme recherche sans trouvailles, et la philosophie comme prétexte ou contexte de leurs textes), soit sont dominés par l'une ou l'autre idéologie.

 

NB.- Le marxisme, la psychanalyse, une certaine tendance de l'existentialisme sont des idéologies (voir K. Popper).

 

Pour info, l'URL (à copier et coller après http://) d'une vidéo sur l'histoire des sciences :

www.youtube.com/watch?v=HZNSrBg25XQ

Lire la suite

Sur la mondialisation

14 Avril 2012 , Rédigé par jeanbaudet.over-blog.com

 

Curieuses hist InventionsD'après le FMI, le PIB mondial fut, en 2011, de 70 011 milliards de dollars, ce qui correspond au taux actuel (EUR/USD) à une production de richesses de 53 541 euros.

 

D'autre part, il y a sur la Terre 7 milliards d'habitants.

 

Ce qui signifie que si l'on répartissait "équitablement" la production entre tous les habitants de la planète, chacun recevrait 7 649 euros par an, soit 637 euros par mois.

 

Il reste à tirer quelques conclusions de ces données.

 

Pour info, l'URL (à copier et coller après http://) d'une vidéo sur l'histoire des sciences :

www.youtube.com/watch?v=HZNSrBg25XQ

Lire la suite

Economie et politique

13 Avril 2012 , Rédigé par jeanbaudet.over-blog.com

Un boulanger sait bien qu'il faut de la farine pour faire du pain. Un maçon sait bien qu'il faut des briques pour faire un mur. Et un boucher n'ignore pas qu'il faut de la viande pour faire des saucisses. Mais les "intellectuels de gauche", superbes de dialectique critique, ou leurs porte-parole, ignorent qu'il faut une économie performante pour réaliser des projets de société ambitieux. En voilà un qui benoîtement nous explique que la France ira mieux avec un million de fonctionnaires en plus, et un autre qu'il faut "résister aux marchés" ! Belle affaire. Résister aux marchés, c'est comme "résister aux lois physiques de l'atmosphère" si l'on n'aime pas la pluie. Car l'on entend des dirigeants, des faiseurs d'opinion, des sociologues nous répéter qu'il ne faut pas que l'économie commande aux politiques, mais que c'est aux hommes politiques (voire "aux gens"...) de commander à l'économie !!! Autant dire que les projets (les rêves...) doivent s'imposer à la réalité, alors qu'il me semble - mais je pense comme un boulanger ou un maçon - qu'il faut, bien au contraire, adapter ses projets à la réalité. La réalité ? Sept milliards d'hommes et de femmes, et qui tous n'aiment pas la France. Car enfin, si la France est désindustrialisée, n'est-ce pas l'effet d'une cause ? Ou de deux causes convergentes ? Primo, les Français (je veux dire ceux qui dirigent l'opinion) ont voulu des emplois mais pas d'usines. Il n'y a plus d'usines. Donc il n'y a plus d'emplois ! Secundo, les Français (ceux qui les dirigent vers la Pensée Unique) ont voulu gagner plus en travaillant moins. L'effet n'a pas traîné. La révolution ? Je l'attends depuis 1978. Car la révolution devrait être celle des idées, et que l'on enseigne l'économie et les réalités techniques dans les écoles, plutôt que les déclarations diverses de droits multiples ! Il serait bien que la jeunesse connaisse Henry Ford et Antoine-Laurent de Lavoisier, plutôt que Trotsky ou Jean-Jacques Rousseau. Je le chante depuis 1978. Dans le désert des intelligences.

 

Pour info, l'URL (à copier et coller après http://) d'une vidéo sur l'histoire des sciences :

www.youtube.com/watch?v=HZNSrBg25XQ

Lire la suite