Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Jean C. Baudet

Articles récents

Le sens de l'histoire

27 Février 2011 , Rédigé par jeanbaudet.over-blog.com Publié dans #Politique, #Islamisme

Pour comprendre les événements actuels qui secouent le monde arabo-musulman, et pour tenter quelques considérations prospectives, il est INDISPENSABLE de relire l'Histoire, à la lumière de la raison intellective et non dans les brumes de l'émotivité et de la compassion. TOUJOURS, la civilisation a été minoritaire parmi les hommes, et TOUJOURS elle a dû se défendre par la violence. La Grèce et les guerres médiques. Rome et les guerres puniques. Les campagnes de Charlemagne, de Louis XIV... Plus près de nous, la démocratie a dû combattre, dans un double effort gigantesque, le nazisme allemand et le militarisme japonais. Cet indispensable recours à la violence implique des actes de "Realpolitik". Actuellement, la civilisation est menacée par l'islamisme combattant, et les pays civilisés n'ont plus eu d'autre choix que de s'allier à des dictateurs, de même que les Romains menacés par des barbares agressifs ont fait appel à des mercenaires, quand leurs propres ressources humaines ont commencé à se tarir. La France, par exemple, ne pouvait guère espérer un secours (en énergie et en hommes) de la part du Luxembourg ou de la principauté de Monaco... Quand donc les derniers dictateurs du monde arabe seront abattus, ce sera la liesse dans le monde occidental, liesse des peuples ayant perdu le sens des réalités, enivrés par les discours "humanitaires" de leurs "élites". Ils croiront avec la naïveté des intellectuels littéraires à l'expansion des valeurs de démocratie, de libre pensée et de progrès, quand en réalité la porte sera ouverte à l'islamisme conquérant. Mais il ne faut pas s'en faire, c'est inéluctable. On n'a jamais vu la civilisation se répandre plus vite que l'obscurantisme et la barbarie, de même qu'on n'a jamais vu la santé s'étendre plus vite que la maladie. C'est la profonde vérité mise à jour (pour les rares penseurs qui pensent en ayant laissé leur sentimentalité au vestiaire) par Martin Heidegger en 1927. L'Être est rongé par le Temps. TOUJOURS. Dans les pays les plus démocratiques, la Justice même n'est-elle pas, obigatoirement, secondée par la Police ?

Lire la suite

Dignité et religions

26 Février 2011 , Rédigé par jeanbaudet.over-blog.com Publié dans #Islamisme

Il paraît que les révoltés de Tunisie, d'Egypte, de Libye et sans doute d'ailleurs veulent "plus de dignité". Reste à savoir ce que l'on entend par là. La dignité de l'homme, c'est sa pensée, et sa pensée libre, c'est-à-dire libérée de toutes les traditions, surtout de celles qui se réclament du "sacré", et qui sont ces superstitions plus ou moins bien organisées que l'on appelle les religions. Nous verrons, dans quelques semaines ou quelques mois, quand tomberont les masques, ce que le mot "dignité" recouvre dans les pays arabo-musulmans. Quel bonheur d'observer l'Histoire en marche !

Lire la suite

Science et sottise

25 Février 2011 , Rédigé par jeanbaudet.over-blog.com Publié dans #Science

J'aurais dû écrire "connerie", pour être compris (?) par les plus jeunes. Car savent-ils encore ce qu'est la sottise, l'état le plus répandu de la condition humaine ? Or donc, quel est le problème de l'Humanité, aujourd'hui ? Les émeutes en Tunisie, en Egypte et en Libye ? Le réchauffement du climat avec les destructions qu'il entraîne dans les pays civilisés ? L'abaissement de la norme de tolérance des comportements agressifs dans les pays qui se croient civilisés ? La disparition prochaine des minerais de molybdène et de praséodyme ? L'explosion démographique dans des pays où ceux qui n'ont pas à manger pour eux-mêmes font des enfants condamnés d'avance à la famine ? Tout cela est inquiétant, certes, mais il me semble que le plus grave danger est le retournement qui s'annonce du processus qui a fait sortir l'Europe (chrétienne, pourtant) du Moyen Age. En 1543 (Copernic et Vésale) : l'avènement de la science. En 2011 (ou à peu près, le recul nous manque) : disparition de la science. Devenue trop difficile pour être comprise sans effort prolongé, elle est abandonnée par les "intellectuels" (comme ils disent) qui préfèrent les religions (et Dieu, dans tout ça ?...), les idéologies (Marx n'est pas encore mort, hélas), les phraséologies pompeuses (c'est la faute à l'ENA ou à l'ENS ?...). Quand des représentants de l'intelligentsia avouent ne rien comprendre au nucléaire, aux OGM, quand ils croient qu'un moulin à vent peut égaler une centrale électronucléaire ou que l'on peut obtenir de l'énergie en allant chercher de l'hélium sur de lointaines planètes, ou que l'on peut combattre la criminalité par des mesures de prévention, ou qu'il suffit de travailler moins pour gagner plus (les trop fameuses 35 heures), c'est à désespérer de l'intelligence humaine. Le savoir de quelques-uns a désormais (à vrai dire, cela remonte à Einstein, 1905, ou même à Newton, 1687) dépassé de manière sans doute irréversible la capacité de compréhension de tous les autres. Et ne pas oublier que les décisions se prennent "démocratiquement", c'est-à-dire par la majorité !

Lire la suite

Civilisation

14 Février 2011 , Rédigé par jeanbaudet.over-blog.com

Comment voulez-vous que la civilisation progresse, quand toujours et partout les cons sont les plus nombreux ?

Lire la suite

Enfer et damnation !

28 Janvier 2011 , Rédigé par jeanbaudet.over-blog.com Publié dans #Philosophie

Ce n'est pas l'existence de Dieu qui intéresse la philosophie, on s'en fout du Grand Barbu ! Et encore moins le sens de l'Etre, malgré les si belles phrases de Martin Heidegger. C'est l'idée d'enfer qui seule compte, et des millions de braves gens ont vécu dans l'angoisse à cause d'une fable inventée par les peurs ancestrales. Car enfin, comme dirait Pascal, si quand même ? Si, malgré tout !... Un cancer en phase terminale, sans morphine, et pour l'éternité ! Il y a de quoi faire frémir les plus forts. Mais, débarrassé de cette angoisse, l'homme n'a plus rien à craindre. Même les souffrances les plus atroces ne durent pas éternellement. Et si l'Enfer n'existe pas, alors, vraiment, oui, tout est permis ! Les gnangnanderies sur "l'Autre" et sur les "droits imprescriptibles" de l'Homme n'y changent rien.

Lire la suite

La profonde essence du poème

25 Janvier 2011 , Rédigé par jeanbaudet.over-blog.com Publié dans #Poésie

Ménalque est un grand écrivain. Il a lu tout René Char et tout François Jacqmin, et il a publié une trentaine de plaquettes de poésie, très minces, dont le petit nombre de pages témoigne avec fulgurance de l'immense travail de déconstruction qu'il a dû accomplir pour s'approcher, par élimations successives impitoyables, de l'essence profonde de la poésie authentique, qui est le silence imprimé sur la page blanche entre les mots, comble de l'indicible (et même de l'impalpable), et du non-encore-dit. Il sait le poids du vide, et il méprise en de justes colères le lyrisme indécent des ploucs et le mercantilisme de ceux qui écrivent des livres pour les vendre. Il a du succès dans les salons auprès des vieilles dames, parce qu'il distingue si bien la bonne littérature des écritures médiocres. Ménalque aime aussi ceux qui l'admirent, ce qui n'est point sot. Il connaît fort bien les couloirs des instances subventionnantes, et il sait vers qui il convient de diriger les fumées de son encens.

Lire la suite

Tunisie, Belgique, islam et fanatisme

21 Janvier 2011 , Rédigé par jeanbaudet.over-blog.com Publié dans #Politique, #Islamisme

Les observateurs politiques se réjouissent de la révolution tunisienne, aveugles comme souvent. Primo, les révolutionnaires prétendent vouloir la démocratie, mais le peuple tunisien veut une augmentation de son pouvoir d'achat ! Quand ce peuple se rendra compte que démocratie ne rime pas nécessairement avec économie florissante, les islamistes viendront cueillir cette région située entre Algérie et Libye... Secundo, il y a extrêmement plus grave que la Tunisie, même s'il n'y a pas encore de morts, c'est la situation en Belgique. L'intolérance de fascistes-démocrates qui visent l'éradication du français et l'épuration linguistique est beaucoup plus grave que la crise tunisienne. Car elle préfigure la déconstruction de l'Europe. Bientôt finis, les rêves, chers camarades observateurs politiques !...

Lire la suite

Les religions, excréments de l'esprit

14 Janvier 2011 , Rédigé par jeanbaudet.over-blog.com Publié dans #Religion

Comme on ne donne pas la même chose à manger aux chiens et aux chats, il ne faut pas procurer les mêmes nourritures spirituelles aux élites cultivées et aux masses populaires. Les religions, qui écoeurent l'homme instruit, sont parfaitement adéquates pour apaiser les foules. Pour traduire ce bon vieux Karl Marx en français postmoderne : "la religion est le shit des pauvres".

Lire la suite

Publicité et sottise autocollante

14 Janvier 2011 , Rédigé par jeanbaudet.over-blog.com Publié dans #Economie

Alcide n'aime pas la publicité. Et il est même très fier d'avoir collé, sur sa boîte aux lettres, une étiquette "Pub non merci". Il fait sa propre loi et, mouton parmi les moutons, il suit la direction du troupeau. N'aimant pas la publicité, il n'aime ni le commerce, ni les commerçants. Il déteste même ces hommes qui vivent de leur travail, de la vente de leurs produits, et qui proposent aux autres hommes les fruits de leur créativité et de leur labeur. Alcide n'est pas comme les marchands, qui doivent trouver des clients. Il vit de ses rentes ou de ses allocations, et il n'aime pas réfléchir à la provenance de son argent : l'impôt versé par ceux qui travaillent et qui essayent de vendre ce qu'ils produisent. Alcide rêve d'une société sans commerce. D'où viendront ses revenus quand il n'y aura plus de commerce ? Alcide ne sait pas. Il n'a pas encore trouvé d'étiquettes autocollantes pour répondre.

Lire la suite

Lectures, vastes et effrayantes

9 Janvier 2011 , Rédigé par jeanbaudet.over-blog.com Publié dans #Littérature

Cinquante ans de lectures n'y ont rien changé ! Je suis toujours ce "moi" que j'étais déjà, en 1958, à l'Athénée de Wavre, lisant Sartre ou Camus dans un coin de la cour de récréation, m'abritant du soleil et des soucis d'adolescents de mes condisciples. Tenir un Journal, comme Roquentin, et passer indifférent parmi les hommes, comme Meursault. J'étais, je suis encore, ce "moi" qui souffre et qui ne comprend pas pourquoi. Le seul progrès, en cinquante ans d'une vie de philosophe - sauf quelques années d'intermède et de relâche de ma pensée - c'est que je souffre de plus en plus et que je comprends de moins en moins. J'ai relu, hier et aujourd'hui, quelques belles phrases d'Emmanuel Mounier sur la profondeur, sur l'intériorité, et je n'y trouve aucune consolation, comme un assoiffé qui n'aurait que des bouteilles de vitriol.

Lire la suite