Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Jean C. Baudet

Articles avec #australie tag

Une annee en Australie

29 Avril 2016 , Rédigé par jeanbaudet.over-blog.com Publié dans #Littérature, #Australie

Une annee en Australie

Je ne suis pas particulièrement amateur de récits de voyage, de découvertes touristiques, de soif de nouveaux horizons, de rencontres de nouvelles cultures, mais le livre dont je viens d’achever la lecture m’a beaucoup plu. L’auteur est une jeune Belge d’une vingtaine d’années, Sophie Libion, qui a publié aux éditions La Boîte à Pandore (Paris) Une année en Australie (215 pages). A vingt-et-un ans, ayant achevé ses études de marketing, Mademoiselle Libion prend l’avion, atterrit à Melbourne, et parcourt les routes d’Australie, pendant dix mois, seule ou avec des compagnons de rencontre, un sac au dos, des rêves d’aventures et de grands espaces plein la tête, et quelques dollars dans les poches. Dans sa préface, l’auteur nous révèle qu’elle a entrepris ce voyage, assez audacieux pour une jeune fille, sans penser à en faire un livre, et que c’est sa grand-mère qui l’a poussée à rédiger le récit de ses aventures. Alors que Sophie Libion ne se sentait pas de goût particulier pour l’écriture, elle se met au travail, rassemble ses souvenirs, se souvient avec une mémoire étonnante des gens qu’elle a rencontrés, écrit, décrit, et publie un récit qui vaut bien un roman. Qui est plus qu’un roman, même : la description minutieuse des rêveries d’une promeneuse solitaire, qui entre dans la vie adulte, au vingt-et-unième siècle, avec le vigoureux enthousiasme de la jeunesse.

Pendant dix mois, celle qui n’est pas encore un écrivain, pas même en rêve, perfectionne sa pratique de la langue anglaise (à la sauce… australienne), mange des Fish and Chips, des steaks de kangourou, marche, dort dans des auberges ou chez l’habitant, va à la chasse, à la pêche, travaille dans des fermes, admire les couchers du Soleil, les plages, les villes, les forêts, marche encore, fait de l’auto-stop, rencontre des Australiens, toujours sympathiques et accueillants…

Le style, simple et direct, est efficace. Pas ou peu d’effets rhétoriques, mais l’authenticité du sentiment, de l’exultation sincère et touchante de pouvoir marcher, seule et entièrement libre, dans un pays aux beautés surprenantes. La langue est postmoderne, avec l’agréable qui devient cool, les cigarettes qui sont des « clopes », les amis qui sont des « potes », et toujours la jeune Libion est à la recherche d’un certain plaisir, qu’elle appelle le fun.

Et je ne peux pas m’empêcher de penser que l’auteur n’aura pas pu faire de telles expériences « existentielles » sans l’avion, sans l’automobile, sans Internet, c’est-à-dire sans la technique !

Lire la suite