Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Jean C. Baudet

Articles avec #axiologie tag

Sur le Vrai et sur le Beau

7 Août 2016 , Rédigé par jeanbaudet.over-blog.com Publié dans #Philosophie, #Axiologie

On observe assez facilement que toute activité est un effort pour atteindre quelque chose de désirable, que j’appellerai une « valeur ». Cela correspond à l’observation quotidienne, naïve (je veux dire sans présupposés), ou, plus « scientifiquement », cela découle de la réflexion sur les activités « imaginées » (l’observation directe est évidemment impossible) des hominiens quand ils entreprirent de faire l’effort d’améliorer leur condition par la Technique, qui vise à atteindre l’Utile (l’Outil) – la valeur primordiale pour la perpétuation de l’existence. Ainsi la Technique, fondatrice d’humanité, peut être pensée comme un « effort pour éliminer, ou du moins atténuer, l’effort ». Quittant un moment le champ philosophique pour m’exprimer de manière « littéraire », je pourrais ajouter que la Démocratie, valeur promue haut et clair par les nations, est « un effort pour éliminer les forts »…

Toute activité a donc son but, cela me semble indiscutable. Le Divertissement a pour « valeur » l’Agréable (et aussi l’Oubli). L’Agriculture a pour valeur la Nourriture. La Manducation, la Satiété. La Science et la Philosophie, par des chemins différents, le Vrai. L’Art, le Beau. La Politique, la Sécurité des citoyens et l’Organisation des sociétés.

Certains auteurs, plus littérateurs que philosophes, appellent cela « Amour », et l’on peut dire en effet que le Divertissement est l’amour de l’Agréable, que la Technique est l’amour de l’Utile, la Technologie, l’amour de l’Efficace, la Science, l’amour du Vrai, l’Art, l’amour du Beau, et ainsi de suite.

Les cuistres, les pédants, les snobs et les gogos me diront que voilà une philosophie bien simple, voire simpliste, et il me citeront avec délectation l’un ou l’autre apophtegme de l’abondante production hégélo-husserlo-heideggério-gadamérienne, haussant la réflexion « au niveau » de la dialectique triadique ou de l’analytique existentiale. Mais si le but de la philosophie est le Vrai, et si le Vrai est certainement d’une complexité extrême et d’une difficulté abyssale, la philosophie est une activité de l’homme vivant, de l’homme concret qui d’abord a besoin de nourriture, d’outils, d’ordre et de beauté, et qui ne peut entreprendre sa réflexion (car il a besoin aussi de vérité) qu’à partir des humbles expériences (agréables ou douloureuses) de son vécu. Dans sa base concrète, la philosophie doit être simple et directe, compréhensible par « la ménagère de 50 ans », et doit se méfier des mystifications du verbalisme et des ratiocinations. Avant d’être un Dasein, ou « un être dans l’être duquel il est question de son être », un humain pénétré d’interrogations est d’abord José ou Isaac, Martine ou Mohamed, Françoise ou Bernard.

Avant d’être peut-être un « fils de Dieu » (d’après la Genèse), un « animal politique » (Aristote) ou une « passion inutile » (Sartre), ou « l’annonce du Surhomme » (Nietzsche), l’homme est d’abord un tube digestif, enfermé dans un sac de peau, dont une extrémité produit des paroles et l’autre des excréments. Et nombreux sont les humains qui ne produisent qu’à une extrémité du tube.

Pour info :

Librairie Filigranes (Bruxelles), extrait d'une conférence sur l'histoire des sciences :

www.youtube.com/watch?v=HZNSrBg25XQ

Lire la suite