Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Jean C. Baudet

Articles avec #botanique tag

Prospection botanique au Nord-Kivu (Congo ex-belge)

17 Décembre 2012 , Rédigé par jeanbaudet.over-blog.com Publié dans #Botanique

J'ai relu, hier soir, quelques pages de mon Journal des années 1973 à 1975. C'est qu'en octobre 1973 j'ai vécu un changement de métier radical : après avoir enseigné pendant plusieurs années la philosophie au Burundi, voilà que j'étais envoyé au Kivu, par la Coopération belge avec les pays sous-développés, comme botaniste-prospecteur. Tout en philosophant, j'avais en effet acquis une formation en biologie à l'Université de Bujumbura, notamment chez le professeur José Lewalle qui enseignait la biologie végétale, la taxonomie et la phytogéographie.

 

Me voilà donc à Butembo, où je suis installé à l'ITSAV, Institut Technique Supérieur Agricole et Vétérinaire, avec une double mission. Il me fallait d'abord réorganiser le Service de botanique de l'Institut, qui était pratiquement à l'abandon depuis l'indépendance (1960). Il me fallait ensuite constituer des collections botaniques pour l'enseignement et la recherche. J'ai donc, jusqu'en juin 1975, parcouru les forêts et les savanes à la recherche de plantes intéressantes, le long de l'axe qui va de Goma à Beni. Prospection qui ne s'est pas faite dans les meilleures conditions, d'ailleurs, parce qu'après le "premier choc pétrolier" il y avait, dans cette région éloignée, de graves pénuries de carburant. Et c'est ainsi que je me souviens que, le 15 mars 1974, j'ai récolté un spécimen de Vigna parkeri ssp. maranguensis, à Butembo, et que, le 28 décembre 1974, à Musienene, j'ai récolté des échantillons de Crotalaria cleomifolia.

 

Chaque plante récoltée formait un ou plusieurs "exsiccata", ou planches d'herbier. Un exemplaire était déposé dans le Service de botanique de Butembo, et des doubles étaient envoyés au Jardin botanique de Belgique à Meise, et aussi - quand la récolte était suffisante - au Museum d'Histoire naturelle de Paris, au Royal Botanical Garden de Kew, au British Museum de Londres, et à l'East African Herbarium de Nairobi. J'ai aussi récolté des graines pour constituer, à Butembo, une collection vivante, ou pour les envoyer à la Faculté Agronomique de Gembloux (équipe de recherches sur les Phaséolinées dirigée par Guy Le Marchand). J'ai aussi envoyé quelques échantillons de bois au Musée d'Afrique de Tervueren, pour la xylothèque.

 

Voilà ma modeste contribution à l'étude de la "biodiversité" - le terme n'était pas encore connu vers 1973. Extrêmement modeste : j'ai récolté quelques centaines d'espèces (surtout des Papilionaceae), alors que les botanistes, depuis Carl von Linné (1753), ont décrit et nommé environ 300 000 espèces de plantes !

 

Quand on voit ce qu'on fut sur terre et ce qu'on laisse... Et je me demande ce que, à Butembo, sont devenues mes collections...

Lire la suite

Le temps des Phaséolées

24 Mai 2011 , Rédigé par jeanbaudet.over-blog.com Publié dans #Botanique

C'était le temps des Phaséolées, Phaseoleae en latin. Le temps où j'ai quitté la philosophie pendant quelques années, de 1973 à 1978. J'avais rencontré Guy Le Marchand, directeur de recherches à la Faculté Agronomique de Gembloux, et j'avais été invité à faire partie de son équipe, qui se consacrait à l'étude des plantes vivrières de la tribu botanique des Phaseoleae. J'ai donc étudié la biologie (à l'Université de Bujumbura), pendant le temps libre que me donnait ma charge de cours (histoire des sciences et philosophie). De 1973 à 1975, j'ai effectué des prospections botaniques pour le compte de l'équipe de Le Marchand dans le Nord-Kivu, au Congo ex-belge. J'étais basé à Butembo, où j'ai complètement réorganisé le service de botanique et d'agrostologie de l'ETSAV, Ecole Technique Supérieure Agricole et Vétérinaire. Que reste-t-il de ce travail, de ces récoltes dans un vaste territoire, de Goma à Beni ? Quelques centaines de spécimens d'herbier conservés au Muséum d'Histoire naturelle à Paris, au Kew Botanic Garden, au British Museum, et au Jardin botanique national de Belgique, à Meise. J'ai repris mes travaux philosophiques en 1978, en fondant la revue Technologia, tout en assurant quelques travaux pour que paraissent mes derniers articles et un livre sur Les Céréales mineures, qui paraîtra à Paris en 1981. Ces quelques années ne furent pas du temps perdu, du point de vue du philosophe. J'ai appris ce qu'est la recherche scientifique "de l'intérieur", j'ai pu méditer aux rapports sociaux entre biologistes et ingénieurs agronomes, et surtout j'ai travaillé sur les concepts d'espèce et de classification biologique, ce qui est éclairant pour aborder des questions comme celle du racisme.

Lire la suite