Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Jean C. Baudet

Articles avec #epistemologie tag

Propos sur l'intelligence

2 Octobre 2011 , Rédigé par jeanbaudet.over-blog.com Publié dans #Epistémologie

Les facultés mentales - si différentes d'un homme à l'autre - sont comme des organisateurs de l'Être, je veux dire (après de nombreuses lectures) que l'intelligence atteint le Présent, la mémoire le Passé, l'imagination le Futur, si l'on découpe le Réel selon l'axe du temps. Mais ni le Présent, ni le Passé, ni le Futur ne peuvent être appréhendés par l'esprit humain (der Geist, die Seele, das Gemüt ?) dans leur totalité. Nos facultés sont limitées. Ce découpage (analyse) correspond à celui des productions culturelles : science, histoire, religion, en prenant ces trois termes dans un sens spécialisé. La science englobe la technique et l'industrie (ce que j'ai appelé STI dans les années 1980). L'histoire est le prolongement de la science vers le domaine du révolu. La religion étant le prolongement de la science vers celui de l'inconnu (l'inconnu qui importe est toujours à venir).

On placera donc les formations discursives comme les littératures et les idéologies dans la catégorie "religion", parce qu'il s'agit d'un mélange d'espoir (donc de plaisir) et d'invention.

Le scientifique connaît.

L'historien mémorise.

Le religieux, l'idéologue et le littérateur imaginent.

Mais la "flèche du temps" annule l'apparente symétrie entre histoire et religion. C'est parce que l'on peut donner de la science une définition encore plus large, en faisant de l'histoire une partie constitutive de la science. Car la coupure épistémologique se situe à l'évidence entre le connaissable (Présent et Passé) et l'inconnaissable (Futur).

Probablement pourrait-on développer une psychologie et une sociologie à partir de ce découpage, parce qu'il y a des hommes plutôt tournés vers le Passé, le Présent ou le Futur, et parce qu'il y a de même des sociétés axées vers le Passé, le Présent ou le Futur. Il faut se méfier de celles qui sont orientées vers le Futur, c'est-à-dire qui donnent le pouvoir aux imaginations. Les sociétés saines sont attentives au Présent, et ne sont pas dupes des séductions avilissantes de la mémoire et de l'imaginaire. Les peuples heureux n'ont pas d'histoire. Pas de religion non plus.

Pour info :

Librairie Filigranes (Bruxelles), extrait d'une conférence sur l'histoire des sciences :

www.youtube.com/watch?v=HZNSrBg25XQ

Lire la suite

L'éditologie comme système

17 Mai 2011 , Rédigé par jeanbaudet.over-blog.com Publié dans #Epistémologie, #Editologie

Si la métaphysique est l'étude de l'Etre, l'éditologie est l'étude du Paraître.

L'éditologie n'est pas une simple "science de l'édition", encore que celle-ci ne serait pas inutile. L'éditologie est une tentative épistémologique, et en tant que telle une philosophie nouvelle, s'il est vrai que toute recherche philosophique doit commencer par la question épistémique. Que vaut le savoir humain ? Et donc, qu'est-ce que la science ? L'éditologie nous dit que la science est "un texte édité", et précise que c'est dans les modalités de l'édition qu'elle se distingue des autres productions culturelles "textuelles". Car le droit, les religions - et évidemment les littératures - sont aussi des textes, mais édités autrement que la science. Celle-ci se dote, en se constituant (car des savoirs archaïques, non édités, ont précédé la science), de moyens spécifiques pour se répandre dans le public, en établissant dans celui-ci une rupture, une distinction entre une "communauté scientifique" et le reste des populations. Cette communauté scientifique (en fait "scientifique-technique-industrielle") est chargée de réceptionner et de valider (vérifier ou falsifier, cfr Karl Popper) les textes proposés comme "scientifiques".

Lire la suite
<< < 1 2 3 4