Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Jean C. Baudet

Articles avec #identite nationale tag

Philippe Abadie et les Juges d'Israël

10 Octobre 2011 , Rédigé par jeanbaudet.over-blog.com Publié dans #Bible, #Identité nationale

C'est un excellent livre que vient de publier le professeur Philippe Abadie (Université Catholique de Lyon) : Des héros peu ordinaires (Cerf, Paris, 2011). Les héros en question sont les personnages mis en scène par le Livre des Juges, un des livres de la Bible hébraïque que les chrétiens appellent l'Ancien Testament.

La période dite des Juges va à peu près de 1300 à 1000. L'histoire la connaît comme la période de l'invasion des Peuples de la Mer, dont faisaient partie les Philistins, qui par leurs pillages et massacres ont répandu la terreur dans tout l'Ouest du Croissant fertile. L'archéologie considère cette période comme le moment où l'on passe de l'Âge du Bronze récent au Premier Âge du Fer. Dans la Bible, le Livre des Juges se situe entre le Livre de Josué et celui de Samuel.

Mais qui étaient exactement les Juges, Otniel, Ehoud, Shamgar, d'autres encore, et surtout les trois plus connus, Gédéon, Débora (à qui on attribue un cantique fameux), Samson, l'amant malheureux de la belle Dalila ? Des chefs de guerre, personnages historiques ayant protégé Israël de ses nombreux ennemis, ou des héros au sens littéraire du terme, c'est-à-dire des figures de légende (ce qui n'exclut d'ailleurs pas une certaine historicité) ?

Pour répondre à cette question passionnante, Abadie nous propose une nouvelle traduction du Livre, assortie de savants commentaires philologiques, historiques et théologiques. Il montre ainsi (reprenant des travaux antérieurs, notamment ceux de Walther Richter et ceux d'Isabelle de Castelbajac) que le Livre des Juges que nous possédons est le résultat d'une très longue élaboration textuelle. Le point de départ serait une collection d'histoires de héros locaux, tardivement réunies sous le règne du roi Jéhu (841-814). Au moment de ce travail de rassemblement, on dispose d'une espèce de Livre des Héros qui subira diverses révisions, et qui va acquérir sa forme définitive par l'intervention du rédacteur deutéronomiste, après le retour d'exil.

Etant donné ces dates de composition, on peut admettre l'influence sur les rédacteurs successifs de l'épopée sumérienne de Gilgamesh, et peut-être même de l' Iliade et de l' Odyssée d'Homère. Le fait est que les aventures de Samson, par exemple, ne relèvent pas uniquement du genre épique, mais donnent lieu à des historiettes pittoresques, voire drôlatiques, qu'Abadie va jusqu'à qualifier de "picaresques".

De la Renaissance à nos jours, les progrès de la pensée scientifique ont modifié considérablement la lecture de la Bible, tenue encore à l'époque de Copernic et d'Erasme comme un texte "sacré", écho de la parole même de Dieu ! En 1753, Jean Astruc va frapper un grand coup en montrant que la Bible peut être lue "philologiquement" comme n'importe quel texte, et il montre que la Genèse a été composée non par Moïse mais par deux auteurs restés inconnus, que les philologues appellent aujourd'hui le Iahviste et l'Elohiste.

Depuis, l'archéologie a ajouté ses ressources au travail scientifique. Dans un premier temps, avec notamment l'Anglais Leonard Woolley et surtout l'Allemand Werner Keller, on a cru que l'archéologie "prouvait" la Bible (en 1955, Keller publie Und die Bible hat doch recht...). Aujourd'hui, les progrès convergents de l'archéologie, de la philologie et de la science historique nous montrent clairement que la Bible est un ensemble de textes dont la plupart sont très tardifs par rapport aux événements qu'ils prétendent décrire. Et Philippe Abadie se base notamment sur les travaux d'Albrecht Alt, de Martin Noth, de Manfred Weippert, de George E. Mendenhall, et de bien d'autres.

Le beau livre d'Abadie ne concerne pas uniquement l'histoire des religions. Il apporte des idées intéressantes à la question littéraire de l'origine du genre épique et à la question politique de l'identité nationale. C'est ainsi que l'auteur étudie non seulement les rapports des Juges d'Israël avec le héros Gilgamesh, mais aussi ceux qu'entretient l'histoire d'Israël avec celle des Grecs (Hérodote), des Babyloniens (Bérose), des Egyptiens (Manéthon), des Romains (Tite-Live).

Je crois que nous pouvons conclure que l'identité nationale est forgée, notamment, par des textes historico-mythiques, qui trouvent leur source dans l'imagination, la nostalgie et l'orgueil. Et ainsi l'imaginaire, le souvenir altéré et la vanité nous ont donné les splendeurs de l'Iliade, de la Chanson de Roland, du Mahabharata et... du Livre des Juges.

Mais alors, l'identité nationale des Français ? Le Frank Clovis, le preux Roland à Roncevaux, le général de Gaulle...

Pour info :

Librairie Filigranes (Bruxelles), extrait d'une conférence sur l'histoire des sciences :

www.youtube.com/watch?v=HZNSrBg25XQ

Lire la suite