Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Jean C. Baudet

Articles avec #politique tag

Le climat, l'islam, la Civilisation

25 Novembre 2015 , Rédigé par jeanbaudet.over-blog.com Publié dans #Politique, #Islamisme

Je le dis et le répète depuis plusieurs années : il y a deux dangers mortels qui menacent la Civilisation, la pollution et l’islamisme. Qui sont les effets les plus alarmants de l’explosion démographique, car d’une part la pollution est évidemment une conséquence inéluctable de l’augmentation des êtres humains – et l’on sait maintenant que la pollution atmosphérique par les gaz à effet de serre (dont le CO2 expiré par les hommes) conduit à des catastrophes de plus en plus meurtrières –, et d’autre part l’islamisme se développe au sein de populations où la natalité est forte mais où l’accès à l’éducation est très limité. Je le disais déjà en 2011 : « la démographie explosive est la grande menace. Plus que jamais, l’homme est le pire danger pour l’homme » (J.C. Baudet : Curieuses histoires des inventions, Jourdan, Bruxelles, p. 10).

Seules les populations qui auront su se prémunir contre les invasions et qui auront maintenu une capacité suffisante de production d’énergie nucléaire (dont la production ne libère pas de CO2) auront une chance de survivre dans une atmosphère surchauffée, sur une Terre ravagée par les prolifiques et parcourue par des terroristes islamistes toujours plus nombreux et qu’il sera de plus en plus difficile de combattre. Ces populations rescapées seront-elles encore porteuses de la pulsion civilisatrice basée sur la pensée libérée des fantasmes et des superstitions, ou seront-elles dominées par la non-pensée de l’obscurantisme, du fanatisme et de la barbarie. L’Humanité doit-elle se préparer à un Nouveau Moyen Âge ?

Mais faut-il se soucier de l’avenir de l’Humanité, et de la Civilisation qu’elle a eu tant de peine à construire ? Car au temps de Lavoisier, de Dalton, de Hegel, de Mozart et de Beethoven, peu nombreux étaient ces « grands hommes » par rapport au milliard d’êtres humains vivant alors sur la Terre, et aujourd’hui, sur les 7,5 milliards d’hommes, peu nombreux sont encore les scientifiques, les politiques avisés, les artistes créateurs, les écrivains travaillant « pour l’honneur de l’esprit humain » !

Je n’ai pas d’argument autre qu’esthétique pour prévenir du risque de régression civilisationnelle, et pour inciter les « hommes de bonne volonté » à lutter contre l’accroissement dangereux des humains. Que m’importe la « fin du monde », puisque de toutes façons je vais le quitter bientôt ? Mais s’il fallait vraiment chercher un « sens de la vie », s’il fallait s’engager pour un « but de l’existence », il me semble que je choisirais la démocratie plutôt que la théocratie, l’égalité juridique des hommes et des femmes plutôt que l’oppression des plus vigoureux, la recherche scientifique libre plutôt que l’endoctrinement religieux ou idéologique, la liberté d’entreprendre et si possible de s’enrichir plutôt que les limitations haineuses du droit de travailler, la sécurité des corps et des biens plutôt que le laisser-faire, et pour tout vous dire, je choisirais le beaujolais plutôt que le thé vert, la saucisse de porc plutôt que le soja, Stravinsky plutôt que Maurane, les universités plutôt que les temples, le violon plutôt que la guitare (mais j’aime bien la guitare aussi), Julien Green à Amélie Nothomb, et l’astrophysique à l’astrologie.

Si vous n’acceptez pas les idées de ma chronique, si vous criez « l’amour pas la guerre » ou si vous placez toutes vos espérances dans les « énergies renouvelables » et dans le « vivre ensemble », alors je vous invite à penser. Considérez les courbes (croissantes), pour les cent dernières années, 1° de la population mondiale, 2° de la température moyenne de l’atmosphère, 3° du nombre des victimes du terrorisme islamiste. Et extrapolez pour les dix ans à venir !

Lire la suite

Une analyse philosophique du djihad

22 Novembre 2015 , Rédigé par jeanbaudet.over-blog.com Publié dans #Politique, #Religion, #Islamisme

Les tentatives d’explication du djihadisme contemporain par la doxa sont manifestement insuffisantes. A gauche, on retrouve les imprécations habituelles contre le « grand capital » et l’on présente les attentats des islamistes comme des épisodes de la lutte des classes. Ce sont des pauvres qui tuent des riches, et l’on n’hésite pas à faire des USA et de l’Occident les « responsables » du djihadisme. Entre parenthèses, je remarque que la doxa continue à appeler « pays riches » les Etats qui sont les plus endettés ! Le fameux complexe militaro-industriel responsable des tueries du 11 septembre, de Charlie-Hebdo et du Bataclan !!! A droite, on rend la gauche responsable de laxisme et d’angélisme, et l’on attribue le djihadisme nouveau (nouveau depuis quelques décennies, tout de même) à l’immigration massive et incontrôlée, qui fait venir sur le territoire des pays occidentaux des migrants nombreux, où l’élément musulman est largement majoritaire. La gauche ne veut pas voir le lien entre djihad et religion, quand la droite voudrait (espérons qu’elle se trompe) découvrir dans tout musulman un djihadiste qui s’ignore.

Les explications par l’économie, la sociologie ou la psychologie sont insuffisantes. Tous les pauvres ne massacrent pas au nom d’Allah ! L’origine sociale et le profil psychologique des djihadistes sont très divers, on trouve des musulmans de souche et des convertis récents à l’islam, on trouve des Arabes, des Russes, des Français, on trouve des hommes et des femmes. Les seuls points communs des combattants de la nébuleuse djihadiste, qu’on le veuille ou non, sont le goût de la violence spectaculaire et la référence à la religion mahométane.

Il faut donc aller au fond des choses, analyser les caractéristiques ontologiques de la condition humaine, et il faut étudier l’Histoire.

La notion de djihad remonte aux origines mêmes de l’islam, au VIIème siècle. Il s’agit du combat, de la lutte pour propager l’islam, par tous les moyens possibles, y compris par la force. On sait que l’irrésistible expansion de l’islam pendant les siècles qui ont suivi la mort de Mahomet s’est faite par l’épée, contrairement à l’expansion du christianisme qui, au début de son histoire, s’est faite par les discours. Du reste, la notion de « guerre sainte » est reprise par les chrétiens à la fin du XIème siècle, en réponse aux exactions commises contre les chrétiens par les musulmans à Jérusalem. Il résulte de ces données historiques irrécusables que le djihad est une idée religieuse, même s’il est évident que l’idée de combattre pour répandre une religion se mélangera à des motivations moins « spirituelles », économiques et politiques. Mais dans les multiples causes d’un fait humain (généralement complexe), il faut savoir distinguer la cause première, vraiment originaire, et les causes secondes.

D’où vient alors qu’une religion nouvelle détermine qu’il faut répandre cette croyance par la force des armes ? Il faut chercher dans les profondeurs de l’esprit humain, qui réagit selon les conditionnements locaux à la condition humaine de finitude. L’être humain est un être qui paraît dans le monde pour disparaître, mais avec la volonté (la poussée biologique) de persister dans l’être. Dès le développement du langage et de la conscience (il faut remonter à la Préhistoire), l’imagination invente une existence prolongée après la mort et s’attache fanatiquement à cette foi. C’est l’origine du fait religieux. Il appartient aux historiens d’essayer de comprendre pourquoi, par exemple, le Juif Jésus a voulu instaurer une foi nouvelle par la douceur alors que l’Arabe Mahomet a voulu imposer une foi nouvelle par la violence.

Reconnaître que le djihad est un élément constitutif de l’islam, et noter que les masses sont attachées souvent avec véhémence à leur religion, cela montre que les aventures d’Al-Qaïda, de Daech et des autres groupes islamistes ne sont que des péripéties dans la longue histoire des religions.

Il me semble que si l’on accorde une certaine valeur à la personne humaine, il faut combattre le djihad par les armes et aussi par la théologie. Peut-être les penseurs musulmans arriveront-ils à « moderniser » la notion de djihad, et à la débarrasser de ses appels à la violence. Est-ce se bercer d’illusions que d’espérer que bientôt les agnostiques pourront continuer de penser par eux-mêmes et que les croyants de toutes les religions pourront vivre leur foi dans la liberté, la sérénité et la fraternité ?

Une vidéo de l'auteur :

https://www.youtube.com/watch?v=HZNSrBg25XQ

Lire la suite

Contre l'islamisme

14 Novembre 2015 , Rédigé par jeanbaudet.over-blog.com Publié dans #Politique, #Islamisme

Attentats à Paris le 13 novembre 2015 : plus de 120 morts, de nombreux blessés. Les "intellectuels de gauche" et les "poètes de l'Amour" comprendront-ils enfin que la France et l'ensemble du monde civilisé sont en guerre contre l'islamisme ? A vrai dire, on le sait depuis au moins les attentats aux USA du 11 septembre, mais de trop nombreux politiciens, journalistes, enseignants ne veulent pas admettre la cruelle vérité. Et l'ennemi n'est pas la seule Organisation de l'Etat Islamique, mais il y a aussi des Etats qui affichent les sourires de la diplomatie, qui siègent à l'ONU, mais qui malgré leurs discours hypocrites entretiennent et répandent l'idéologie djihadiste. Le monde de la pensée libre comprend-il enfin que pour gagner une guerre il faut des opérations militaires, qu'il faut accepter des batailles (avec des morts des deux côtés), qu'il faut la volonté de détruire avant d'être détruit ? Et qu'il faut chercher des alliés fiables, et cultiver la plus grande prudence avec des pays "amis" au double discours.

Plus de 10 morts en janvier 2015. Plus de 120 morts en novembre 2015. Combien en janvier 2016, combien en novembre 2016 ? Et avec une économie qui se dégrade, avec des destructions toujours plus catastrophiques (manifestations violentes de la lutte des classes, feux de forêts, inondations...), que sera devenue la France en 2017, lors des élections présidentielles ? Nous savions que les démocraties sont fragiles. Nous commençons à craindre qu'elles ne soient mortelles.

Une vidéo de l'auteur à la librairie Filigranes, Bruxelles :

https://www.youtube.com/watch?v=HZNSrBg25XQ

Lire la suite

Testament philosophique 6 (sur Israel)

17 Octobre 2015 , Rédigé par jeanbaudet.over-blog.com Publié dans #Philosophie, #Politique

Si je devais me définir, je choisirais une formule très simple, et je dirais que je suis un philosophe « de la simplicité ». J’espère ne pas m’illusionner en pensant que mon expérience intellectuelle me préserve du simplisme (ce n’est évidemment pas la même chose), mais après avoir longuement étudié les grands philosophes (ceux que la tradition universitaire appelle « grands »), je me méfie des sophistications réflexives, et je rejette résolument les textes abstrus, aussi impressionnants soient-ils par leur virtuosité verbale : « ce qui se conçoit bien s’énonce clairement ». La phénoménologie, fût-elle transcendantale, ou l’herméneutique, serait-elle même existentielle (et même existentiale), malgré des centaines de livres et de commentaires sur ces livres, ne nous apprend finalement rien d’inébranlable sur le réel et la condition humaine. Les phénoménologues (émules de Husserl) et les herméneutistes (successeurs de Gadamer) ne savent toujours pas si les hommes ont une âme, et si elle est immortelle.

Ainsi, mon épistémologie est-elle d’une simplicité éblouissante ! Je pense en effet que, de tous les discours qui prétendent nous apporter des vérités (poèmes, anathèmes, théorèmes, mythes, « projets de société »…), seuls les discours de la science (physique, biologie, psychologie) nous offrent des propositions vérifiables. C’est aussi simple que cela : une « connaissance » est soit scientifique, et donc vérifiable, soit religieuse, philosophique, idéologique, et invérifiable. Et la vérification des données scientifiques présente un caractère grandiose et spectaculaire qu’il faut être le dernier des sots pour récuser, c’est la technologie. Les équations de Maxwell (physique) sont vérifiées tous les jours par les trains électriques, même s’ils sont en retard, et le plus ordinaire des sectateurs de Mahomet vérifie les lois de la chimie en manipulant des explosifs.

Epistémologie simple, mais pas simpliste. Si je pense que la science est la seule construction de l’Humanité s’approchant de la vérité et si donc je rejette comme douteuses les affirmations des poètes, des prêtres, des législateurs, et même des philosophes, je ne prétends pas que la science soit capable de répondre à toutes les questions. La science « sait » que les protons et les électrons existent, mais elle reste muette quant à l’existence des âmes et des dieux.

La simplicité consiste (et c’est loin d’être simple !) à rechercher, dans un Réel d’une complexité inouïe, les déterminants les plus décisifs, qui constituent le schéma explicatif du phénomène étudié, en séparant l’essentiel de l’accessoire.

Voici par exemple une question géopolitique dont les experts (historiens et politologues) se délectent à détailler les inextricables tenants et aboutissants : le conflit israélo-arabe, et l’antisémitisme qui l’accompagne. Les analyses se contredisent et se superposent, dépensent des trésors de rhétorique pour masquer le mieux possible une position sentimentale pour ou contre les juifs. Les uns évoquent 1948, les autres remontent aux massacres de juifs perpétrés par la secte de Mahomet, au VIIème siècle, et l’on va même jusqu’à l’époque du temple du roi Salomon.

Un peu de réflexion, sans devoir faire appel aux délices de l’érudition, montre une situation simple, dominée par trois données scientifiques aisément vérifiables. 1° géographique : le territoire d’Israël est encerclé de pays arabo-musulmans hostiles, situation dangereuse en cas de conflit armé ; 2° démographique : l’Humanité comporte 1,5 milliard de musulmans et 14 millions de juifs ; 3° historique : de nombreux dirigeants de haut rang de pays musulmans, depuis des décennies, dans des discours officiels largement diffusés, affirment sans ambiguïté leur projet de « détruire Israël et tuer tous les juifs ».

A suivre…

Lire la suite

Sur les migrants

26 Septembre 2015 , Rédigé par jeanbaudet.over-blog.com Publié dans #Politique, #Religion

Il est désolant de constater à quel point les politiciens et les grands intellectuels sont aveuglés par l’émotion et la compassion dans leurs analyses prospectives des récents phénomènes migratoires. On ne réfléchit pas à l’impact possible sur l’Humanité et sur la Civilisation des migrations massives d’aujourd’hui et de demain vers l’Europe et l’Amérique du Nord avec des larmes dans les yeux parce que le cadavre d’un enfant s’est échoué sur une côte de Turquie, mais en regardant, sans crainte et sans haine, les statistiques et les données scientifiques de la démographie et de la géographie. Combien d’enfants sont morts, d’ailleurs, le même jour que le noyé de Turquie, sans que cela dérange les médias ? Car les statistiques sont là, depuis des décennies, et « donnent à penser », malgré les imbéciles qui prétendent qu’on « fait dire n’importe quoi aux données statistiques ». Vous trouvez que c’est n’importe quoi qu’il y a dans le monde, entre autres, 500 millions d’Européens et 1,5 milliard de musulmans ? C’est la compassion qui fait dire n’importe quoi ! Par exemple que c’est un devoir d’accueillir généreusement des millions de migrants. Mais qui impose ce « devoir » ? Ou que les Français du Sud ont accueilli les Français du Nord qui fuyaient l’armée allemande en 1940 (un intellectuel digne de ce nom peut-il comparer sérieusement l’accueil de Français par des Français et l’accueil par les Français de personnes pratiquant des langues diverses et des religions archaïques ?). Ou que l’arrivée massive de musulmans ne parlant que l’arabe est « une chance pour l’Europe », car ces malheureux vont créer des entreprises, donner de l’emploi aux Européens frappés par le chômage (depuis 1974), et apporter le trésor culturel de leurs rites et de leurs mythes. La droite est bête, et veut fermer des frontières impossibles. La gauche est sotte, et veut accueillir le plus de migrants possible.

Gouverner, c’est prévoir, et les politiciens et les grands intellectuels doivent analyser la situation à partir des données objectives, en imaginant des scénarios vraisemblables. Tout dépend, semble-t-il, en dehors de l’évolution du climat qui pourrait bien balayer les populations quelles que soient leurs convictions religieuses (le chrétien résiste-t-il mieux à la chaleur et aux inondations et tornades qu’un hindou ou qu’un bouddhiste ?), tout dépendra de l’évolution de l’OEI. L’islamisme va-t-il continuer à gagner du terrain, sur le plan militaire et dans les esprits ? Va-t-il « déstabiliser » (euphémisme politiquement correct) l’Occident et les ténèbres vont-elles engourdir le monde dans un Second Moyen Âge ? Ou l’islamisme finira-t-il par être vaincu, et l’islam purgé de ses démons deviendra-t-il une religion moderne, digne et respectable ? Après de tragiques convulsions, l’Humanité connaîtra-t-elle le Grand Bonheur Universel avec le « vivre ensemble » des croyants et des mécréants de toutes sortes ? Peut-on chercher la réponse dans les comparaisons historiques ? Le fascisme italien, le nazisme allemand, le stalinisme soviétique ont été vaincus. Mais à quel prix ? Le nazisme, par exemple, avait comme base démographique, source d’activistes et de combattants, les peuples germanophones. Quelle est la base démographique de l’islamisme ?

Lire la suite

Des solutions contre la crise

30 Avril 2015 , Rédigé par jeanbaudet.over-blog.com Publié dans #Economie, #Politique

Un Français, nommé Joseph, a fondé une entreprise il y a une douzaine d'années. Grâce à un travail acharné et à la valeur de ses produits, il a pu engager une quinzaine de collaborateurs, et il récolte, chaque année, d'importants bénéfices ? Que doit-il faire ?

POUR le sarkozisme : travailler plus pour gagner encore plus,

- la social-démocratie : céder une part de ses bénéfices à l'Etat,

- le socialisme : céder tous ses bénéfices à l'Etat,

- le communisme : céder ses bénéfices et son entreprise à l'Etat,

- le gauchisme : céder ses bénéfices et son entreprise à ses employés,

- l'ultra-gauche : céder ses bénéfices, son entreprise et ses pantalons aux plus démunis,

- l'écologisme : fermer son entreprise, car elle pollue,

- le hollandisme : engager beaucoup d'employés pour inverser la courbe du chômage,

- l'islamisme : se convertir à l'islam,

- le catholicisme : prier le Seigneur,

- le protestantisme : continuer à faire des bénéfices,

- les conseillers fiscaux : se délocaliser en Roumanie ou au Portugal,

- les conseillers en gestion : remplacer les ouvriers par des robots,

- le féminisme : remplacer le personnel masculin par des femmes,

- les homosexuels : remplacer le personnel hétérosexuel par des pédérastes et des lesbiennes,

- les nutritionnistes : manger 5 fruits et légumes par jour,

- les mondialistes : engager des Polonais, des Népalais et des Syriens,

- l'hédonisme : visiter des musées, des théâtres, des restaurants et des bordels,

- le libéralisme : espérer que ça dure,

- le néo-libéralisme : surveiller le coût de la main-d'oeuvre et les charges fiscales et sociales,

- les flamingants : apprendre le flamand,

- les wallingants : apprendre le wallon,

- les anglophobes : éviter les anglicismes.

Lire la suite

Quand l'enfant parait... (conte)

15 Avril 2015 , Rédigé par jeanbaudet.over-blog.com Publié dans #Politique, #Conte

Quand un humain naît, il est nu, totalement dépendant de son entourage pour son existence, et son quotient intellectuel est égal à 0. S'il est entouré de soins adéquats et suffisants, il va croître et son quotient intellectuel va monter, pour d'abord dépasser celui des grands singes, puis pour atteindre une valeur variable, inférieure ou supérieure à 100, en fonction de sa constitution et des aléas de son enfance puis de son adolescence. S'il lui arrive de dépasser notablement cette valeur, et s'il fait les rencontres opportunes, il va apprendre que, bien que nus et démunis, tous les humains ne naissent pas égaux, que pendant leur croissance les différences ont même une forte tendance à s'amplifier. S'il parvient à prendre conscience de la disparité entre les humains, il pourra même, s'il a développé suffisamment sa sensibilité et son intelligence, constater que les hommes et les femmes présentent d'importantes différences morphologiques et physiologiques, et il va observer que les humains vivent en troupeaux plus ou moins vastes, dirigés par des individus remarquables par leurs qualités physiques et intellectuelles. Il va apprendre les réalités de l'existence humaine, qui est qu'il faut boire et manger (dont 5 fruits et légumes tous les jours), que l'eau potable et la nourriture ne se trouvent pas partout, et qu'il faut produire, transporter et distribuer ces aliments, et que cela ne se fait pas sans peine, et nécessite des entreprises rentables. Il va découvrir que beaucoup d'humains attendent des aliments (et d'autres biens et services) sans rien faire, en comptant sur la distribution par les dirigeants de leur tribu, qui disposent de la "force publique" pour s'emparer de ce que produisent les membres de la tribu qui ont entrepris de produire des biens et des services. C'est ce qu'on appelle indifféremment "impôt" ou "justice sociale" ou "vol légal". Et s'il poursuit vraiment ses observations, l'humain qui fut un être vagissant sans pensée et qui est maintenant devenu un bel animal adulte (mâle et puissant ou femelle et gracieux) va découvrir encore bien d'autres choses : les cultures toutes différentes, certaines basées sur des illusions qui conduisent au fanatisme, les maladies souvent cruelles, la douleur physique et la souffrance morale, la décrépitude et l'humiliation de redevenir totalement dépendant de son entourage. Il aura "vécu", avec les bonheurs (peut-être) de manger de temps en temps un cassoulet, de boire (avec sagesse) une bouteille de bourgogne, de carresser son chat (ou sa chatte !), d'écouter parfois un concerto brandebourgeois, et de lire, selon les aléas de sa formation intellectuelle, les aventures du commissaire Maigret, celles des chevaliers de la Table ronde, ou celles de Roquentin.

Quand un humain naît, il est destiné à mourir plus tard, dans un mois, dans cent ans...

Quand un humain naît, il s'ajoute à 7,5 milliards d'humains, dont seulement quelques millions (je suis un optimiste impénitent, ils ne sont peut-être pas si nombreux) disposent des ressources intellectuelles suffisantes pour savoir l'ampleur de la disparité entre les êtres humains.

Quand un enfant naît, il accroît la douleur du monde, aussi inexorablement que l'entropie croît dans l'Univers.

Lire la suite

Des dessins contre l'islamisme

1 Mars 2015 , Rédigé par jeanbaudet.over-blog.com Publié dans #Politique, #Religion

Plus personne n'en doute : la Civilisation est gravement menacée par les islamistes. De manière très significative, ils massacrent sans distinction et sans retenue, et détruisent avec hargne le patrimoine culturel. Une "grande question" se pose alors. Quand un groupe humain A attaque violemment un groupe humain B, qui va "gagner la guerre" ? Ceux qui tuent résolument et systématiquement leurs adversaires, à coups de grenades, de roquettes et de fusils-mitrailleurs, ou ceux qui dessinent des dessins plus ou moins amusants ? Pour répondre, il faut observer les conflits du passé, assez nombreux pour qu'on puisse tirer des conclusions éclairantes. Et une "petite question" vient s'ajouter à notre inquiétude. Dans de nombreux conflits du passé, il y eut des "collaborateurs", des membres du groupe A passés au service du groupe B, tout en proclamant leur loyauté. Il n'y a pas que de jeunes Français ou Belges ou Anglais convertis à l'islam et partis en Syrie, qui sont les complices de l'islamisme. Il y a notamment ceux qui, par attachement à diverses idéologies, entravent ou limitent, dans les pays civilisés, l'action défensive de la Police et de l'Armée.

Lire la suite

Islamophobie ou anti-islamisme ?

25 Février 2015 , Rédigé par jeanbaudet.over-blog.com Publié dans #Politique, #Religion

Pour examiner sérieusement la délicate question de la coexistence entre communautés différentes (le "vivre ensemble" en français postmoderne), il convient de se placer sous la lumière des faits anthropologiques, historiques et géographiques, et non sous l'éclairage fallacieux et déformant des fantasmes et des idéologies. Le fait majeur, qui détermine tous les autres, est la mondialisation et l'explosion démographique : il y a 7,5 milliards d'hommes qui veulent vivre en même temps, et parfois au même endroit. Un autre fait tout aussi indiscutable c'est que, depuis que l'on possède des documents écrits qui nous racontent l'Histoire, c'est-à-dire depuis cinq mille ans au moins, dès que deux peuplades se rencontrent elles entrent en conflit, et le premier texte suivi de l'Humanité, qui est l' Epopée de Gilgamesh (en sumérien), expose d'histoire d'un roi qui a dû construire un mur autour de son royaume pour le protéger des attaques étrangères. La guerre est loin d'être une invention récente.

Puis, il faut poursuivre la recherche, et l'on apprendra, par exemple, qu'il y a 2,5 milliards de musulmans et 14 millions de juifs, soit un rapport de 179 à 1. Cette situation évoluera en fonction des natalités respectives de ces deux peuples.

Ensuite, on examinera sans préjugés l'Actualité, et l'on comptera avec soin le nombre d'attentats terroristes et leurs victimes commis au nom du bouddhisme, du shintoïsme, de l'hindouisme, de l'islam, des témoins de Jéhovah, du catholicisme, de la scientologie, de l'animisme congolais, de l'astrologie, de l'évangélisme et des autres croyances.

Enfin, on étudiera avec rigueur le contenu dogmatique de chaque religion, et l'on constatera que certaines conduisent plus que d'autres au prosélytisme violent. Dans certaines religions il faut faire l' effort de convertir les infidèles, éventuellement sous la menace de tortures et d'exécution.

Pour ma part, et jusqu'à plus ample informé, je rejette l'islamophobie, mais je suis partisan d'un anti-islamisme déterminé et sans failles. La sémantique a son importance pour éviter les amalgames entre "musulmans" et "se revendiquant de l'islam". Je respecte toutes les croyances, pourvu qu'elles n'aillent pas jusqu'au fanatisme.

Et je terminerai en latin : Timeo hominem unius libri, c'est-à-dire "j'ai peur de l'homme d'un seul livre".

Lire la suite

Questions actuelles

15 Février 2015 , Rédigé par jeanbaudet.over-blog.com Publié dans #Politique

Où Alexis Tsipras, premier ministre de l'Etat grec, va-t-il trouver l'argent pour augmenter les traitements des fonctionnaires grecs, les salaires des Grecs qui travaillent et les allocations des Grecs qui ne travaillent pas ?

Où Jean-Yves Le Drian, ministre français de la Défense, va-t-il trouver l'argent pour améliorer l'efficacité de l'Armée française dans sa lutte contre l'islamisme ?

Où Bernard Cazeneuve, ministre français de l'Intérieur, va-t-il trouver l'argent pour améliorer l'efficacité de la Police française dans sa lutte contre la délinquance, la criminalité, le banditisme et le terrorisme ?

Où Abdel al-Sissi, président de l'Etat égyptien, va-t-il trouver les 5,2 milliards d'euros prévus pour payer les 24 avions Rafale commandés à la France ? Il paraît que l'Egypte, pour cette acquisition, bénéficiera d'un soutien financier de l'Arabie Saoudite et d'un prêt des... banques françaises !

Et surtout, qu'adviendrait-il pour la Civilisation si, à court ou moyen terme, les islamistes finissaient par s'emparer du pouvoir en Egypte, disposant des "meilleurs avions de combat du monde" ?

Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 > >>