Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Jean C. Baudet

Articles avec #politique tag

La doctrine de Manuel Valls

27 Août 2014 , Rédigé par jeanbaudet.over-blog.com Publié dans #Politique

J'ai vu et entendu hier soir, à la télévision française, les longues et passionnées déclarations de Manuel Carlos Valls, avec un intérêt très vif (ne s'agit-il pas du sort de la France, du pays de la liberté et du progrès intellectuel : Descartes, Lavoisier, Pasteur, Jean-Marie Bigard ?...), et aussi avec un étonnement grandissant. J'attendais une démonstration de démagogie et des ratiocinations idéologiquement orchestrées par le gauchisme germanopratin, fait d'un salmigondis de charité chrétienne, de détestation de l'excellence, de marxisme fanatique et de sottes plaisanteries de chansonniers, de compassion pour "les plus démunis" et de boulets rouges tirés contre les USA, l'Allemagne, les banquiers et les industriels, le tout assaisonné copieusement de halal. J'ai vu et entendu un homme énumérer des propositions de simple bon sens et constater des faits d'une désolante véracité.  

"Nous avons, depuis des décennies, vécu au-dessus de nos moyens". N'est-ce pas l'évidence, et d'ailleurs pas uniquement pour les Français ? Si les caisses d'un Etat sont vides, n'est-ce pas parce que les gouvernements successifs les ont vidées ?

"Nous devons favoriser le développement et d'abord la survie même des entreprises, grandes et petites". N'est-ce pas mille fois démontré que pour engager un nouveau collaborateur (pour "créer de l'emploi") une société doit faire des bénéfices durables, et que pour faire des bénéfices elle doit vendre ses produits à des clients solvables ?

"Il faut diminuer les impôts et augmenter le soutien aux entrepreneurs qui créent les richesses de la France". N'est-il pas suffisamment avéré que pour distribuer des allocations aux chômeurs, des soins aux malades, des formations aux jeunes, des retraites aux vieux, des subventions aux artistes, il faut que l'Etat ait de l'argent, beaucoup d'argent, et que celui-ci ne peut venir que des exportations ? Faut-il vraiment rappeler aux chantres de l'augmentation du pouvoir d'achat que quand un Français vend à un Français, de l'argent change de poche mais qu'aucune richesse n'est créée en France ?

"Pour garder sa place en Europe et dans le monde, la France doit avoir une économie forte". N'est-ce pas le simple bon sens d'admettre que pour exister politiquement une nation doit exister militairement, c'est-à-dire avoir les moyens économiques d'entretenir une armée efficace ? Ne voit-on pas que si les choses se poursuivent selon les tendances actuelles, des collectivités comme Gaza ou ISIS auront bientôt plus de poids sur la scène internationale que la République française, qu'elle ait à sa tête Hollande, Sarkozy, Le Pen ou Mélenchon ?

Manuel Valls n'a pas manqué, en bon pédagogue, d'expliquer que l'austérité de gestion qu'il entend mener avec son nouveau gouvernement n'est en fait que du "sérieux budgétaire" car, a-t-il précisé, en brillant homme d'Etat, il faut en France plus d'enseignants, plus de policiers, plus de gendarmes. Il n'a pas dit (il est quand même prudent) ce dont la France n'a plus besoin...

Eh bien, il me semble que la France est bien repartie, encore reste-t-il à mes yeux quelques présences problématiques dans la nouvelle équipe de la grande République porteuse des grandes valeurs de l'Humanité. Nous verrons dans trois ans. Ou peut-être déjà dans quelques semaines !

En tout cas, si c'est ça le socialisme, je suis socialiste...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lire la suite

Sur Gaza, les arabes et les juifs

22 Juillet 2014 , Rédigé par jeanbaudet.over-blog.com Publié dans #Politique, #Antisémitisme

Le conflit israélo-arabe est d’une extrême complexité quand on l’examine dans tous ses détails (ce que doivent faire les dirigeants politiques), mais il est éclairé d’une lumière vive quand on prend assez de recul et que l’on interroge l’Histoire et qu’on recherche les causes profondes de l’agressivité anti-juive. Il s’agit d’écarter le simplisme des slogans et des propagandes pour atteindre, par l’analyse anthropologique, la simplicité des sources originaires de la haine.  

L’affaire n’est certainement pas à réduire au conflit « israélo-palestinien », qui ne représente qu’une bataille localisée faisant partie d’une guerre d’ensemble. La base de tout est l’ardente détestation des juifs par les deux « religions du Livre » (christianisme et islam). Le conflit israélo-chrétien, qui a commencé au temps de la prédication de Paul de Tarse, a son apothéose dans la « solution finale » organisée par le nazisme allemand, héritier de l’antisémitisme chrétien, avec d’ailleurs la complicité de la France « officielle » de Pétain. Les horreurs de la Shoah ont servi de frein, et parfois de remède drastique à l’antisémitisme chrétien, processus renforcé d’ailleurs par la baisse de la dévotion chrétienne chez les peuples européens, du fait des progrès de la modernité. Pour des raisons géopolitiques (pétrole et décolonisation), l’antisémitisme chrétien, depuis 1945, est relayé par l’antisémitisme musulman, spécialement dans le monde arabe du fait des déterminations géographiques. Pour des raisons socioculturelles d’une grande évidence, l’hostilité arabo-musulmane au peuple juif est encore plus virulente et acharnée que ne l’était l’hostilité européo-chrétienne. Faut-il rappeler que le Hamas s’est donné comme projet, dans sa constitution proclamée au grand jour, l’anéantissement de l’Etat d’Israël et la destruction des juifs ? Comment un homme sain d’esprit et ayant un minimum de culture politique pourrait-il envisager une « solution diplomatique » avec une telle organisation ?

 

La résultante de ces données est qu’un peuple de quelques millions de personnes, à savoir l’Etat d’Israël et la diaspora, est menacé (en paroles et en actes) par quelques centaines de millions de musulmans, avec le soutien de ce qui reste d’antisémitisme d’origine chrétienne. La disproportion des forces démographiques en présence ne peut conduire, arithmétiquement, qu’à la destruction finale du peuple juif, voulue et organisée par les arabo-musulmans et acceptée par leurs complices.

Quand les « palestiniens », soi-disant misérables, parviennent à lancer des centaines de missiles sur Israël, il faut se demander d’où viennent les moyens financiers et techniques pour acquérir de telles armes sophistiquées, et surtout il faut regarder les cartes géographiques et constater qu’Israël est totalement encerclé par des populations hostiles. En tout cas – petite remarque pour les belles âmes qui se gargarisent d’éthique et de droits de l’homme et d’antiracisme – il me semble, en observant les derniers événements en France, qu’une certaine intelligentsia de gauche aura une part de responsabilité dans la destruction annoncée d’Israël, comme dans les années 1940 une certaine inintelligentsia de droite eut sa part de responsabilité dans les atrocités d’Auschwitz.

Les prochaines années nous diront si les missiles de Gaza achèveront l’œuvre des chambres à gaz.

Pour info :            

Librairie Filigranes (Bruxelles), extrait d'une conférence sur l'histoire des sciences : 

www.youtube.com/watch?v=HZNSrBg25XQ

Lire la suite

L'avenir de la France

27 Mai 2014 , Rédigé par jeanbaudet.over-blog.com Publié dans #Politique, #France

Voilà maintenant que nous savons, grâce aux élections européennes de dimanche, que 25% des électeurs français sont pour le FN, 20% pour l'UMP et 15% pour le PS. Et d'assister, sur les plateaux de télévision, aux gymnastiques verbales des Français les plus intelligents et les mieux éduqués (ENA, ENS, Sciences Po, plus rarement Polytechnique...) pour déduire de ces chiffres l'avenir de la France et le Destin de l'Europe. Mais fallait-il une élection pour connaître les risques qui menacent les Européens en général, et les Français en particulier ? Si le scrutin avait donné 15% FN, 20% UMP et 25% PS, l'avenir de l'Europe serait-il vraiment différent ?

Quels que soient les votes, à quoi est voué un pays qui ne fait plus d'enfants, et qui se réjouit d'une croissance démographique due à l'immigration de gens dont une partie importante se montre adversaire féroce des "valeurs de la République" ? Faut-il, pour penser le sort de la France, faire des calculs invérifiables sur votes d'adhésion et votes de protestation, ou faut-il observer l'Histoire et l'Actualité ? Et si le sort de la France et de l'Europe dépendait de Boko Haram, d'Al Qaïda, et des groupes analogues qui se formeront demain ?

Quels que soient les votes, à quoi est voué un pays qui ne construit plus d'usines, et dont les "élites" insultent à tout propos ceux qui malgré tout essayent de produire autre chose que des paroles et des slogans ?

Quels que soient les votes, à quoi est voué un pays dont les finances ne permettent plus d'équiper une armée et une police efficaces, alors que ledit pays est la cible d'ennemis de plus en plus nombreux ?

Depuis des années, des décennies, l'intelligentsia française analyse la situation géopolitique de la France avec les vieilles lunettes du marxisme, qui nous apprend que tous les patrons sont des salauds, que tous les autres sont "égaux", et que la France a les meilleures idées, les meilleurs fromages et les meilleurs vins du monde (c'est vrai pour les vins et les fromages), avec un mélange de détestation de la réussite et de l'excellence, de l'américanophobie et de déni des lois économiques... Et si la situation de la France était le résultat fatal des discours dominants de ses intellectuels ? C'est l'hypothèse que j'ai envisagée en préparant mon dernier livre "Les agitateurs d'idées en France", paru chez Jourdan.

Alors, les politiciens français, "tous pourris" par la propagande marxisto-cohn-bendito-sartro-caroniste, par la Pensée Unique halal-socialiste ? Je n'irai pas jusque là, et j'ai repéré, dans la production intellectuelle contemporaine, chez les Français, des lucides et des courageux. Mais j'ai parfois envie de dire "tous aveugles"...

Et d'ailleurs, l'avenir de la Désunion Européenne n'est-il pas tout tracé, dès lors que l'on y parle des dizaines de langues différentes, que l'on y refuse l'énergie nucléaire et les OGM, et que l'on dépense le peu d'argent qui reste pour maintenir dans un semblant de vie des vieillards cacochymes toujours plus nombreux ?

Pour info :    

Librairie Filigranes (Bruxelles), extrait d'une conférence sur l'histoire des sciences : 

www.youtube.com/watch?v=HZNSrBg25XQ

Télé Bruxelles, interview sur ma philosophie :  

www.telebruxelles.net/portail/emissions/magazines-a-voir-en-ligne/rencontre/21416-041012-jean-baudet

Canal C (Namur), interview sur mes travaux sur l'invention technique :  

www.canalc.be/index.php?option=com_content&view=article&id=100001595:entree-libre-de-jean-baudet-&catid=114:entree-libre&Itemid=56

Lire la suite

L'islam, les bobos et les gogos

16 Avril 2014 , Rédigé par jeanbaudet.over-blog.com Publié dans #Politique, #Religion

 

L'ultragauche, en France, prétend que l'ultradroite, dans ses discours, exagère fortement les chiffres de l'immigration, amplifie abusivement la criminalité due à des immigrés, ou encore divulgue l'idée que les musulmans sont de plus en plus nombreux dans l'hexagone. Et le fait est que quand un Français donne un chiffre à la télévision, le téléspectateur n'a guère le moyen de contrôler ce nombre. Les statistiques, d'ailleurs, ne sont pas si simples.

Je ne dispose pas de ces statistiques, et j'ignore s'il y a cinquante ou cent mille musulmans vivant en France. Mais qu'importe le nombre exact ? N'est-il pas évident, sauf pour les aveugles sourds, qu'il y a de plus en plus d'immigrés en France, et que parmi ceux-ci il y a des musulmans ? Des musulmans dont certains revendiquent la construction de mosquées et exigent de la nourriture halal dans les cantines. Sont-ce des bobards inventés par Madame Le Pen ?

La vraie question n'est pas de savoir combien mais, en vertu du "principe de précaution" si cher à l'ultragauche quand il s'agit d'énergie nucléaire ou des OGM, il s'agit de déterminer s'il y a dans la doctrine de l'islam des éléments de dangerosité pour la démocratie, pour la laïcité, pour la pensée libre, pour les valeurs de la République (qui ont leur source dans l'idéologie de l'ultragauche de 1789 quand, en septembre, Robespierre et ses amis s'installèrent à gauche du président de séance de l'Assemblée constituante réunie à Versailles, dans la salle des Menus Plaisirs, si j'en crois les historiens).

Bref, si je veux bien admettre que l'ultradroite française exagère la présence de l'islam sur le territoire français, je ne suis pas assez naïf pour croire que l'ultragauche profère des discours irréprochables. Mais la question, je le répète, n'est pas statistique. Il s'agit de savoir, en 2014, si l'islam et/ou l'islamisme représentent un danger pour la Civilisation, et cela me fait penser à l'attitude des intellectuels français en 1938, lors des accords de Munich. Le nazisme de Monsieur Hitler, en 1938, représentait-il un danger pour la démocratie ? Il suffira d'un an et l'invasion de la Pologne pour connaitre la réponse. Saurons-nous, en 2015, si l'islamisme est un danger pour la France ?

Il y eut, en 1938, de nombreux gogos, en France, abusés par les discours d'Adolphe Hitler. D'où vient que les bobos de 2014 minimisent avec une telle véhémence la pénétration musulmane en France ? Et, question qu'il faudra examiner un jour, y a-t-il l'idée de "guerre sainte" et d'extermination des infidèles dans d'autres grandes religions comme l'animisme ou le bouddhisme, ou l'astrologie ? Est-ce exagéré de dire que les bobos sont des gogos ?

 

Pour info :

Librairie Filigranes (Bruxelles), extrait d'une conférence sur l'histoire des sciences : 

www.youtube.com/watch?v=HZNSrBg25XQ

Télé Bruxelles, interview sur ma philosophie :  

www.telebruxelles.net/portail/emissions/magazines-a-voir-en-ligne/rencontre/21416-041012-jean-baudet

Canal C (Namur), interview sur mes travaux sur l'invention technique :  

www.canalc.be/index.php?option=com_content&view=article&id=100001595:entree-libre-de-jean-baudet-&catid=114:entree-libre&Itemid=56

Lire la suite

Sur la politique en France

31 Mars 2014 , Rédigé par jeanbaudet.over-blog.com Publié dans #Politique

Voilà donc que la Droite a gagné les élections municipales en France ! Et alors ? Cela va-t-il remettre la France sur la voie du progrès économique et social ? Cela va-t-il rendre les Français plus heureux ? D'après les discours et les débats, j'ai l'impression que ce que demande le peuple de France, c'est une augmentation sensible de son pouvoir d'achat. Toutes les revendications, des chômeurs comme des retraités, des homosexuels comme des hétérosexuels, des provinciaux comme des Parisiens, des médecins comme des infirmières, me semblent toujours pouvoir se ramener à cette seule demande : améliorer le pouvoir d'achat des Français. Et si d'aventure d'autres revendications se manifestent, comme améliorer la sécurité dans certains quartiers, ou créer des musées, ou construire des infrastructures sportives ou culturelles, c'est encore d'argent qu'il s'agit ! Mais voilà, pour "créer" des ressources financières, en France comme ailleurs, il faut... travailler. Il n'y a pas d'alternative. C'est la loi d'airain de la condition humaine. Pour vivre, il faut des moyens d'existence, et ces moyens ne peuvent qu'être produits par le travail ou qu'être appropriés par le vol, l'impôt étant une sorte de vol organisé, d'ailleurs nécessaire. La Droite saura-t-elle faire comprendre aux Français qu'il faut travailler pour vivre, et travailler davantage pour vivre mieux ? Saura-t-elle inverser la mentalité (d'origine christiano-marxiste) de ceux qui veulent consommer avant de produire, et faire comprendre qu'il faut produire avant de consommer ?

La France est dangereusement endettée. Comment une collectivité humaine, même dirigée par un personnel politique intelligent, bien informé, travailleur, dévoué et créatif, peut-elle augmenter ses ressources, si ce n'est en remboursant ses dettes (qui les paye s'enrichit) et en produisant des biens et des services ? Alors ? La Droite fera-t-elle mieux que la Gauche, avec des caisses vides et une volontaire incompréhension des mécanismes économiques par une importante partie de la population ? Winston Churchill, au début de la seconde guerre mondiale, a promis du sang et des larmes aux Anglais. Voilà ce qui s'appelle de la perspicacité et du courage politique. Peut-on imaginer François Hollande ou Nicolas Sarkozy - ou tel autre, qui fanfaronne avec ses solutions radicales - promettre aux Français encore quelques années de misères, avec augmentation du désespoir des "plus démunis", qui se traduit en violences diverses, vols à main armée ou à main nue, pillages, émeutes, incendies, massacres ?

Bref, les Français prendront-ils conscience que la France n'est plus un "pays riche", qu'il faut abandonner les slogans imbéciles comme "tout travail mérite salaire" ? Car il y a des travaux inutiles...

Lire la suite

Inverser la courbe du chomage

28 Mars 2014 , Rédigé par jeanbaudet.over-blog.com Publié dans #Politique

Soyons logiques. Pour "inverser la courbe du chômage", il faut diminuer le nombre de chômeurs, ce qui ne se peut faire que de deux façons, en les détruisant ou en les transformant en travailleurs, c'est-à-dire en leur procurant un emploi.

J'élimine la première branche de l'alternative, reste donc à créer des emplois. L'Etat français doit donc créer des entreprises nouvelles et développer les entreprises existantes, et tout spécialement des entreprises utilisant une main-d'oeuvre abondante, y compris non qualifiée. Il faut en outre, pour que l'effet sur l'emploi soit durable, que lesdites entreprises exportent des produits en réalisant un bénéfice suffisant pour assurer leur pérennité.

Pour créer une entreprise, quel que soit d'ailleurs son secteur d'activité et quels que soient les marchés visés, il faut en premier lieu des capitaux et des capitalistes. Ce n'est hélas pas suffisant, mais c'est indispensable.

Etant lourdement endetté par une gestion budgétaire désastreuse depuis des décennies, l'Etat français n'a plus de capitaux disponibles pour créer ne serait-ce qu'une entreprise de chaussettes "made in France" ou qu'une fabrique de couteaux suisses (d'ailleurs, les Suisses s'en chargent). Quant aux capitalistes, il est d'autant plus difficile de les trouver en France que les "élites" françaises ne cessent de traiter les patrons et les banquiers de salauds et de voleurs (cette manie, devenue un réflexe conditionné, remonte, au moins, à Proudhon...).

Conclusion : sans capitaux et sans capitalistes, il y aura de plus en plus de chômeurs en France, ce qui mécaniquement va entraîner des "problèmes sociaux", c'est-à-dire des émeutes, des cortèges, des destructions, des incendies et des massacres.

Antienne (je le répète depuis... 1978) : il faut en France (et en Europe) plus d'ingénieurs et moins d'intermittents du spectacle, plus de comptables et moins d'anthropologues, plus de mécaniciens et d'électriciens et moins d'historiens de l'art. Plus de fourmis et moins de cigales. Un peu plus de manuels et beaucoup moins d'intellectuels (surtout façon germanopratine).

Correctif : l'avenir de la France est sombre, mais des lueurs d'espoir subsistent. Le pays qui a inventé le champagne, la pomme de terre frite, la poire Belle-Hélène, la crème Chantilly, la sauce béchamel, le foie gras, la saucisse de Toulouse, le cassoulet, le camembert, le roquefort, et qui produit du bordeaux, du minervois, du beaujolais, du bourgogne, du rosé d'Anjou, du noir de Cahors et du sauvignon, possède peut-être encore des réserves de créativité...

Lire la suite

Zakaria Soumare et le genocide des Tutsis

24 Mars 2014 , Rédigé par jeanbaudet.over-blog.com Publié dans #Politique, #Rwanda

Quand le Rwanda accède à l’indépendance, en 1962, le pays compte 3 millions d’habitants, environ 85 % de Hutus et 15 % de Tutsis. Aujourd’hui, à la suite d’une formidable explosion démographique, la population du pays compte 11,5 millions d’unités, soit une augmentation de 283 % par rapport à 1962. Pendant ce temps, la population de la Belgique, l’ancienne puissance coloniale, passait de 9,2 à 11,1 millions d’unités, soit une augmentation de 20 %. Si l’on estime qu’un territoire est d’autant plus favorable à une espèce animale (Homo sapiens, en l’occurrence) que celle-ci s’y multiplie davantage, on dira qu’il est 283/20 = 14 fois plus facile de vivre au Rwanda qu’en Belgique. C’est bien connu par les géographes et par les zoologistes : les diverses régions du monde ne présentent pas les mêmes conditions pour la prolifération des espèces.

Il faut noter, cependant, que la croissance démographique a failli être compromise en 1994, quand les Hutus se mirent à massacrer, avec une hallucinante sauvagerie, à l’aide de bâtons et de machettes, un million de Rwandais, surtout des Tutsis, mais également quelques Hutus qui voulaient s’opposer à la tentative de génocide. L’opération n’a duré que trois mois. Il est impérieux que tous les humanistes, quelle que soit leur orientation idéologique, se souviennent du massacre de 1994, dans ce splendide pays « des milles collines », où la douceur d’un climat d’altitude alliée à la productivité agricole des régions tropicales rend la vie magnifiquement agréable.

Nous rappeler cette horreur, c’est ce qu’a entrepris Zakaria Soumaré, mauritanien, docteur de l’Université de Limoges, dans un livre émouvant, que viennent de publier les éditions L’Harmattan (Paris) : Le génocide rwandais dans la littérature africaine francophone (231 pages). Avant de se focaliser sur le génocide des Tutsis par les Hutus, l’auteur analyse en profondeur le mécanisme des génocides et, plus généralement, des massacres d’une certaine ampleur, en nous rappelant d’ailleurs que, durant le XXème siècle, deux cents guerres ont fait deux cents millions de morts. Concernant le génocide rwandais, le docteur Soumaré analyse notamment la complicité de l’Eglise rwandaise (le catholicisme n’a-t-il pas une compassion toute spéciale pour les faibles et les dominés, surtout s’ils sont les plus nombreux ?). Enfin, l’auteur analyse quelques romans publiés par des Africains et inspirés par l’abomination rwandaise. Une dure réalité presque insoutenable, où l’on découvre que la haine de l’homme pour l’homme peut aller jusqu’au bout de la nuit de toutes les épouvantes.

Lire la suite

Sur l'origine des ideologies politiques

23 Mars 2014 , Rédigé par jeanbaudet.over-blog.com Publié dans #Politique, #Religion

Les idéologies politiques sont le résultat d'un processus historique de laïcisation des religions : la sacralisation se déplace du Divin vers l'Humanité ou vers la Nature, aboutissant à l'idée de "valeur" qui est comme un résidu intellectuel de l'idée de transcendance (tabou).

C'est ainsi qu'il est évident que le sionisme dérive du judaïsme, ou que l'islamisme est le résultat fatal de l'évolution de la religion musulmane.

Le christianisme, à la fin du Moyen Âge, donne naissance à l'humanisme, l'Homme remplaçant Dieu comme Absolu et ultime référence. L'humanisme évoluera alors dans deux directions opposées, le socialisme (qui dérive du catholicisme) et le libéralisme (dérivant du protestantisme). Le marxisme, le stalinisme et les gauchismes sont, très clairement, des avatars récents du socialisme dont les origines remontent, via le christianisme, à la compassion des prophètes juifs (Isaïe, Jésus de Nazareth, Paul de Tarse) pour les faibles et les miséreux. L'écologisme est en grande partie une réanimation de l'animisme ou religion de la Nature, dont le romantisme fut une étape.

La formation d'une idéologie consiste donc, par filiation historique des idées, à débarrasser une superstition archaïque de ses éléments mythologiques pour passer du "spirituel" au "temporel". L'observation du jeu politique montre que l'ardeur idéologique peut égaler en intensité l'ardeur des religions. Le noeud psychologique réside dans ce que l'on peut appeler l'imaginaire espérant, source de tous les mythes anciens et de toutes les utopies modernes.

Lire la suite

Sur la Pensee Unique en France

21 Mars 2014 , Rédigé par jeanbaudet.over-blog.com Publié dans #Politique

Je mets actuellement la dernière main à une étude sur les intellectuels français qui m'a conduit à une archéologie des systèmes de pensée en France. De Guillaume Budé et Montaigne à Natacha Polony et Zemmour, on peut mettre à jour une stratification des mouvements d'idées, ce qui permet de proposer le schéma suivant :

1.- Christianisme (Moyen Âge)

2.- Humanisme (Renaissance)

3.- Protestantisme (XVIe s.)

4.- Rationalisme (XVIIe s.)

5.- Athéisme (XVIIIe s.)

6.- Socialisme (début XIXe s.)

7.- Marxisme (fin XIXe s.)

8.- Existentialisme et gauchismes divers (milieu XXe s.)

9.- Féminisme et antiracisme (fin XXe s.)

10.- Islam (début XXIe s.).

Cette "théorie des dix couches" n'est évidemment que le squelette d'une évolution idéologique qu'il faut affiner et étoffer de l'effet sur la pensée dominante des grands événements (juillet 1789, mai 1940...) et de l'action des grands politiques (Napoléon, de Gaulle...). Et si j'avais le goût des prophéties, je me demanderais si la France, née des actes vigoureux d'un Barbare (Clovis) - ce qui a mené à dix siècles de Moyen Âge - retrouvera sa place dans le monde restreint de la Pensée Libre grâce aux accomplissements d'un Immigré - qui conduiront les Français à je ne sais quelle nouvelle ère médiévale.

Lire la suite

Eloge des patrons

28 Novembre 2013 , Rédigé par jeanbaudet.over-blog.com Publié dans #Politique

Le patron - ou chef d'entreprise, ou entrepreneur - est le maître de l'Action, l'initiateur de la Nouveauté, le héros de l'Espérance, le démiurge de la Production, le chevalier du Réel, le plus saint, le plus utile, le plus nécessaire des hommes, qui tire les peuplades de leur passivité et les sociétés de leur résignation. Boulanger, il fournit du pain aux hommes. Viticulteur, il leur fournit le vin. Apiculteur ou laitier, il procure à l'Humanité des rivières de miel et de lait. Industriel de la construction automobile ou de l'aéronautique, il assure aux humains la mobilité ; industriel en pharmacie, il offre aux malades des remèdes à la douleur ; industriel des technologies de l'électron, il a construit le réseau des réseaux unissant les hommes et les femmes communiant devant leurs écrans ; champion du Progrès, il invente sans cesse de nouveaux hot-dogs, de nouveaux big-hamburgers, de nouveaux blue-jeans, de nouveaux tee-shirts, de nouveaux smart-phones, de nouveaux sex-toys.

Dans la position difficile du Changement permanent et de l'Amélioration continue, le patron est dramatiquement coincé entre l'âpreté de ses clients - qui veulent avoir plus en donnant moins - et la rudesse de ses collaborateurs - qui veulent travailler moins pour gagner plus. Dominé par les lois du marché, assailli par les jeux cruels de la concurrence (venant même des antipodes), agressé par les règles innombrables d'une Administration envieuse et inintelligente, insulté par ceux qui ne savent organiser que des cortèges destructeurs et qui ne peuvent créer que des slogans débiles, le patron est seul.

Entre l'élite des "penseurs" ignorants qui prennent Marx et Engels pour des prophètes et la racaille des jeanfoutres qui avalent les populismes comme des hosties, le chef d'entreprise est vilipendé par les premiers, haï par les seconds, incompris et détesté par tous. Les journalistes sont ses ennemis, les politiciens sont ses adversaires.

Curieux qu'il subsiste encore quelques patrons en France, et que l'on continue d'y produire le meilleur pain, le meilleur vin, les meilleurs fromages, les meilleurs parfums, les meilleures robes, les meilleurs sacs à mains et les meilleurs avions de combat du monde. Et curieux, aussi, que l'on y produise la plus niaise des philosophies et la plus sotte des littératures.  

Pour info :

Librairie Filigranes (Bruxelles)

www.youtube.com/watch?v=HZNSrBg25XQ

Télé Bruxelles

www.telebruxelles.net/portail/emissions/magazines-a-voir-en-ligne/rencontre/21416-041012-jean-baudet

Canal C (Namur)

www.canalc.be/index.php?option=com_content&view=article&id=100001595:entree-libre-de-jean-baudet-&catid=114:entree-libre&Itemid=56

Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 > >>