Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Jean C. Baudet

Voyage (poeme)

28 Mai 2015 , Rédigé par jeanbaudet.over-blog.com Publié dans #Poème

Tu n'as pas vu mes yeux - tu n'as pas entendu mes oreilles - tu n'as pas pris en souriant la petite boîte ronde qui renferme les onguents et les crèmes - et je n'ai pas voyagé dans les paroles d'argile et de bronze des Temps Anciens, ni stationné dans une échauguette en scrutant l'horizon, ni revêtu la toge imméritée du magistrat - nous n'avons pas vu la mer, ni les fleuves, à peine une lente rivière - et nous n'avons pas rassemblé les mots pour façonner la clé des espérances ou même seulement le taquet des soupirs - nous avons aimé les grands arbres, les euphorbes-candélabres, les dracènes et les palmiers-éventails - nous avons marché dans les brousses au gré des hypallages - et puis quand nous eûmes achevé nos chemins et nos enquêtes nous avons mélangé les poisons, les cataplasmes, les poudres expectorantes et les miels d'Apollonie - et puis encore nous avons pensé, nous méditâmes, nous réfléchîmes, nous désarticulâmes nos parémies, nos propositions et nos syllogismes aux prémisses de cobalt et de chrome, nous pénétrâmes dans les idées et dans les rêves pour colmater les brèches, nous fixâmes les étais - finalement nous écoutâmes les oiseaux dans la Ville (c'était l'aurore), nous souvenant des odeurs fortes et empyreumatiques des parfums d'aromates et des saveurs suaves dans les décompositions abjectes de l'agonie.

Lire la suite

Paysages (poeme)

23 Mai 2015 , Rédigé par jeanbaudet.over-blog.com Publié dans #Poème

Jardins de pensée pure aux réminiscences de plénitude et d'enthousiasme - paysages de feu et de ruines entassées - hautes tours - palingénésies des espoirs et des songes - l'homme a vu ses malheurs, a rempli sa besace et a marché surchargé de bagages, a voulu les instruments du désir, a secoué ses maximes et ses belles sentences - forêts de pierre et déserts de sable - aventures parfumées des images fortes et rythmes des saveurs de benjoin et de styrax - thèse chromatique du métal froid des glaives - la transparence des destinations calmes, itinéraires de cristal, et la pesanteur lumineuse des chemins apodictiques - chemins balsamiques - chemins parégoriques - camphre des origines - couloirs dans les villes assoupies et parcours des eaux spumescentes - grands navires aux cheminées fumantes - dieux éternels, noumènes inapprochables et jazz réjoui des saxophones et des banjos - l'homme a graissé les mécanismes de ses carabines et a compté ses munitions, a chargé ses pistolets, a aiguisé ses baïonnettes, a consulté ses portulans à la lueur des lampes, a rempli ses gourdes d'eau claire et ses bidons de vin résiné, a rassemblé ses antiphonaires et quelques manuscrits avec les plus beaux proverbes, a senti le froid entre les omoplates et la chaleur montante de l'angoisse - apophtegmes et amertumes du souvenir - c'est bientôt la fin du voyage.

Lire la suite

Ecrivain ou philosophe ?

21 Mai 2015 , Rédigé par jeanbaudet.over-blog.com Publié dans #Philosophie, #Littérature

Ecrivain ou philosophe ?

Il ne faut pas confondre le métier d'écrivain et la fonction de philosophe. Certes, les écrivains ont des idées et les philosophes, le plus souvent, publient des livres. Mais il s'agit d'aller "aux choses mêmes", d'identifier le "noyau dur" du travail littéraire et de l'oeuvre philosophique. La mission sociale de l'écrivain est de distraire, de divertir, de "faire passer le temps" des lecteurs, pour qu'ils oublient, en songeant aux amours de Roméo et Juliette ou en rêvassant au goût d'une madeleine trempée dans une infusion de tilleul, leur propre existence, pendant le temps d'un roman ou au théâtre. Et selon ses inclinations et les circonstances, l'écrivain sera bouffon du roi (flattant les puissants) ou bouffon du peuple (flattant les nombreux). L'écrivain s'occupe du paraître.

A l'opposé, l'objectif du philosophe est de dénoncer les rêves, les songes, les mensonges et les illusions. Il cherche à déterminer ce qui existe vraiment, ce qui n'intéresse ni le roi, qui a les soucis de son royaume, ni le peuple, qui est tout occupé par ses jeux. Le philosophe s'occupe de l'être.

#jeanbaudet

Lire la suite

La philosophie de Jean Baudet

2 Mai 2015 , Rédigé par jeanbaudet.over-blog.com Publié dans #Philosophie

La philosophie de Jean Baudet

Le système du philosophe Jean Baudet se trouve exposé dans les livres et articles de l'écrivain Jean C. Baudet. Très classiquement, il est formé d'une épistémologie, d'une ontologie et d'une éthique.

L'épistémologie de Baudet, ou éditologie, est basée sur l'histoire critique des systèmes de pensée dans le prolongement des travaux notamment de Sarton, de Bachelard, de Popper, de Foucault. Elle reconnaît deux moyens d'acquisition de savoirs, l'observation et le raisonnement, ce qui disqualifie les religions et les idéologies (basées sur la tradition et la prétendue intuition). La philosophie et la science tirent leur efficience de la combinaison de l'observation (empirisme) et du raisonnement (rationalisme), ce qui en même temps les limite et conduit à un scepticisme relatif. L'instrumentation sépare la science de la philosophie, conduisant à un néo-scientisme reconnaissant le primat épistémologique de la technique. Un des résultats de l'éditologie est de devoir admettre la coupure entre la STI (science-technique-industrie) et la non-STI, autrement appelée Culture.

Cette épistémologie empirico-rationaliste ne peut mener qu'au mysticisme ou au matérialisme. L'examen historique des sources de la pensée conduit au matérialisme et donc à l'athéisme.

Le matérialisme implique l'inexistence de valeurs et par exemple nie toute dignité particulière de l'homme par rapport aux autres animaux. L'éthique de Baudet est donc anti-humaniste, nihiliste et cynique. Cela n'élimine cependant pas la nécessité de règles morales (et donc politiques). Car il faut bien vivre, et l'homme étant un animal social, il doit se fixer des règles de comportement lui assurant la vie la plus heureuse possible. L'éthique devient ainsi, étant donné le primat de la technique déjà cité, une technique appliquée qui ne peut trouver ses principes que dans l'humble acceptation des réalités dévoilées par la technique et par la technologie, qui est la technique transfigurée par la science. Le but de l'existence humaine - en attendant les souffrances de la fin de vie - pourrait bien être l'Art, c'est-à-dire le divertissement, qui est la réconciliation de l'intelligence et du sentiment.

Lire la suite