Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Jean C. Baudet

Je suis une légende (anti-poème)

31 Juillet 2012 , Rédigé par jeanbaudet.over-blog.com

 

Pensee belge

Perdu dans un coin de l'Univers, inexorablement fixé à ma ligne d'Espace-Temps, chose incomprise parmi les choses incompréhensibles, je persiste quand même dans mon Travail, tentant d'achever mon Oeuvre au blanc, distillant ma pensée dans des livres, des articles de revue ou des notules dans ce blog. Je poursuis ma désarticulation de la Culture, ma déconstruction des Prétentions de Spécificités, mon inventaire ricanant des Espérances et des Fanatismes, et je soigne ma douleur comme je peux (sois calme, ô ma douleur, et fous-moi la paix). Je travaille tous les jours, et je me souviens des pays (là tout n'est qu'ordre et beauté, luxe et foutaises). J'écris tous les matins, pour mesurer la profondeur atteinte (je ne suis pas encore au fond des choses, zu den Sachen selbst, malgré Marc Richir) et la distance qui continue de grandir d'avec mes découvertes successives : la Science-fiction avec Frankenstein (1818), le Fantastique avec Dracula (1897) et Mandrake (1934), le Policier avec Maigret (1931), l'Aventure avec Tintin (1929) et Bob Morane (1953), la poésie de l'Action avec Achille et la poésie de la Connaissance avec Ulysse, la Logique éternelle avec Aristote (mort en 322), l'Axiomatique avec Euclide (300 avant Notre Seigneur Jésus-Christ), l'Algèbre avec Diophante (vers 270 après NSJC), l'Astronomie avec Copernic (1543), la Taxonomie avec Linné (1753), la Chimie avec Lavoisier (1775), la phytosociologie avec José Lewalle, la cytogénétique avec Guy Le Marchand et Robert Maréchal, la phytochimie avec Lucienne Bézanger-Beauquesne, la sociologie avec Yvette Lucas et Claude Dubar, l'histoire des sciences avec George Sarton, la grammaire avec André Goosse, Michèle Lenoble-Pinson, Marc Wilmet et Jean-Marie Klinkenberg, l'informatique avec Stéphane Cnockaert, l'Existence avec Roquentin (1938), et la Bêtise (rencontrée quotidiennement, le listing est interminable).

 

Poussé par les forces quantiques (autant dire inconnues, c'est peut-être la Volonté de Schopenhauer, 1788-1860) sur ma trajectoire d'Univers (aux coordonnées tensorielles que j'ignore, surtout celles du point terminal), je songe à mes légendes: Dracula, Mandrake, Ulysse, Sarton, San-Antonio et Bérurier, le Magicien d'Oz et Richard Matheson (à qui je rends cet hommage). J'intègre dans mes fantasmes et mes philosophèmes (et quelques blasphèmes, en passant) l'équation de Schrödinger et les romans de Jacques Goyens, je désintègre les poèmes d'Eric Brogniet et de Mallarmé, et j'écoute, une fois encore, Beethoven.

 

Pour info :

Librairie Filigranes (Bruxelles)
Lire la suite

L'éternel retour de l'Espoir

30 Juillet 2012 , Rédigé par jeanbaudet.over-blog.com

L'essence de la philosophie n'est pas, comme un vain peuple pense (notamment Gilles Deleuze), dans la " création de concepts ". Le moindre conseiller publicitaire est capable d'en imaginer, et d'ailleurs la science a à son actif des milliers de concepts (neutron, neutrino, champ quantique, boson, taxon, codon, opéron...), autrement élaborés que les pauvres notions de l'empirisme transcendantal (Deleuze) ou de l'herméneutique phénoménologique (Paul Ricoeur) !!! Cette essence de la philosophie - une démarche qui n'existe qu'en Occident - réside dans une attitude, qui est la méfiance vis-à-vis des prêtres, des poètes, des législateurs, et même des philosophes quand ils deviennent des gourous tels que les membres de la Très Sainte Trinité Marx, Nietzsche et Freud.

 

Etre philosophe, ou du moins s'efforcer de l'être, c'est se souvenir du mensonge et de l'illusion. C'est savoir (car enfin, il faut bien philosopher à partir de faits observés, et nous avons à notre disposition toute l'Histoire) que l'homme est d'abord un vivant qui subit la permanente contrainte de vouloir persévérer dans son être, et donc qui surestime cet être (rappelez-vous : l'homme est "un roseau pensant"...) et invente la différence. Différence (1) par rapport à la chose - la fameuse distinction fumeuse de l'en-soi et du pour-soi.

 

La philosophie est un réductionnisme, qui ramène les choses à ce qu'elles sont, et l'homme à la chose qu'il est. Pour perpétuer non seulement son être, mais son désir de perpétuation, la chose humaine a produit l'Espoir, avantage sélectif par rapport aux autres bêtes plus déterminant que le langage, la maîtrise du feu ou l'opposabilité du pouce aux autres doigts. Car à partir de l'Espoir, l'homme de Cro-Magnon a inventé l'âme immortelle, le bonheur après la mort, des dieux consolateurs, des anges, et plus récemment la fraternité universelle, les énergies renouvelables et le développement durable.

 

Et l'Espoir de la pensée archaïque revient sans cesse, qu'il s'agisse de la démocratie des Athéniens, de l'humanisme de la Renaissance, de la Raison des Lumières, ou du retour du spirituel des postmodernes.

 

Voilà pourquoi la philosophie est détestée : elle désillusionne.

 

Le philosophe n'est pas marchand de bonheur. Il y a des religions pour ça !

 

(1) Une taxonomie qui serait basée sur des différences illusoires conduit au racisme. Une taxonomie qui nierait des différences réelles est une bêtise.

Lire la suite

Les Mystères de Konioss

20 Juillet 2012 , Rédigé par jeanbaudet.over-blog.com

Konioss CouvertureJe viens de publier "Les Mystères de Konioss", roman poétique, en auto-édition. C'est un livret de 46 pages, avec deux illustrations d'Anne Claire. Il s'agit d'un travail de recherche littéraire, où je tente d'allier les techniques narratives du Récit aux possibilités expressives de la Poésie.

 

Cet ouvrage n'est pas distribué en librairie. Pour se le procurer, il suffit de verser la somme due au compte bancaire

310-1311601-53

IBAN BE 53 3101 3116 0153

BIC BBRUBEBB.

en mentionnant clairement l'adresse où le livret doit être envoyé. La somme à verser est de 4 euros pour une adresse en Belgique et de 5 euros pour toute autre destination (2,50 euros + frais de port).

 

Pour info, deux vidéos : Canal C (Namur)

Librairie Filigranes (Bruxelles)
Lire la suite

Islam, CO2 et fin du monde

12 Juillet 2012 , Rédigé par jeanbaudet.over-blog.com

La revue Nature vient de publier (volume 486, livraison 7401, 7 juin 2012, pages 52 à 58) un article d’Anthony D. Barnosky et d’une quinzaine de ses collègues (Simon Fraser University, à Vancouver) « Approaching a state shift in Earth’s biosphere » qui annonce que l’explosion démographique induira une catastrophe écologique d’ampleur mondiale, par les effets du CO2 dans l’atmosphère, avant la fin du siècle. Et (enfin !) quelques médias commencent à parler du danger mortel que constitue la multiplication des hommes dans certaines régions de la Terre. En termes journalistiques, l’information posée et mesurée des scientifiques devient « la fin du monde dans cinquante ans ».

 Je le dis depuis plusieurs années : « la démographie explosive est la grande menace. Plus que jamais, l’homme est le pire danger pour l’homme » (J.C. Baudet : Curieuses histoires des inventions, Jourdan, Bruxelles, 2011, p. 10).

Il est possible de reculer l’échéance, en diminuant de manière drastique les émissions anthropiques de CO2. Entre autres mesures applicables, il y a le recours massif à l’énergie nucléaire pour la production d’électricité, l’arrêt total des aides alimentaires et sanitaires aux pays sous-développés et des programmes volontaristes de contraception dans les régions à forte natalité.

Mais n’oublions pas que l’islamisme est beaucoup plus dangereux que le CO2 pour l’avenir de la Civilisation.

Pour info, deux vidéos : Canal C (Namur)

Librairie Filigranes (Bruxelles)
Lire la suite