Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Jean C. Baudet

Articles avec #islamisme tag

De l'islam à l'islamisme

16 Mars 2017 , Rédigé par jeanbaudet.over-blog.com Publié dans #Islamisme

La question est sérieuse, et même peut-être cruciale pour l’avenir de la Civilisation. Encore faut-il se demander s’il convient de s’interroger sur le sort de la Civilisation, questionnement qui conduit à des abîmes de difficultés ! La question sérieuse que j’évoque s’exprime très simplement : de quel côté se développent les fantasmes ?

Les fantasmes sont-ils chez ceux (les islamophobes) qui prétendent que l’islam est une religion foncièrement violente et mortifère, qui entraîne tôt ou tard, par le fait de sa nature conquérante, le fanatisme, l’intolérance et le terrorisme ?

Ou les fantasmes sont-ils chez ceux (les islamophiles) qui prétendent que l’islam est une religion foncièrement douce et bienveillante, toute d’ouverture intellectuelle et d’amour, capable d’instaurer entre les peuples l’amitié universelle et une collaboration bienheureuse ?

Comme il est impossible, pour tenter de répondre, d’interroger le Futur, il n’est que d’étudier le Passé – c’est-à-dire l’Histoire – pour s’efforcer d’éclairer cette question, cruciale et très sérieuse. Et de comparer l’islam d’aujourd’hui aux religions et aux idéologies d’hier. L’on peut ainsi examiner comment le christianisme, au temps du concile de Nicée (325), devint sous Constantin la religion officielle de l’Empire romain, et comment il se répandit avec brutalité pendant les siècles de la fin de l’Empire et du Moyen Âge. L’on pourrait, semblablement, étudier les débuts du luthéranisme ou du calvinisme. Il faudrait même examiner comment, vers 1900, les penseurs les plus en vue considéraient le marxisme, qui allait conduire au bolchevisme, au stalinisme et au Goulag, ou le nazisme, vers 1933, qui allait conduire à l’hitlérisme et aux camps d’extermination du IIIème Reich.

Bien sûr, l’Histoire « ne repasse pas les plats », et « comparaison n’est pas raison », disent sentencieusement les subtils. Bien entendu, le christianisme romain puis médiéval, qui ne disposait que d’armes blanches peu efficaces pour lutter contre ses opposants, était dans une situation tout autre qu’aujourd’hui l’islam, qui dispose de kalachnikovs, d’explosifs puissants et d’armes chimiques ou nucléaires, d’une efficience incomparable. Mais si l’Histoire ne se répète pas, il y a tout de même des constantes dans l’Humanité, et l’esprit humain est, encore et toujours, producteur d’idées qui parfois sont de correctes descriptions du Réel et qui souvent ne sont que songes, mensonges, utopies et fantasmes. En 1933, qui avaient raison : les nazismophobes ou les nazismophiles ?

Lire la suite

Penser l'islam avec Michel Onfray

21 Mars 2016 , Rédigé par jeanbaudet.over-blog.com Publié dans #Islamisme

Mon travail de philosophe, je l’ai déjà dit et répété dans cette chronique d’un penseur solitaire, consiste à définir les déterminations de l’Être et, si possible, d’en déduire des préceptes éthiques et politiques. Mais je suis régulièrement intéressé par l’Actualité, que j’observe grâce aux chaînes françaises et belges de télévision. Je sais… Je devrais prendre du recul, et consulter également des émissions en chinois, en coréen ou en portugais, mais la barrière linguistique est infranchissable. Mais les événements en France et en Belgique sont déjà assez nombreux et complexes, et leurs commentaires polluent mon travail mental avec des questionnements plus terre à terre. Ainsi, à mes méditations ontologiques se mêlent des interrogations sur le code français du Travail, sur l’orthographe du français, sur le sort de l’agriculture en Europe, sur l’évolution du métier de libraire, etc. Par exemple, je me repose la question de l’islam, de l’islam radical, de l’islamisme et de l’islamisation, ayant appris, grâce à l’émission TV « La Grande Librairie », que Michel Onfray vient de publier Penser l’islam. Comme toujours, interview passionnante de l’auteur, qui explique – mais n’est-ce pas une évidence – qu’il faut lire le Coran de manière critique pour mesurer les dangers que l’islam fait courir à la démocratie et à la civilisation qui s’en inspire, en tant que religion qui prétend être basée sur la parole même de Dieu ! Et Onfray nous rappelle que la plupart des « grandes civilisations » trouvent leur origine et leur vigueur dans une croyance au sacré. Il y eut aussi des « actions syndicales » en France, contre un projet de réforme du code du Travail. Ce qui a fait dire à Franz-Olivier Giesbert, dans un talk-show dédié au divertissement et à la bien-pensance politiquement correcte, que « le gouvernement a plus peur de la CGT que de Daech ». Quel est le rôle des syndicats dans le déclin de la France ? Voilà qui m’éloigne de l’Être en tant qu’être.

Il y eut aussi l’arrestation télévisée de l’islamiste sanguinaire Abdeslam, dans la commune belge de Molenbecque, auteur d’un massacre (avec des complices) à Paris en novembre. Les commentateurs (politiciens et journalistes) cherchent maintenant à critiquer les forces de l’ordre, plutôt que de saluer un véritable exploit de la police fédérale belge, capable de localiser et d’arrêter, sans victimes collatérales, un terroriste se planquant facilement dans une commune à forte population musulmane, où il a trouvé la complicité d’amis et de membres de sa famille. Tout cela donne à penser. Et je me demande d’où vient l’argent avec lequel Abdeslam et consorts payeront les honoraires de leurs avocats…

Penser l'islam ? Il faut lire le Coran, certes. Mais il faut aussi observer l'état de l'Humanité mondialisée, et étudier les statistiques démographiques des différents pays, déjà ou pas encore musulmanisés. D'après la logique d'Aristote et la science que l'on appelle dynamique des populations, quel est l'avenir probable d'un peuple qui limite les naissances par la contraception et par l'avortement, et qui s'acharne à faire vivre le plus longtemps possible ses vieillards ?

Lire la suite

Le climat, l'islam, la Civilisation

25 Novembre 2015 , Rédigé par jeanbaudet.over-blog.com Publié dans #Politique, #Islamisme

Je le dis et le répète depuis plusieurs années : il y a deux dangers mortels qui menacent la Civilisation, la pollution et l’islamisme. Qui sont les effets les plus alarmants de l’explosion démographique, car d’une part la pollution est évidemment une conséquence inéluctable de l’augmentation des êtres humains – et l’on sait maintenant que la pollution atmosphérique par les gaz à effet de serre (dont le CO2 expiré par les hommes) conduit à des catastrophes de plus en plus meurtrières –, et d’autre part l’islamisme se développe au sein de populations où la natalité est forte mais où l’accès à l’éducation est très limité. Je le disais déjà en 2011 : « la démographie explosive est la grande menace. Plus que jamais, l’homme est le pire danger pour l’homme » (J.C. Baudet : Curieuses histoires des inventions, Jourdan, Bruxelles, p. 10).

Seules les populations qui auront su se prémunir contre les invasions et qui auront maintenu une capacité suffisante de production d’énergie nucléaire (dont la production ne libère pas de CO2) auront une chance de survivre dans une atmosphère surchauffée, sur une Terre ravagée par les prolifiques et parcourue par des terroristes islamistes toujours plus nombreux et qu’il sera de plus en plus difficile de combattre. Ces populations rescapées seront-elles encore porteuses de la pulsion civilisatrice basée sur la pensée libérée des fantasmes et des superstitions, ou seront-elles dominées par la non-pensée de l’obscurantisme, du fanatisme et de la barbarie. L’Humanité doit-elle se préparer à un Nouveau Moyen Âge ?

Mais faut-il se soucier de l’avenir de l’Humanité, et de la Civilisation qu’elle a eu tant de peine à construire ? Car au temps de Lavoisier, de Dalton, de Hegel, de Mozart et de Beethoven, peu nombreux étaient ces « grands hommes » par rapport au milliard d’êtres humains vivant alors sur la Terre, et aujourd’hui, sur les 7,5 milliards d’hommes, peu nombreux sont encore les scientifiques, les politiques avisés, les artistes créateurs, les écrivains travaillant « pour l’honneur de l’esprit humain » !

Je n’ai pas d’argument autre qu’esthétique pour prévenir du risque de régression civilisationnelle, et pour inciter les « hommes de bonne volonté » à lutter contre l’accroissement dangereux des humains. Que m’importe la « fin du monde », puisque de toutes façons je vais le quitter bientôt ? Mais s’il fallait vraiment chercher un « sens de la vie », s’il fallait s’engager pour un « but de l’existence », il me semble que je choisirais la démocratie plutôt que la théocratie, l’égalité juridique des hommes et des femmes plutôt que l’oppression des plus vigoureux, la recherche scientifique libre plutôt que l’endoctrinement religieux ou idéologique, la liberté d’entreprendre et si possible de s’enrichir plutôt que les limitations haineuses du droit de travailler, la sécurité des corps et des biens plutôt que le laisser-faire, et pour tout vous dire, je choisirais le beaujolais plutôt que le thé vert, la saucisse de porc plutôt que le soja, Stravinsky plutôt que Maurane, les universités plutôt que les temples, le violon plutôt que la guitare (mais j’aime bien la guitare aussi), Julien Green à Amélie Nothomb, et l’astrophysique à l’astrologie.

Si vous n’acceptez pas les idées de ma chronique, si vous criez « l’amour pas la guerre » ou si vous placez toutes vos espérances dans les « énergies renouvelables » et dans le « vivre ensemble », alors je vous invite à penser. Considérez les courbes (croissantes), pour les cent dernières années, 1° de la population mondiale, 2° de la température moyenne de l’atmosphère, 3° du nombre des victimes du terrorisme islamiste. Et extrapolez pour les dix ans à venir !

Lire la suite

Une analyse philosophique du djihad

22 Novembre 2015 , Rédigé par jeanbaudet.over-blog.com Publié dans #Politique, #Religion, #Islamisme

Les tentatives d’explication du djihadisme contemporain par la doxa sont manifestement insuffisantes. A gauche, on retrouve les imprécations habituelles contre le « grand capital » et l’on présente les attentats des islamistes comme des épisodes de la lutte des classes. Ce sont des pauvres qui tuent des riches, et l’on n’hésite pas à faire des USA et de l’Occident les « responsables » du djihadisme. Entre parenthèses, je remarque que la doxa continue à appeler « pays riches » les Etats qui sont les plus endettés ! Le fameux complexe militaro-industriel responsable des tueries du 11 septembre, de Charlie-Hebdo et du Bataclan !!! A droite, on rend la gauche responsable de laxisme et d’angélisme, et l’on attribue le djihadisme nouveau (nouveau depuis quelques décennies, tout de même) à l’immigration massive et incontrôlée, qui fait venir sur le territoire des pays occidentaux des migrants nombreux, où l’élément musulman est largement majoritaire. La gauche ne veut pas voir le lien entre djihad et religion, quand la droite voudrait (espérons qu’elle se trompe) découvrir dans tout musulman un djihadiste qui s’ignore.

Les explications par l’économie, la sociologie ou la psychologie sont insuffisantes. Tous les pauvres ne massacrent pas au nom d’Allah ! L’origine sociale et le profil psychologique des djihadistes sont très divers, on trouve des musulmans de souche et des convertis récents à l’islam, on trouve des Arabes, des Russes, des Français, on trouve des hommes et des femmes. Les seuls points communs des combattants de la nébuleuse djihadiste, qu’on le veuille ou non, sont le goût de la violence spectaculaire et la référence à la religion mahométane.

Il faut donc aller au fond des choses, analyser les caractéristiques ontologiques de la condition humaine, et il faut étudier l’Histoire.

La notion de djihad remonte aux origines mêmes de l’islam, au VIIème siècle. Il s’agit du combat, de la lutte pour propager l’islam, par tous les moyens possibles, y compris par la force. On sait que l’irrésistible expansion de l’islam pendant les siècles qui ont suivi la mort de Mahomet s’est faite par l’épée, contrairement à l’expansion du christianisme qui, au début de son histoire, s’est faite par les discours. Du reste, la notion de « guerre sainte » est reprise par les chrétiens à la fin du XIème siècle, en réponse aux exactions commises contre les chrétiens par les musulmans à Jérusalem. Il résulte de ces données historiques irrécusables que le djihad est une idée religieuse, même s’il est évident que l’idée de combattre pour répandre une religion se mélangera à des motivations moins « spirituelles », économiques et politiques. Mais dans les multiples causes d’un fait humain (généralement complexe), il faut savoir distinguer la cause première, vraiment originaire, et les causes secondes.

D’où vient alors qu’une religion nouvelle détermine qu’il faut répandre cette croyance par la force des armes ? Il faut chercher dans les profondeurs de l’esprit humain, qui réagit selon les conditionnements locaux à la condition humaine de finitude. L’être humain est un être qui paraît dans le monde pour disparaître, mais avec la volonté (la poussée biologique) de persister dans l’être. Dès le développement du langage et de la conscience (il faut remonter à la Préhistoire), l’imagination invente une existence prolongée après la mort et s’attache fanatiquement à cette foi. C’est l’origine du fait religieux. Il appartient aux historiens d’essayer de comprendre pourquoi, par exemple, le Juif Jésus a voulu instaurer une foi nouvelle par la douceur alors que l’Arabe Mahomet a voulu imposer une foi nouvelle par la violence.

Reconnaître que le djihad est un élément constitutif de l’islam, et noter que les masses sont attachées souvent avec véhémence à leur religion, cela montre que les aventures d’Al-Qaïda, de Daech et des autres groupes islamistes ne sont que des péripéties dans la longue histoire des religions.

Il me semble que si l’on accorde une certaine valeur à la personne humaine, il faut combattre le djihad par les armes et aussi par la théologie. Peut-être les penseurs musulmans arriveront-ils à « moderniser » la notion de djihad, et à la débarrasser de ses appels à la violence. Est-ce se bercer d’illusions que d’espérer que bientôt les agnostiques pourront continuer de penser par eux-mêmes et que les croyants de toutes les religions pourront vivre leur foi dans la liberté, la sérénité et la fraternité ?

Une vidéo de l'auteur :

https://www.youtube.com/watch?v=HZNSrBg25XQ

Lire la suite

Contre l'islamisme

14 Novembre 2015 , Rédigé par jeanbaudet.over-blog.com Publié dans #Politique, #Islamisme

Attentats à Paris le 13 novembre 2015 : plus de 120 morts, de nombreux blessés. Les "intellectuels de gauche" et les "poètes de l'Amour" comprendront-ils enfin que la France et l'ensemble du monde civilisé sont en guerre contre l'islamisme ? A vrai dire, on le sait depuis au moins les attentats aux USA du 11 septembre, mais de trop nombreux politiciens, journalistes, enseignants ne veulent pas admettre la cruelle vérité. Et l'ennemi n'est pas la seule Organisation de l'Etat Islamique, mais il y a aussi des Etats qui affichent les sourires de la diplomatie, qui siègent à l'ONU, mais qui malgré leurs discours hypocrites entretiennent et répandent l'idéologie djihadiste. Le monde de la pensée libre comprend-il enfin que pour gagner une guerre il faut des opérations militaires, qu'il faut accepter des batailles (avec des morts des deux côtés), qu'il faut la volonté de détruire avant d'être détruit ? Et qu'il faut chercher des alliés fiables, et cultiver la plus grande prudence avec des pays "amis" au double discours.

Plus de 10 morts en janvier 2015. Plus de 120 morts en novembre 2015. Combien en janvier 2016, combien en novembre 2016 ? Et avec une économie qui se dégrade, avec des destructions toujours plus catastrophiques (manifestations violentes de la lutte des classes, feux de forêts, inondations...), que sera devenue la France en 2017, lors des élections présidentielles ? Nous savions que les démocraties sont fragiles. Nous commençons à craindre qu'elles ne soient mortelles.

Une vidéo de l'auteur à la librairie Filigranes, Bruxelles :

https://www.youtube.com/watch?v=HZNSrBg25XQ

Lire la suite

A bas les collaborateurs !

23 Octobre 2014 , Rédigé par jeanbaudet.over-blog.com Publié dans #Politique, #Islamisme

Quand une collectivité humaine A est en conflit avec une communauté B, il arrive très souvent que des membres de A soutiennent B par des discours, par des écrits, ou même par des actes. On dit dans ce cas que ces individus de A sont des collaborateurs de B, ou "collabos", ou "traîtres". Du point de vue de A, ils doivent être dénoncés fermement, pourchassés et mis hors d'état de nuire. Il en va de l'existence même de A.

L'Histoire offre de nombreux exemples de collaboration.

Les hommes politiques d'aujourd'hui, dans quelque collectivité A que ce soit, ont d'abord pour mission suprême de défendre les intérêts de la population A, et en tout premier lieu de protéger la vie et l'intégrité des A, face aux prédateurs externes ou internes. Le rôle d'un dirigeant politique n'est pas d'élaborer des règles éthiques (il y a des philosophes pour cela, du moins dans les pays avancés), ni de dénoncer les collaborateurs du passé (il y a des historiens pour ça). Le rôle d'un dirigeant politique, que ce soit au Canada, en France, en Wallonie, en Irlande, en Grèce (et il y a bien d'autres pays civilisés où hélas le fanatisme religieux est présent...), est de dénoncer, de pourchasser et de mettre hors d'état de nuire les collaborateurs de l'islamisme, qui concernent le présent et le futur. Toute faiblesse envers les terroristes et candidats-terroristes renforce le terrorisme. Il n'est pas de saison de dénoncer les collabos du temps des guerres napoléoniennes ou d'autres conflits passés. Il y a les menaces présentes et grandissantes de l'islamisme, et de ses milliers de collaborateurs dans les pays qui préfèrent la liberté de penser à la théocratie.

Lire la suite

Pour soutenir l'islamisme

7 Septembre 2014 , Rédigé par jeanbaudet.over-blog.com Publié dans #Islamisme

SI vous aimez les décapitations et les lapidations, si vous approuvez les châtiments corporels et la torture, si vous soutenez les prises d'otages, si vous détestez les homosexuels, si vous voulez que les femmes soient assujetties aux désirs mâles des hommes, si vous voulez instaurer une théocratie mondiale, si vous voulez que l'on convertisse à l'islam par la violence et les menaces de mort, si vous appréciez le terrorisme, si vous espérez que se répandent l'obscurantisme et le fanatisme et que l'on ferme les écoles, ALORS vous devez faire votre choix politique, vous devez combattre avec ardeur, dans les cortèges en hurlant des slogans, les Etats qui se battent contre l'islamisme et vous devez tout faire, en allant jusqu'aux mensonges les plus vifs, pour affaiblir la résistance au Hamas, aux shebabs, aux talibans, aux djihadistes.

Allah est vraiment très grand, pour se trouver des alliés parmi les "défenseurs des droits de l'homme", les "partisans de la laïcité", ceux qui croient en "l'avenir du genre humain".

Lire la suite

La fin de la Civilisation

19 Août 2014 , Rédigé par jeanbaudet.over-blog.com Publié dans #Islamisme, #Civilisation

Développant mes réflexions à partir de l'option matérialiste, admise après un examen comparatif approfondi de différents systèmes de pensée (foi, intuition, traditions, voyance extra-lucide, méthode expérimentale...), je n'attache aucune importance à l'avenir des hommes qui, pour le matérialiste, ne sont que de futurs cadavres (sans résurrection des morts). Je me moque donc, avec même une certaine jubilation, de la disparition prochaine de l'Humanité. Oh, j'admets que ce fut un bel essai ! Avec des représentants comme Alexandre le Grand, Sigmund Freud, Emile Durkheim, Albert Einstein, Beethoven, Stravinsky et quelques autres, j'aurais même pu l'aimer ! Mais par une loi statistique qui se vérifie d'autant mieux qu'elle s'applique à des populations plus nombreuses, les hommes quelconques, "moyens", sont le plus grand nombre, et d'après la courbe de Gauss (qui n'était pas un homme quelconque), il y a 25 % d'imbéciles parmi les humains. Et parmi ceux qui ont une intelligence supérieure à la moyenne, nombreux sont ceux qui ne s'en servent guère ! Pourquoi regretter leur disparition, d'ailleurs inéluctable ?

Mais je suis un homme (vieillissant), moi aussi, avec mes faiblesses, et j'ai celle de m'attrister sur la mort annoncée de la Civilisation. J'en suis bien triste. Ce sera la fin des symphonies, des poèmes et des théorèmes, des débats d'idées, de l'observation des galaxies, des découvertes et des inventions. Il n'y aura plus, comme au temps du commencement des espèces humaines (le pluriel est confirmé par la paléoanthropologie), que des rites et des mythes, c'est-à-dire le contraire absolu du mouvement civilisationnel. L'islamisme (dont la source est bien l'islam, et ni l'animisme des Iroquois ni le bouddhisme) faits des progrès constants, se nourrissant de l'explosion démographique dans des régions misérables, et se trouve des défenseurs véhéments jusque parmi les intellectuels nourris d'humanisme (sic), de libre pensée (resic), de droits de l'homme (reresic) et de laïcité (rereresic). Il est vrai que le communisme de Staline trouvait des admirateurs même en France (le pays de Descartes et de Voltaire !), et de même le nazisme de Hitler trouva chez les Français des approbateurs enthousiastes et des collaborateurs nombreux. La menace islamiste n'est plus uniquement idéologique et marginale, comme au XXème siècle. Elle est devenue militaire et démographique. Car il coûte mille fois moins de former un djihadiste que de former un astronome, un historien, un sociologue... Il est mille fois plus facile, et donc moins coûteux, de fermer un esprit que de l'ouvrir...

Certes, les Etats qui luttent fermement contre le djihadisme et l'islamisme le font avec maladresse et n'évitent pas les bavures, comme il y en a dans toutes les guerres. Mais entre ces Etats (même avec des dégâts collatéraux) et le fanatisme religieux, la violence et le terrorisme, les châtiments corporels et la peine de mort pour ceux qui ne se convertissent pas à l'islam, il faut choisir. Si du moins le mot "éthique" a un sens, ce qui ne va pas de soi pour un matérialiste.

On me fait souvent la judicieuse remarque qu'il faut distinguer entre islam et islamisme, aussi m'y suis-je appliqué. La philosophie ne commence-t-elle pas, justement, par des distinctions ? Aussi me souviens-je que l'islam est une religion fondée au VIIème siècle par un chef de secte qui s'imposa aux Arabes par les armes, dont le premier grand exploit fut un massacre de juifs qui ne voulaient pas se convertir, à Médine (626), et qui se répandit dans le monde par des actions militaires. Par contre, l'islamisme est un mouvement politique né au XXème siècle en milieu musulman. 

Pour info :                      

Librairie Filigranes (Bruxelles), extrait d'une conférence sur l'histoire des sciences : 

www.youtube.com/watch?v=HZNSrBg25XQ

 

Lire la suite

Islamisme et sens de l'Histoire

16 Juin 2014 , Rédigé par jeanbaudet.over-blog.com Publié dans #Histoire, #Islamisme

D'après l'Agence Belga, des dizaines de morts hier au Kenya, à Mpeketoni, dans un attentat islamiste. Et c'est comme ça tous les jours, pour la grandeur d'Allah ! Il suffit désormais de suivre l'actualité, même négligemment, pour savoir quel est l'ennemi mortel actuel de la Civilisation et de la Pensée. Mais ces attentats au nom de l'islam vont-ils désaveugler les opinions publiques et éclairer les intellectuels qui hurlent à l'islamophobie chaque fois que l'on commente un massacre de Boko Haram, d'Al Qaïda, des djihadistes de Syrie, des talibans, des shebabs, et d'autres groupes encore ?... Au XXème siècle, le projet islamiste se bornait presque à menacer Israël et à proclamer la solution finale au Moyen-Orient : rejeter tous les juifs à la mer. Maintenant, le programme s'est étendu, et il s'agit de détruire l'Occident, par des actions massacrantes de plus en plus fréquentes, qui concernent aussi bien la Chine et l'Afrique christo-animiste que les USA ou la France laïque. Aujourd'hui, des centaines de Français, de Belges et d'autres Européens partent en Turquie pour mener la guerre sainte. Combien seront-ils dans six mois, dans cinq ans ?

Dans ma jeunesse, j'ai mal apprécié le sens de l'Histoire. J'ai cru que l'affaiblissement du christianisme renforcerait "mécaniquement" la libre pensée, la rationalité, la laïcité et l'agnosticisme. Mais nous assistons au jeu des vases communicants des croyances, et l'on tombe de Charybde en Scylla. Car le christianisme avait fini par se débarrasser de son fanatisme, et l'on ne tuait plus pour athéisme en pays chrétien.

Dans les années 1910 à 1940, l'ennemi mortel de la Civilisation fut le pangermanisme, qui engendra le nazisme. On sait ce qu'il a fallu pour s'en débarrasser. Dans les années 1950 à 1990, l'ennemi fut le communisme stalinien, puis les gauchismes (j'entends les mouvements gauchistes prônant la violence), dont on a cru être libéré avec la chute du mur de Berlin et la "fin de l'Histoire". Hélas, ce n'était que partie remise. Nous connaissons maintenant le visage des nouveaux ennemis de la Liberté.

Bien sûr, peut-être que ma lecture de l'Histoire est sans nuances, et que je me trompe. Peut-être que les hommes de bonne volonté, chrétiens, musulmans, hindouïstes, juifs, animistes, shintoïstes, marxistes, adventistes du septième jour, zoroastriens, droits-de-l'hommistes, mélenchonistes, témoins de Jéhovah et athées vont, la main dans la main, nous préparer la fraternité universelle et le désarmement spiritualiste. Peut-être...

Pour info :    

Librairie Filigranes (Bruxelles), extrait d'une conférence sur l'histoire des sciences : 

www.youtube.com/watch?v=HZNSrBg25XQ

Lire la suite

A propos de l'islam

24 Septembre 2013 , Rédigé par jeanbaudet.over-blog.com Publié dans #Islamisme, #Politique

Les intellectuels et les politiciens des pays civilisés doivent réfléchir à partir des faits, et pas à partir des idéologies. Mais en sont-ils capables ? Voici deux faits tout récents.

- 21 septembre 2013 : une douzaine d'islamistes "shebab", venus de Somalie et liés à Al-Qaïda, attaquent un centre commercial à Nairobi et font (bilan provisoire) 68 morts et 175 blessés.

- 22 septembre 2013 : deux kamikazes talibans pakistanais attaquent une église chrétienne à Peshawar et font (bilan provisoire) 81 morts et 131 blessés.

Ces centaines de victimes en seulement deux jours donnent à penser. N'est-il pas temps de réfléchir sérieusement au sens historique de l'islam en général (et même des religions, plus généralement encore), et de l'islamisme en particulier ? N'y a-t-il pas urgence, et les gouvernements ainsi que les faiseurs d'opinion ne doivent-ils pas analyser le terrorisme religieux avant de se perdre en discours (futiles par rapport à la mort violente) sur la vitesse sur les autoroutes, sur l'âge de la retraite, sur le montant des allocations familiales, sur la présence de viande de cheval dans certains plats préparés, ou sur la confidentialité des messages électroniques ? N'est-il pas désinvolte et puéril de se soucier des loups dans les Pyrénées ou de discourir sur la réinsertion sociale de quelques meurtriers de droit commun quand le terrorisme islamiste fait de plus en plus de partisans et de plus en plus de victimes ? La "sécurité" des Français ne doit-elle pas être la plus immédiate préoccupation du gouvernement français, c'est-à-dire la vie même des gens de France ? L'existence précède l'essence, disait judicieusement Jean-Paul Sartre (un penseur de gauche, s'il en fut jamais !). C'est-à-dire qu'il faut vivre, avant de vivre avec ceci ou cela ! Et comment les Français ne se sentiraient-ils pas en insécurité, contrairement à ce que veulent affirmer certaines "élites" irresponsables et arrogantes qui nient le réel avec suffisance ? Un seul terroriste bien armé (par qui, au fait ?) peut faire, à Marseille ou à Lille aussi bien qu'à Peshawar, une centaine de morts en quelques minutes !

La philosophie est l'étude des "valeurs", c'est-à-dire de l'importance. Au temps des talibans et des idéologies, les intellectuels et les politiciens des pays civilisés ont besoin d'un supplément de philosophie.

 

Lire la suite
1 2 > >>