Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Jean C. Baudet

Sur l'existence des races humaines

25 Mai 2013 , Rédigé par jeanbaudet.over-blog.com Publié dans #Politique

C'est effarant ! Il y a des intellectuels, d'ailleurs nombreux, qui prétendent avec une véhémence inquiétante, que : "il n'y a pas de races humaines" !!! C'est comme si, en astronomie, on nous disait "il n'y a pas d'étoiles", ou comme si, en chimie, on voulait nous faire admettre que le sel n'est pas soluble dans l'eau. Et le plus inquiétant, c'est que les révisionnistes de la biologie prétendent se fonder "sur la Science" !!! Cela montre à quel point les idéologies et les religions, ou plus fondamentalement les "bons sentiments", sont capables d'inhiber l'observation et le raisonnement. Ce qui me semble grave, c'est que des individus veulent pour décider de la Vérité, remplacer le travail sérieux des scientifiques (avec les controverses que cela implique) par des décisions politiques. Désormais, on va organiser des référendums pour décider de l'existence du boson de Higgs ou pour savoir combien il y a d'électrons dans l'atome de carbone !

Quand j'étais étudiant, dans les années 1960 (comme le temps passe !), je m'en souviens très bien, tous mes condisciples avaient la peau blanche, sans la moindre exception ! En 1968, je me rendis au Burundi pour enseigner, et quelle ne fut pas ma surprise de constater que tous mes étudiants, sans la moindre exception, avaient la peau noire ! Les races auraient-elles disparu, depuis 1968 ? Peut-être à cause des slogans badigeonnés sur les murs de Paris cette année-là ?

Que nous apprend la biologie ? D'abord un principe général, jamais encore mis en défaut : les êtres vivants, végétaux et animaux (humains compris), sont caractérisés par une très grande variabilité morphologique. Hors le cas des jumeaux homozygotes, il n'y a pas deux chiens, deux haricots ou deux humains parfaitement semblables ! Cela s'explique très bien par les résultats de la recherche génétique : tout caractère (la forme du nez, la couleur de la peau...) résulte de l'action, lors du développement de l'individu, de molécules appelées gènes. Ces gènes se transmettent de génération en génération, et produisent la belle diversité que nous connaissons, avec des petits blancs et des grands noirs, et aussi des grands blancs et des petits noirs. Ensuite, la biologie tente (c'est la question difficile de la "biodiversité") de situer les individus qu'elle observe dans des arbres phylétiques qui représentent l'évolution des espèces, c'est-à-dire des groupes d'individus qui se ressemblent tellement (malgré les différences individuelles) qu'on les désigne par un nom déterminé. Ainsi on appelle "Canis familiaris" tous les animaux à quatre pattes, à poils et qui aboient (en anglais "dog"). Mais il ne faut pas confondre avec "Canis lupus", qui désigne les loups, ni avec "Canis vulpes", qui désigne les renards. Quand les variations morphologiques sont importantes au sein d'une espèce, on définit des sous-espèces, éventuellement subdivisées en variétés, celles-ci étant subdivisées en formes. Le mot "race" n'est donc que peu utilisé par les biologistes, mais le concept correspond à "subdivision de l'espèce".

Et chez l'homme ? Eh bien, non seulement il existe des races (d'ailleurs de définition difficile, mais une réalité complexe n'est pas une réalité inexistante !) au sein de la population humaine actuelle, mais dans le passé la diversité de l'humain est tellement grande que les paléoanthropologues ont identifié au moins une dizaine d'espèces, c'est-à-dire de groupes encore plus différents entre eux que les races actuelles. Voici les noms de ces espèces humaines : "Homo antecessor", "H. cepranensis", "H. erectus", "H. floresiensis", "H. georgicus", "H. habilis", "H. heidelbergensis", "H. neanderthalensis", "H. rhodesiensis", "H. sapiens" (la seule espèce qui a survécu). Il serait tout de même étonnant qu'il y ait dix espèces dans le genre "Homo", mais une seule race dans l'espèce "H. sapiens". Soit dit en passant, toutes les espèces ont pour origine "Homo habilis", qui apparaît en Afrique il y a plus de deux millions d'années.

Alors, quand les politiciens auront imposé que l'on apprenne dans les écoles que "les races n'existent pas", en véritables talibans de la biologie, quelle sera leur prochaine affirmation ? Que l'économie est fausse et qu'il n'y a pas de lois du marché ? Que le cancer n'existe pas ? Que l'intelligence est rigoureusement égale chez tous ? Que François Hollande est grand et qu'Alain Badiou est son prophète ?

L'Humanité, péniblement, a construit des arts, des langues, des littératures, des religions, des idéologies, des cuisines (mais peut-être que "les cuisines n'existent pas") et... une seule Science. C'est l'unicité et l'universalité de celle-ci qui en fait la valeur. Elle est en danger, car des talibans de l'Egalité entre les Humains veulent la remplacer par la consultation populaire. Mais qu'est-ce que la démocratie : rassembler le plus grand nombre d'ignorants pour leur demander de répondre à une question difficile ! Va-t-on organiser des référendums pour savoir si Hitler a existé, si Napoléon n'est pas un mythe, si le thon rouge contient des "oméga-3" ?

Certes, il me reste quelques doutes sur l'existence de certaines races humaines telles que décrites par certains scientifiques de l'ère précédant le développement de la biologie moléculaire (de même que l'on met en doute les travaux des astronomes avant 1543, voir Copernic). Mais si même les races n'existent pas, une chose est sûre. Les sots existent. J'en ai rencontrés.

NB.- Je dédie avec émotion le présent billet à la mémoire de mes étudiants de "race tutsi" massacrés par des génocidaires de "race hutu", en 1972 et 1973.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article