Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Jean C. Baudet

Mon oeuvre inachevee...

11 Août 2014 , Rédigé par jeanbaudet.over-blog.com Publié dans #Philosophie, #Biographie

En 1997 (j'ai 53 ans), je mets fin à mon activité d'éditeur et je me charge d'un projet en quatre étapes. Primo, publier une "Histoire de la science" ; secundo, publier une "Histoire des religions" ; tertio, publier une gnoséologie (ou épistémologie, ou théorie de la connaissance) basée sur les résultats de mes travaux d'histoire critique ; quarto, publier les conséquences philosophiques de ces recherches et mourir. Je disposais, à cette époque, d'une certaine expérience d'enseignant, de chercheur et de chef de petite entreprise, et j'avais récolté environ 50 mille fiches de lecture, aisément manipulables grâce au gestionnaire de bases de données Access de Microsoft. Merci, Bill Gates !

En 2009, le "primo" était accompli, je publiais en effet le neuvième volume de mon "Hstoire de la science" chez Vuibert, à Paris, sous le titre "A la découverte des éléments de la matière". Et j'avais déjà publié les premiers linéaments d'une épistémologie, avec trois titres parus chez L'Harmattan (Paris) : "Mathématique et vérité", "Le signe de l'humain", "Une philosophie de la poésie".

Je travaille au "secundo", et j'ai déjà publié les deux premiers volumes, chez Jourdan (Bruxelles) : "Curieuses histoires de la pensée" et "Hstoire de la pensée de l'an Un à l'an Mil". J'hésite à poursuivre ce travail exténuant, car il me semble que l'intérêt philosophique de l'étude des religions réside surtout dans l'histoire des commencements. Comment l'idée de sacré se forme-t-elle dans l'esprit humain ? Comment s'organisent les rites primitifs et comment s'élaborent les mythes originaires ? Après la première acceptation des croyances, le développement des religions intéresse plus l'histoire des historiens que la critique des philosophes. Je ne suis donc pas sûr qu'il y aura un troisième volume, mais je ne suis pas encore mort.

Je travaille donc déjà au "tertio", et j'ai déjà publié quelques idées qui me semblent intéressantes. J'ai d'ailleurs donné quelques textes d'épistémologie à la "Revue Générale", ainsi que dans le présent blog. Je n'ai encore "découvert" que deux moyens d'acquérir des savoirs, l'observation (die Sinnlichkeit, chez Kant) et le raisonnement à partir de l'observation (der Verstand und die Vernunft). Cela ne signifie pas que je nie d'autres chemins de connaissance, mais depuis que je m'occupe professionnellement de philosophie (1968) je n'en ai pas encore rencontrés. Bien sûr, j'ai rencontré de très nombreux croyants du christianisme, du bouddhisme, de l'humanisme, etc., mais jusqu'à présent aucun n'a pu me convaincre de la validité de ses "savoirs" lus dans les évangiles (ce qui revient à une observation) ou trouvés "au fond de leur coeur". J'ai souvent sondé mon coeur, et je n'y ai trouvé que ce que la société y a mis (des traditions) ou les mécanismes purement biologiques de ma nature animale.

Mon travail est inachevé, et demain je proposerai peut-être d'autres conclusions. Mais à ce stade de ma recherche, je suis résolument kantien. La science est capable de connaître (de mieux en mieux, mais toujours dans l'approximation) le phénomène. Le noumène lui est inaccessible. Et, je le crains, l'homme ne dispose d'aucun moyen pour contempler le noumène. L'homme est un être-pour-ignorer.

Aujourd'hui, mon fichier a grandi, et j'ai 57.007 fiches. J'ai beaucoup lu depuis 1997. Et je suis toujours aussi ignorant.

Pour info :                  

Librairie Filigranes (Bruxelles), extrait d'une conférence sur l'histoire des sciences : 

www.youtube.com/watch?v=HZNSrBg25XQ

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Daniel Pisters 28/08/2014 15:29

Access est en effet un très bonne base de données, presque parfaitement complète au niveau SQL. c'est Oracle ou Sql Serveur en miniature avec moins de stabilité par rapport au premier. Mais je ne
vois pas l'équivalent de l'Oracle Dictionary et la possibilité de travailler vraiment au niveau des métadata (enfin , à vérifier, car je ne sais plus, je deviens vieux), ce qui est l'Essentiel, la
Quintessence de l'analyste et même du développeur de base de données. Mais c'est quand-même une petite merveille.

Mais qu'est-ce qui vous fait donc croire que vous allez mourir? Par induction, certes. Mais vous pourriez être le Socrate Immortel!

D'ailleurs vous parlez toujours de votre mort comme par coquetterie. C'est sinon une preuve, du moins une indication vers l'Eternité que dissimule votre masque de mortel.